Plongez dans le monde du cirque à Bagneux

La rédaction
Le Plus petit cirque du monde à Bagneux (92) est à la fois une école à vocation sociale, un centre de formation et un lieu de création et de diffusion des arts circassiens. Une structure au travail reconnu, que la Région aide en tant que Fabrique de culture.

« On pourra se mettre la poudre qui colle sur les mains ? » lance un petit garçon du haut de ses 6 ans. « La magnésie ? Tu sais à quoi ça sert ? » lui demande gentiment Jonathan le professeur de hip-hop et de cirque. « C’est pour ne pas glisser sur le trapèze par exemple. » Dans l’immense chapiteau en bois du Plus petit cirque du Monde (PPCM) installé à Bagneux (92), les 6-12 ans préparent leur spectacle de fin d’atelier. Pendant une semaine, ils se sont initiés au jonglage avec des diabolos, des bâtons du diable ou encore les assiettes chinoises, mais aussi aux autres techniques des arts du cirque. Nina, 9 ans, a préféré avant tout le trapèze. Quant à Kalia, 7 ans, elle explique comment faire tourner facilement les assiettes chinoises au sommet de la tige en bois. Dans une salle voisine, c’est un groupe de 3-6 ans qui s’initie à différentes sortes de mimes, d’acrobatie et d’équilibre. Plus loin, une compagnie en résidence répète son spectacle.


Un projet artistique au service de l’inclusion sociale

Créé il y a 20 ans au cœur du quartier des Blagis, le Plus petit cirque du Monde (PPCM), Centre des arts du cirque et des cultures émergentes, est un lieu atypique dans l’univers des arts du cirque et des cultures urbaines. Lieu d’expérimentation et de transmission, c’est à la fois une fabrique artistique, un laboratoire de lien social, une plateforme d’échanges internationaux et une école de cirque, de danse et de cultures urbaines. 

Le PPCM a connu un essor majeur ces dernières années avec la construction d’un équipement de 1.900 m², financé notamment par la Région Île-de-France, ce qui a permis de proposer davantage de créneaux pour les ateliers et d’accueillir plus régulièrement des compagnies en résidence.

Le PPCM propose à la fois des ateliers de cirque pour tous les âges, des activités aux écoles du quartier, et des actions auprès de publics comme les jeunes décrocheurs en échec scolaire. « Nous appliquons la méthodologie du cirque social », explique Adrien Godard, chargé de médiation et de communication au PPCM. « Travailler sa place dans un groupe, canaliser son énergie, se sentir mieux dans son corps, dans sa tête et dans son environnement en valorisant les jeunes autrement à travers la recherche de l’équilibre, la discipline… » Chaque semaine, le PPCM organise également les Mardis quartier, les jeunes des Tertres et des Cuverons sont invités à prendre part à des ateliers cirque ou hip-hop en accès libre.

C’est pour l’aider à accomplir ces multiples missions que la Région accorde depuis deux ans au PPCM une aide financière (en investissement et en fonctionnement) au titre de Fabrique de culture (voir encadré). Les compagnies accueillies en résidence s’engagent également à travailler avec les publics du quartier. La Région finance également deux modules de formation professionnelle assurés au sein du PPCM : arts acrobatiques urbains, et cirque et pratiques artistiques solidaires.

Plus d'infos : www.lepluspetitcirquedumonde.fr

Photos © Stéphanie Lacombe/Picturetank

Tags

Infos pratiques

Événements à venir au Plus petit cirque du monde

- Résidence de la Compagnie Kiaï du 5 au 8 septembre et du 12 au 16 septembre

- 25 septembre 2016 : spectacle de sortie de résidence pour le projet « Kafka dans la ville », lors de la Fête des vendanges de Bagneux – projet mêlant cirque, musique et théâtre

- Tous les mardis de 18h30 à 20h : les Mardis quartier, lors desquels les jeunes des Tertres et des Cuverons sont invités à prendre part à des ateliers cirque ou hip-hop, en accès libre

​- Tous les vendredis de 19h à 21h : les Vendredis baraque, soirées gratuites et ouvertes à tous, où l’on peut par exemple voir du cirque péruvien, s’initier à la capoeira ou aux percussions, écouter des contes pour enfants, ou un concert de jazz…

Dispositif des Fabriques de culture :

Espaces de travail indépendants, dédiés principalement à la création artistique et culturelle, les Fabriques ont pour vocation d’accueillir les artistes de toutes disciplines et de favoriser l’émergence de la création sur le territoire francilien, en privilégiant l’expérimentation, l’innovation, et les croisements entre champs artistiques, dans un souci d’ouverture au territoire, à sa population, à la société.