Germaine Tillion donne son nom au lycée du Bourget

C'est décidé : l'établissement de Seine-Saint-Denis ouvert en septembre 2014 sera baptisé du nom de la célèbre résistante et ethnologue décédée en 2008.

« Au terme de mon parcours je me rends compte combien l'homme est fragile et malléable. Rien n'est jamais acquis. Notre devoir de vigilance doit être absolu. Le mal peut revenir à tout moment, il couve partout et nous devons agir au moment où il est encore temps d'empêcher le pire ». L’auteure de ces mots est Germaine Tillion, ethnologue et figure de la Résistante française internée à Ravensbrück. Le lycée du Bourget (93) portera désormais son nom.

Si c’est en théorie à la Région de décider des noms des établissements, dans la pratique la proposition émane du lycée lui-même, à la lumière de sa structure pédagogique, ou en raison de son attachement à une personnalité locale, nationale ou internationale. Le choix se fait via un vote interne et des propositions de tous les usagers de l’établissement (lycéens, professeurs, agents techniques et administratifs, direction…).

Du Panthéon au Bourget

Le conseil d’administration du lycée du Bourget s’est réuni le 30 juin 2015 et a donc proposé le nom de Germaine Tillion, entrée quelques jours plus tôt au Panthéon. L’établissement a ouvert ses portes en septembre 2014 et ne possédait pas durant sa première année scolaire de dénomination. Il souhaitait se doter d’un nom affirmant fortement son identité. Le choix de cette grande figure de l’histoire mais aussi des sciences sociales, n’est donc pas neutre. Germaine Tillion a vécu les dernières années de sa vie à Saint-Mandé (94) , où elle s’est éteinte en 2008, laissant, en plus de ses travaux sur la déportation, des écrits ethnologiques sur l’Algérie d’avant-guerre où elle a effectué deux missions dans les Aurès.

 

 

 

 

Photos ci-dessous (de haut en bas) : Germaine Tillion chez elle à Saint-Mandé (94) en 1972 © STF/AFP ;
lycée Germaine-Tillion © Ludovic Le Couster/Picturetank