La rédaction

Vidéo : comment la Région agit contre la radicalisation dans le monde sportif

Les membres des ligues et comités sportifs franciliens sont formés, depuis 2017, à repérer les signaux faibles d’une radicalisation religieuse chez les sportifs. Ils constituent ensuite un réseau de référents auprès des clubs et associations.

Depuis 2017, la Région organise des formations auprès des ligues et comités régionaux pour apprendre à ses membres à repérer les signaux d’une radicalisation religieuse chez les sportifs. L’objectif est de leur permettre de distinguer les premiers signes d’une modification du comportement pouvant évoluer vers une radicalisation religieuse incompatible avec le respect des valeurs de la République.

Elle comporte un volet sur les valeurs de la République et la laïcité animé par la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) ; un second volet sur la prévention de la radicalisation islamiste réalisé par le Comité national de liaison des acteurs de la prévention spécialisée (CNLAPS) et Challenges Academia. En 2017, huit sessions ont été organisées, accueillies par le Comité régional olympique et sportif d'Île-de-France (Crosif).

 

 La création d’un réseau de référents

Selon leur taille, les 74 ligues et comités régionaux partenaires (représentant 19.300 clubs) ont désormais un ou plusieurs référents régionaux « valeurs de la République, laïcité, lutte contre la radicalisation ». Cette personne formée a pour mission d’accompagner les clubs et associations qui sont affiliés dans la prévention et la veille de la radicalisation. Et de briser la solitude des clubs face à la radicalisation qui peut toucher aussi bien des éducateurs que des dirigeants ou des licenciés. Les référents peuvent mobiliser autant que nécessaire les partenaires de la Région, la Licra ou le CNLAPS. Quand il s’agit d’un mineur, la réponse est faite en lien avec les parents, souvent démunis, le club et la ligue concernés.

 

Un dispositif unique en France qui se déploie en 2018

2017 a permis d’assoir l’ensemble de la démarche. En 2018, la formation de formateurs multipliera les capacités d’intervention auprès des clubs. Un dispositif adapté sera créé et proposé par la Région aux collectivités locales franciliennes. Pionnière en la matière, la Région propose également aux autres Régions de se saisir de l’expérience et de la développer sur leur territoire.