1 avril 2015

Quinzaine de la librairie : des lycéens à la page

librairie-lycéens
Crédit photo : Pegah Hosseini / Région Île-de-France

La librairie Les Vraies Richesses de Juvisy-sur-Orge accueillait ce 31 mars 2015 une classe du lycée Jean-Monnet. Une rencontre prévue dans le cadre de la Quinzaine de la librairie pour les lycéens.

La Quinzaine de la librairie pour les lycéens, un événement pour se faire rencontrer élèves, auteurs et libraires

Après avoir permis à 6.000 élèves de se rendre au Salon du livre, la Région Île-de-France poursuit son action avec la « Quinzaine de la librairie pour les lycéens » : une opération (1) qui consiste à faire se rencontrer élèves, auteurs et libraires.

Ce 31 mars 2015, direction Juvisy-sur-Orge (91) : la petite librairie Les Vraies Richesses reçoit la classe de terminale Gestion Administration de Nathalie Germinal, professeure de français au lycée Jean-Monnet. L’invité du jour est Olivier Bruhnes, auteur actuellement en résidence à Montreuil (93).

librairie-lycéens

L’écrivain démarre l’entrevue sur les chapeaux de roue. « Vous êtes du coin ? Moi, j’ai de la famille par ici… » Assis par terre, les élèves se livrent au jeu des échanges. « Vous êtes acteur ? » lance un élève. Olivier Bruhnes explique son parcours. « Je ne sais pas si c'est moi qui n'aimais pas l'école ou si c'est l'école qui ne m'aimait pas. » Certains boivent les paroles, une jeune fille joue avec son stylo quatre couleurs, pensive. Quelques-uns ont attrapé un livre à portée de main. Lorsqu’une jeune fille lui demande pourquoi il est passé du métier d'acteur à celui écrivain, Olivier Bruhnes insiste : parce que l’impact des mots, de la littérature, est plus lourd. « Parce que ça (désignant l'un de ses ouvrages, La Nuit du chien), ça a plus de poids. Et puis, au théâtre, je dépendais des autres, là, c'est moi qui décide. » Voyageant entre souvenirs, anecdotes et réalités du quotidien, l’écrivain leur parle sans détours. « Vous avez une idée de combien je touche avec ce bouquin de 18,80 euros ? 10´%, soit 1,80 euro. » Des réactions d’étonnement se font entendre. « 1,50 euro sans les charges, ça me paie un café au comptoir... Mais pas dans le centre de Paris ! » Éclat de rire général. « Difficile de vivre de ses écrits », poursuit l’invité. « À partir de 15.000 exemplaires vendus, ça commence à aller mieux. Mais savez-vous combien de temps je mets pour écrire ça ? Un an ? Non, deux ans et demi, sans compter le travail éditorial ! »

«Parlez avec les libraires»

Lorsque l’attention des adolescents faiblit, Olivier Bruhnes revient à la charge. « Ah, au fait : on écrit tous ! » Désignant du doigt un élève : « Combien tu as écrit de textos aujourd'hui ?» Surpris, les élèves pouffent. On parle des écritures : l’écriture, mais aussi la relecture… Le libraire Philippe Soussan prend à son tour la parole afin d’expliquer ses choix, l'espace qu'il accorde ou non à un livre. La contrainte de la place. « Parlez avec les libraires ! Ils savent beaucoup de choses », martèle Olivier Bruhnes. Pourtant, bon nombre de questions inscrites sur papier ne seront pas posées. « Au cinéma, on subit l'image, avec les mots, on imagine l'histoire », conclut l’écrivain. « On est bloqués dans un système, dans une religion, dans un corps, dans une famille... Où peut-on être ce qu'on veut ? » « Dans nos rêves », répond un élève. « Oui, mais encore…? » Un silence. Olivier Brunhes reprend la parole : « Dans nos créations ! »

(1) Lancée par la Région, l’opération la Quinzaine des libraires se déroule du 20 mars au 15 avril 2015 dans une cinquantaine de librairies indépendantes franciliennes. Les lycéens qui y participent reçoivent un chèque-lire d’une valeur de 18 euros.