7 novembre 2019

Suite à l'abandon du projet Europacity, Valérie Pécresse demande un plan d'urgence pour le Val d'Oise

Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, prend acte de la décision prise par le Gouvernement à l'occasion du Conseil de défense environnemental de ne pas poursuivre le projet Europacity.

Dans le cadre du débat public organisé en 2016, la Région Île-de-France avait exprimé des réserves fortes en matière environnementale et demandé des garanties aux porteurs de projet afin que celui-ci réponde pleinement aux objectifs de transformation écologique et solidaire portés depuis trois ans par la région.

Même si des améliorations ont été apportées au projet, Valérie Pécresse constate que les engagements pris par Alliance et Territoire n'ont pas permis de lever les inquiétudes qui s'étaient exprimées.

Face aux conséquences sociales de l'abandon de ce projet, qui se voulait créateur de milliers d'emplois à l'horizon 2027, Valérie Pécresse en appelle solennellement au gouvernement pour définir, en partenariat avec la région et le département, un plan d'urgence pour le Val d'Oise, département qui payera le plus lourd tribut suite à l'abandon du projet Europacity. Elle exige également de l'Etat la sanctuarisation de la ligne 17 du Grand Paris, seul projet de transport structurant concernant le Val d'Oise, le reliant à l'aéroport de Roissy, au parc des expositions de Villepinte et à la Seine-et-Marne, indispensable pour assurer le désenclavement de ces territoires.

La Région Île-de-France est prête à porter et s'engager sur tout nouveau projet qui permettra de concilier création d'emploi et enjeux écologiques pour l'Est du Val d'Oise. Une nouvelle dynamique économique et sociale est indispensable pour redonner espoir et répondre à l'urgence sociale de ces territoires aujourd'hui délaissés par l'Etat.