Entrepreneur#Leader : le parcours unique de la création d'entreprise

La rédaction
Pour accompagner les entrepreneurs dans la création ou la reprise d'une entreprise, la Région Île-de-France a mis en place un dispositif porté par un réseau de partenaires. Objectifs : faciliter les démarches en 3 étapes clés.

 

1 BÂTIR MON PROJET

JUSQU’À 12H DE CONSEIL

Avec l’aide de conseillers en création d’entreprise, il sera possible de :

  • finaliser son étude économique
  • formaliser son business plan
  • choisir son statut juridique, fiscal et social
  • tester son activité et faire ses premiers pas d’entrepreneur en couveuse-lab
  • être aidé à formaliser et présenter son dossier à des partenaires

► 70€ à charge de l’entrepreneur
En fonction du statut social de l’entrepreneur et de l’état d’avancement du projet. Prestation gratuite pour les personnes suivantes : bénéficiaires des minimas sociaux (RSA, ASS…), moins de 26 ans, résidents des quartiers politique de la ville, travailleurs reconnus handicapés

 

2 FINANCER MON PROJET

JUSQU’À 50.000 €
jusqu’à 120.000 € pour les projets innovants technologiques

Afin de réussir l’étape cruciale du financement de son projet, l'entrepreneur pourra être accompagné pour :

  • être informé sur l’offre de financement et l’éligibilité de son projet (réunions collectives, rendez-vous individuels)
  • structurer financièrement son projet à travers l’analyse du business plan (aspects financiers, humains, marketing, comptables, juridiques, etc.) et le passage devant un comité d’agrément
  • mobiliser un financement (microcrédit, garantie bancaire ou prêt d’honneur) et un concours bancaire si nécessaire

 

3 PILOTER MON ENTREPRISE

3 PREMIÈRES ANNÉES

Pour bien lancer la croissance de son entreprise, il est possible de profiter d’un accompagnement les trois premières années par un conseiller du réseau de partenaires :

  • construire le pilotage efficace de son entreprise
  • mettre en œuvre son action commerciale
  • développer son réseau et ses opportunités d’affaires
  • effectuer des recrutements pertinents
  • sécuriser le développement de son activité
  • développer ses compétences entrepreneuriales

Les moyens proposés :

  • des rendez-vous d’étape réguliers et un bilan personnalisé en fin de parcours
  • des ateliers animés par des experts pour partager avec ses pairs
  • un accès privilégié aux réseaux et aux solutions des partenaires

► 90€ à charge de l’entrepreneur
En fonction du statut social de l’entrepreneur et de l’état d’avancement du projet. Prestation gratuite pour les personnes suivantes : bénéficiaires des minimas sociaux (RSA, ASS…), moins de 26 ans, résidents des quartiers politique de la ville, travailleurs reconnus handicapés.

 

Un réseau de partenaires privilégiés

La Région Île-de-France s’est entourée de partenaires pour proposer un accompagnement complet sur toutes les étapes d'un projet : en amont de la création, lors de son financement et pendant les trois premières années de son lancement.

 

Qui contacter près de chez soi ?


 

Objectif : atteindre un taux de pérennité des entreprises de 60% à 5 ans
En 2017, la Région a engagé 27 M€ sur la politique d’accompagnement et de financement de l’entrepreneuriat pour rendre l’offre d’accompagnement beaucoup plus lisible, accessible sur tous les territoires et coordonnée entre tous les acteurs.
« L’Île-de-France est l’une des régions les plus dynamiques d’Europe et représente 27% des créations d’entreprises en France. Toutefois, le taux de pérennité des projets est insuffisant, notamment dans les quartiers : aujourd’hui, ce taux à cinq ans est de 49,3%, contre 52,9% à l’échelle nationale. L’accompagnement des entrepreneurs est primordial pour améliorer ce chiffre », ajoute Alexandra Dublanche, vice-présidente chargée du développement économique, de l’agriculture et de la ruralité à la Région Île-de-France.
L’objectif de cette nouvelle politique est donc d'atteindre un taux de pérennité des entreprises de 60% à 5 ans, et de 25% des créateurs et repreneurs franciliens accompagnés, soit 15.000 par an (hors micro-entrepreneurs), contre 12% aujourd’hui, soit 9.600 par an, 50% de femmes créatrices d’entreprises, contre moins de 40% aujourd’hui, 15% de créateurs-repreneurs issus des territoires fragiles (quartiers politique de la ville), contre 10% aujourd’hui, et 60% de l’offre d’accompagnement ciblée sur les demandeurs d’emploi.

Tags