1 octobre 2019

Recherche : Paris Region PhD soutient 30 doctorants des DIM

DIM
Les 30 premiers doctorants lauréats du programme Paris Region PhD, le 30 septembre 2019. - Crédit photo : William Alix

La Région a accueilli, le 30 septembre, la première rencontre des acteurs des 13 Domaines d’intérêt majeur de recherche 2017-2020. L'occasion de présenter les 30 premiers doctorants lauréats du programme Paris Region PhD. Mais aussi d'annoncer un 14e DIM, sur les glyphosates, et un partenariat avec le CNRS.

La Région a accueilli le 30 septembre, dans ses locaux à Paris, la première rencontre des acteurs des Domaines d’intérêt majeur de recherche d'Île-de-France, c'est-à-dire ces domaines à enjeux majeurs que la Région soutient et qui sont au nombre de 13 sur la période 2017-2020.

L'événement a été l'occasion d'annoncer la création d'un 14e DIM, de présenter les 30 premiers doctorants travaillant sur des DIM en tant que lauréats des Paris Region PhD, et de signer une convention de partenariat avec le CNRS.

Un nouveau DIM émergent sur la question des glyphosates

La Région a ainsi annoncé le lancement d'un nouvel appel à projets pour créer un « DIM émergent » visant à structurer un réseau de recherche sur la question des glyphosates et sur les alternatives possibles aux intrants agricoles.

Les DIM, qui favorisent les articulations entre recherche, transfert de technologies, innovation et développement économique et afin de mettre la science et la technologie au service du bien commun, ont développé plusieurs types d'actions entre 2017 et 2019 :

  • Appels à projets impliquant le recrutement de doctorants et chercheurs confirmés,
  • Appels à projets d'équipements scientifiques,
  • Communication des travaux de recherche sur des thèmes tels que la culture, le patrimoine, la santé humaine et la santé animale, la thérapie génique, les sciences informatiques ou encore l'intelligence artificielle...

Les DIM en chiffres

  • 13 Domaines d'intérêt majeur labellisés pour 2017-2020 (liste complète)
  • 1 DIM émergent sur la question des glyphosates
  • 400 unités de recherche
  • 200 entreprises
  • 38 projets de médiation scientifique
  • 51 partenaires socio-économiques
  • Plus de 200 équipements financés
  • 190 emplois scientifiques créés
  • 200 doctorants

Paris Region PhD,  un nouveau programme pour 30 projets de recherche 

Autre nouveauté dévoilée ce 30 septembre : Paris Region PhD (doctorat de recherche en anglais). Ce programme finance, en partenariat avec des entreprises franciliennes, le recrutement de doctorants sur le périmètre scientifique des DIM et sur des thèmes de recherche prioritaires et liés à la transformation numérique. 

Pour la première édition, la Région consacre un budget de 3 millions d’euros à 30 projets de recherche dans plusieurs disciplines : les sciences de la vie, les sciences physiques, les mathématiques, les sciences humaines et sociales et des sujets à forts enjeux comme l'intelligence artificielle, la robotique ou le big data… 

Renforcer l’interaction recherche-entreprise 

Les objectifs de ces projets de recherche sont de renforcer les connexions entre recherche, innovation et développement économique et sociétal. Ils favorisent aussi les collaborations entre monde académique et monde de la recherche, ainsi qu’entre public et privé. 

Un projet scientifique à portée économique

Paris Region PhD en chiffres

  • 3 millions d'euros de budget en 2019
  • 30 projets sélectionnés en 2019 
  • 100.000 euros par doctorant
  • 100 doctorants d’ici 2021

Pour les jeunes chercheurs, c’est l’opportunité de s’investir dans un projet scientifique en lien avec l'activité économique, un atout majeur dans la poursuite de leur carrière professionnelle. Ces jeunes talents vont permettre aux laboratoires de renforcer leurs compétences scientifiques et aux entreprises de mieux appréhender leur travaux.

Rencontre avec 2 doctorants lauréats de Paris Region PhD

Dim

Hajer Rmadi, lauréate de Paris Region PhD, doctorante au sein du DIM longévité et vieillissement Gérond'if

« Je suis kinésithérapeute et doctorante à l’hôpital Paul-Brousse à Villejuif (94). L'objet de ma thèse est de développer des solutions de réalité virtuelle pour que les personnes âgées améliorent leur équilibre et que leur peur de tomber diminue. Cette bourse va me permettre d’améliorer la qualité de nos outils de travail pour être plus performants. Mes entreprises d'accueil sont Lumeen et Kine Quantum. Je vais aussi pouvoir collaborer avec des start-up dans le domaine du virtuel afin de proposer des outils innovants pour la rééducation à l’hôpital. » 

 

PhD

Roger Mari, lauréat de Paris Region PhD, doctorant au sein du DIM Math Innov mathématiques

« Mon travail en thèse consiste à étudier des données récupérées sur les images  radars et les images satellites. Le but est de surveiller l’évolution du relief terrestre pour prévenir les catastrophes naturelles ou contrôler les ressources naturelles... Je travaille à l’université de Paris-Saclay (91) et je suis financé par la start-up Kayrros. C’est un grand honneur pour moi d’être lauréat de cette bourse régionale. Cela me permet de faire un bond en avant dans ma carrière et me donne de nouvelles opportunités professionnelles. Cela va aussi nous permettre d’encore mieux nous équiper : nous avons notamment besoin d’ordinateurs avec des cartes graphiques sophistiquées pour la 3D. »

Un partenariat avec le CNRS 

La Région a par ailleurs signé, ce 30 septembre, une convention de partenariat avec le CNRS pour coordonner des actions communes en matière de culture scientifique technique et industrielle.

Ce partenariat marque la volonté régionale d'assurer des liens forts entre recherche et économie, et de développer la création d'entreprises issues de la recherche et du transfert de technologie.

L'objectif est aussi d'agir en faveur de la diffusion de la science auprès du grand public et notamment des jeunes. À travers un programme intitulé « Paroles de chercheurs », les lycéens franciliens pourront, le temps d'un cours, débattre et échanger avec des chercheurs du CNRS. L'objectif, renforcer et promouvoir dans les lycées la culture scientifique