La rédaction

Été studieux à Station F pour les étudiants entrepreneurs

La Région encourage et soutient les étudiants créateurs d'entreprises. Les porteurs d'une dizaine de projets issus des Pépite Île-de-France bénéficient d'un accompagnement pendant trois mois au campus de start-up parisien. Témoignages de trois d'entre eux.

Mise à jour le 8 octobre 2018

En Île-de-France, l'entrepreneuriat étudiant est en plein essor avec plus de 800 étudiants ayant le statut d'étudiant entrepreneur. Les initiatives de créations d'entreprise ou de start-up font l'objet d'une attention toute particulière de la Région car la créativité et l'initiative étudiante constituent aussi l'une des clés de la réussite des campus franciliens.

La 3ème session du programme Pépite Start'up Île-de-France (ex-Pépite Starter Île-de-France) a fait sa rentrée à Station F ce lundi 8 octobre.

La Région intervient à tous les stades des projets :

  • Sensibilisation et détection avec le programme des Entrepreneuriales d’Île-de-France et le renforcement de l’accompagnement proposé par les Pôles étudiants pour l'innovation, le transfert et l’entrepreneuriat (Pépite) avec la création d’une communauté « Pépite Île-de-France ». But de cette dernière : favoriser la détection et d’optimiser l’accompagnement des projets étudiants
  • Mise en œuvre du projet à travers un soutien accordé à plusieurs des projets issus des Pépite
  • Programme d'accelération des Pépite d'Île-de-France à Station F et la valorisation des meilleurs projets via le prix tremplin Pépite Île-de-France. L’obtention de ce prix permet aux projets de bénéficier de chèques conseils d’une valeur de 600€ donnant accès à des prestations

Depuis le 9 juillet, 15 jeunes étudiants ont ainsi intégré le campus de start-up Station F, à la halle Freyssinet (Paris 13e), pour un summer camp studieux. Pendant trois mois, ils vont pouvoir travailler sur leurs projets et bénéficier de tout l'écosystème du plus grand incubateur de start-up du monde. La Région, en partenariat avec Schoolab, finance la moitié du coût de ces trois mois passés à Station F.

Interfaces pour sites Web
Sirata, 20 ans, étudiante en 2e année de licence d'informatique à l'université de Cergy-Pontoise (95), souhaite commercialiser des interfaces pour les sites Web. Des templates pour créer des sites Internet pour faire simple. « La technique, je maîtrise car c'est mon domaine, mais pas du tout l'aspect commercial de mon projet. Pendant ces trois mois, je veux apprendre comment aller chercher des clients, comment les trouver, élaborer un business plan », explique la jeune étudiante, avant de préciser qu'elle « n'(est) pas là pour glander. »
Conciergerie en ligne
Même détermination chez Axel, Abdoulaye et Marlon. Le trio de copains originaire du Val-de-Marne a même annulé des vacances au Sri Lanka pour passer un été à travailler sur leur projet de conciergerie en ligne. « L'idée, c'est de démocratiser le concept de la conciergerie qui reste encore assez connoté luxe. On est là pour savoir si notre projet est tenable », témoigne Abdoulaye, 21 ans, en 3e année de licence économie gestion à l'université de Créteil (94).
Planification d'entretien de bâtiments
Pauline, 28 ans, qui a un diplôme d'architecte, voudrait créer une plateforme pour anticiper les dégradations sur les bâtiments et ainsi prévoir et planifier leur entretien. « J'ai repris des études (un master spécialisé à l'École des Ponts) pour pouvoir bénéficier du statut d'étudiant entrepreneur. Je suis ravie d'être ici car travailler chez soi, ça n'est pas toujours facile. On bénéficie d'un environnement dynamique, d'un bureau et de tout un écosystème. C'est très motivant », affirme la jeune Parisienne.

Photos : © Région Île-de-France