14 octobre 2015

Restauration scolaire : du bon, du bio, du local dans les cantines

La restauration scolaire francilienne prend du galon ! La Région lance une charte de qualité à destination des restaurants scolaires des 470 lycées franciliens.

Une réforme qui s'inscrit dans la continuité de la politique de restauration scolaire de la Région

Inventer le lycée de demain, cela passe aussi par le fait de changer ses bonnes vieilles « cantines ». La Région Île-de-France continue son travail de réflexion et de réforme autour de la restauration scolaire dans les 469 lycées dont elle est en charge. Après avoir réformé la tarification pour passer à un tarif unique, basé sur le quotient familial, le Conseil régional a voté, ce vendredi 9 octobre 2015, l’instauration d’une charte régionale de qualité de la restauration dans les établissements francilien. Ce vote s’inscrit dans le cadre de la réforme du service public de la restauration dans les établissement publics de la région, décidée en 2014.

Cadre plus convivial

270.000 demi-pensionnaires fréquentent régulièrement les restaurants scolaires des lycées. Une consultation menée en 2014 par la Région a montré qu’ils étaient désireux de pouvoir prendre des repas d’une meilleur qualité nutritionnelle et gustative, dans un cadre amélioré. Dans ce sens, la Région lance une charte de qualité de la restauration scolaire, qui se décline sur quatre axes : introduction de produits locaux et / ou bio dans chacun des repas servis, amélioration du cadre plus convivial, favoriser les approvisionnements de proximité et lutter contre le gaspillage alimentaire.
Les lycées qui adhèrent à cette charte bénéficieront d’aides concrètes de la Région pour les accompagner.

Recettes de saison

Un livret de recettes a été rédigé par deux agents du service « restauration » et 2 chefs de cuisine, puis envoyé en septembre 2015 en deux exemplaires à chaque lycée francilien. A chaque saison, correspond un fruit et un légume et 3 recettes sont déclinées (entrée, plat, dessert).  (en lien) : carottes en automne, betteraves et pommes en hiver, fraises en été…
Par ailleurs, 23 établissement, engagés dans la démarche « écolycées », ont déjà mis en place des actions pour diminuer le gaspillage alimentaires dans les cantines. Les résultats des pesées de déchets sont actuellement à l’étude afin de déterminer quel sera la meilleure option pour la valorisation des déchets alimentaires (méthanisation, compost, déshydrateurs).