Du 16 jan. 2019 au 16 fév. 2019

Production ciné-TV soutenue : « Une jeunesse dorée » en salles

La rédaction
À voir depuis ce 16 janvier, un film dans lequel une cinéaste qui l'a fréquenté fait revivre le Palace, le night-club parisien branché de la fin des années 1970.

Produit avec le soutien de la Région, Une jeunesse dorée fait revivre le Palace, la boîte de nuit la plus branchée du Paris de la fin des années 1970. À voir à partir du 16 janvier en salles, ce film a pour originalité d'être signé Eva Ionesco, une cinéaste qui a fréquenté le lieu alors qu'elle était toute jeune.

Justement, les personnages principaux d'Une jeunesse dorée sont jeunes : Rose (Galatea Bellugi), 16 ans, et son fiancé Michel (Lukas Ionesco), 22 ans, jeune peintre désargenté, vivent de fêtes en fêtes, au jour le jour, au gré des rencontres improbables de la nuit. C'est ainsi qu'un soir ils font la connaissance de Lucille (Isabelle Huppert) et Hubert (Melvil Poupaud), de riches oisifs qui vont les prendre sous leur aile et bousculer leur existence...

Une jeunesse dorée peut être vu comme une suite de My Little Princess, d'Eva Ionesco, sorti en 2011.

« C’est une autofiction, explique la cinéaste, je pars de la bande du Palace, à laquelle j’appartenais. Je voulais me souvenir de ces années-là, qui m'ont énormément marquée et qui n’ont pas été tellement racontées. J’avais en tête l’histoire d’une fille qui cherche à s’émanciper de son premier amour de façon violente, parce qu’elle l’a vu commettre une faute à laquelle elle l’a poussé. Elle l’entraîne (...) à se vendre à une femme riche et plus âgée qui tombera amoureuse de son talent de peintre. Des gens jeunes qui rencontrent des gens plus âgés, comme un apprentissage, une fable qui, in extremis, devient morale. » Certains personnages s'inspirent de personne réelles, d'autres sont inventés comme Lucille et Hubert.

L'intérieur du Palace ayant été redécoré, Eva Ionesco s'est contentée d'en filmer l'entrée, préférant tourner aux Folies Bergère et au Casino de Paris qui, selon elle, rappellent davantage ce que fut la boîte de nuit mythique.

Aménagé dans un music-hall désaffecté, le Palace a été inauguré en mars 1978 avec un show de Grace Jones. Ce lieu de fête inspiré du Studio 54 de New York a, malgré son succès, très tôt connu les ennuis financiers. Sa première fermeture interviendra dès 1982, suivie de peu par la mort de son propriétaire.

Photo : © Macassar Productions

Infos pratiques

Adresse : 
dans les salles

Aide régionale (Fonds de soutien) : 280.000€
Aide régionale
Date de clôture : 
16 avr 2019
Le Fonds de soutien Cinéma et Audiovisuel de la Région Île-de-France est une aide à la production sélective et remboursable visant à soutenir la diversité de la création et à créer un effet structurant sur le secteur cinématographique et audiovisuel en Île-de-France.

Alors que 50% des tournages français ont lieu en Île-de-France, où ils génèrent plus de 130.000 emplois, la Région consacre 20,5 M€ par an à la filière : pour des productions ciné et TV, des scénaristes, des festivals... Les chiffres clés.