Lycées et CFA : les nouveautés de la rentrée scolaire 2016

La rédaction
Cette semaine, c’est la rentrée pour 504.000 lycéens et 80.000 apprentis. Construction de nouveaux établissements, déploiement du numérique, travaux de sécurisation et d’accessibilité, développement des projets culturels, lutte contre le décrochage scolaire… Voici les principales nouveautés à venir dans les lycées franciliens.

Pour télécharger le dossier de presse complet, cliquer ici.

Avec un budget de 401 millions d’euros en investissement et 265 millions en fonctionnement (hors dépenses de personnel), la gestion des lycées est une compétence majeure du Conseil régional. En cette rentrée 2016, de nombreuses nouveautés et dispositifs vont être mis en place dans les établissements franciliens.

 

Accélérer les chantiers de construction de lycées pour de meilleures conditions d’études pour tous

12 opérations de construction et de rénovation entrent en phase de travaux cette année pour un budget de 187 millions d’euros (voir carte plus bas). Avec près de 10% des lycées franciliens en sureffectifs, 2.500 places manquantes, certains établissements vétustes, il y avait urgence à réviser le plan prévisionnel d’investissement (PPI), qui fixe la feuille de route de construction et de rénovation des lycées en Île-de-France ! Le nouveau PPI 2016-2022 veut répondre au double défi de la qualité (améliorer les conditions d’études et l’accès équitable à une offre éducative de qualité) et de la rapidité (améliorer le pilotage opérationnel des chantiers).

Une attention toute particulière est portée au développement des internats, avec 493 nouvelles places cette année dans les 62 internats franciliens, portant le chiffre total à 8.958 places. D’ici 2022, 3.000 places supplémentaires d’internat seront créées.

 

Renforcer la sécurité des lycées

C’est un sujet essentiel dans le contexte actuel. Le budget de sécurisation des établissements scolaires est doublé par rapport à 2015, passant à 10,3 millions d’euros. Depuis le début de l’année : 173 projets financés au bénéfice de 130 lycées, soit près d’1/3 des lycées franciliens. Développement de la vidéoprotection, sécurisation des accès aux lycées, installation d’alarmes anti-intrusion, remise aux normes des systèmes de diffusion de messages d’alerte, sont entre autres financés dans ce cadre. La Région assure un traitement équitable entre les lycées publics et privés pour agir en faveur de la sécurité de l’ensemble des lycéens franciliens. C’est pourquoi elle consacre 2 millions d’euros à la sécurisation des établissements privés sous contrat d’association.

 

Expérimentation d’un budget d’autonomie pour 12 lycées publics franciliens

La Région a décidé de faire confiance aux équipes éducatives dans leurs besoins pédagogiques et administratifs en les dotant d’un budget d’autonomie avec quatre volets spécifiques : innovation pédagogique pour la réussite des élèves, vie lycéenne pour améliorer la vie quotidienne, investissement pour les travaux du quotidien, et ressources humaines pour permettre aux établissements d’adapter les postes d’agents régionaux à leurs besoins.

12 lycées pilotes seront proposés aux votes de la Commission permanente de septembre pour l’expérimenter : lycée Maurice-Ravel (Paris 20e), lycée Armand-Carrel (Paris 19e), lycée Couperin (Fontainebleau – 77), lycée Gaston-Bachelard (Chelles – 77), lycée International de l’Est parisien (Noisy-le-Grand – 93), lycée Gourdou-Leseurre (Saint-Maur-des-Fossés – 94), lycée Galilée (Cergy – 95), lycée des métiers Adrienne-Bolland (Poissy – 78), lycée Parc de Vilgénis (Massy – 91), lycée Théodore-Monod (Antony – 92), lycée Louis-Bascan (Rambouillet – 78), Lycée Antonin-Carême (Savigny-le-Temple - 77). Cette expérimentation mobilisera 780.000 euros.

 

Ouverture des logements sociaux du contingent régional pour lutter contre la pénurie d’enseignants

Pour attirer les enseignants dans les académies de Créteil et de Versailles qui rencontrent le plus de difficultés à recruter, la Région va faciliter l’accès à son parc de logement social aux enseignants qui s’engageraient en contrepartie à rester en poste cinq ans.

 

Lutte contre le décrochage scolaire

Depuis 2013, le nombre de jeunes en situation de décrochage scolaire oscille entre 26.000 et 33.000 selon les sources, sans évolution significative. L’objectif de la Région autour de cette problématique du décrochage scolaire est double : d’une part, réduire le nombre de sorties de formation initiale en renforçant les actions de prévention, d’autre part, améliorer le suivi et l’accompagnement des décrocheurs vers l’insertion professionnelle et le retour en formation. Parmi les actions proposées : le renforcement du tutorat et le renforcement des mesures éducatives, comme la maîtrise des fondamentaux, les projets favorisant la transition collège-lycée… Un soutien sera apporté dans ce cadre aux Écoles de la 2e chance, aux microlycées et aux lycées du soir. Pour 2016, le budget prévu pour la lutte contre le décrochage est de 1.840.000 euros.

 

Relancer l’ascenseur social : valoriser le mérite dans les lycées franciliens

Pour valoriser le mérite dans les lycées franciliens, la Région rétablit une bourse au mérite d’un montant de 900 euros pour les bacheliers issus de familles à faibles revenus qui ont obtenu la mention « très bien ». La Région offre également une seconde chance d’accéder à l’enseignement supérieur aux non-bacheliers, en accordant une aide pour passer le diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU).

 

Assurer l’égalité de traitement des élèves du privé avec ceux du public

La Région rétablit les dispositifs d’aides sociales en faveur des élèves des lycées privés, afin d’assurer une équité de traitement entre tous les lycéens franciliens, comme l’aide à l’achat de manuels scolaires, à l’équipement et aux frais de concours.

 

Assurer un accès équitable à la restauration

Trois nouveaux départements rejoignent la tarification de la restauration scolaire en fonction du quotient familial : Essonne, Hauts-de-Seine et Yvelines. Cette politique s’accompagne d’une volonté de favoriser la consommation de produits bio à la cantine.

 

Accélérer la transformation numérique des lycées : vers des lycées 100% numériques

Pour résorber la fracture numérique entre les lycées franciliens (97% des lycées connectés à Paris contre 41% en Seine-Saint-Denis), huit établissements sont proposés pour expérimenter un lycée « 100% numérique » : lycée international de Noisy-le-Grand (93), lycée Robert-Schuman de Charenton-le-Pont (94), lycée Blaise-Pascal de Brie-Comte-Robert (77), lycée Arago (Paris 13e), lycée Saint-Exupéry de Mantes-la-Jolie (78), lycée Blaise-Pascal d’Orsay (91), lycée de Prony à Asnières (92) et lycée Jean-Perrin à Saint-Ouen-l’Aumône (95). De plus, 50 lycées supplémentaires seront raccordés au très haut débit d’ici fin 2016, en plus des 41 lycées d’ores et déjà raccordés. L’objectif affiché étant le raccordement de l’intégralité des établissements franciliens au très haut débit d’ici 2020.

 

Assurer un accueil personnalisé des élèves en situation de handicap

Les quelque 3.700 lycéens en situation de handicap doivent être davantage accompagnés car seulement 12 lycées sur 496 sont aujourd’hui accessibles. La Région accélère ainsi l’agenda d’accessibilité programmé des lycées, avec la programmation de 71 nouveaux établissements dans le cadre du budget 2016, et apporte des réponses individualisées pour 60 élèves dès la rentrée 2016 en adaptant les locaux ou en finançant l’achat de matériels spécifiques.

 

Ouvrir les lycées sur le monde de l’entreprise

Il faut créer davantage de passerelles entre le lycée et l’entreprise, deux mondes encore trop éloignés. Trois leviers pour répondre à cette exigence : ouvrir les lycées aux entreprises (développement des partenariats, sensibilisation des jeunes à l’entreprenariat et formation des jeunes à la recherche de stages ou d’emploi) ; ouvrir les entreprises aux enseignants ; et soutenir le développement des campus professionnels et des plateformes technologiques. Un budget de 250.000 euros est consacré à cette mesure.

 

Favoriser le développement de la culture dans les établissements scolaires

La Région veut amplifier l’offre culturelle dans les lycées, lieux de transmission des savoirs et de construction des jeunes, et assurer un égal accès à la culture sur l’ensemble du territoire. Des partenariats avec de grandes institutions seront développés dès cette rentrée, notamment avec l’Ondif (ateliers de construction d’instruments, de composition, etc.), le Frac (diffusion des œuvres contemporaines), et le CNC (ciné-clubs). Elle soutiendra également les actions lycéennes, le Prix littéraire des lycéens ou encore le dispositif ALYCCE (Agir au lycée pour la culture et la citoyenneté des élèves).

 

Prévenir la radicalisation dans les lycées franciliens

La Région proposera aux établissements un cycle de conférences intitulé « Des grands témoins contre le terrorisme » dans les établissements qui relèvent de sa compétence (lycées, CFA, IFSI), animé par des personnes qui ont vécu dans leur chair la réalité du terrorisme, comme Samuel Sandler, père de Jonathan Sandler assassiné par Mohammed Merah à Toulouse en 2012, et Latifa Ibn Ziaten, mère d’Imad Ibn Ziaten également assassiné par Mohammed Merah, fondatrice et présidente de l'association « Imad pour la Jeunesse et la Paix ». Objectif : contribuer efficacement à former la mémoire et la conscience citoyenne.
 

Une carte unique des formations professionnelles initiales des lycées et CFA tournées vers les emplois de demain

Parce que trop de jeunes Franciliens se retrouvent sans emploi à l’issue de leur formation initiale (20%), la Région valorise l’apprentissage en ouvrant 4.800 places supplémentaires par rapport à 2015. La carte des formations dispensées par les lycées professionnels et par les CFA, de Bac - 3 à Bac + 3, permettra de proposer une offre cohérente sur le territoire, plus adaptée aux nouveaux métiers (gemmologue, géomètre topographe, concepteur-designer en communication graphique, etc.) mais aussi aux nouvelles pratiques professionnelles (responsable de chantier, bûcheronnage, etc.). Par ailleurs, la prime à l’embauche d’un apprenti (1.000 euros) est désormais versée en deux fois (premier versement dès la fin de période d’essai, et non plus en fin d’année scolaire comme avant) pour rendre le dispositif plus incitatif.

 

Plus d'infos dans le dossier de presse « Rentrée scolaire 2016-2017 » feuilletable ci-dessous. Pour le télécharger, cliquer ici.

 

Tags