22 mai 2019

Quand l’A6 baisse le son

enrobé phonique
Crédit photo : Région Île-de-France

Un nouveau revêtement phonique est expérimenté, avec le soutien financier de la Région, sur une portion de l'A6 située à l'Haÿ-les-Roses. Avec succès puisque les 7.000 riverains constatent clairement la baisse des nuisances sonores liées à la circulation.

Chaque jour, 280.000 véhicules circulent sous les fenêtres de Pierre Rault, dont le pavillon, à L’Haÿ-les-Roses (94), jouxte l’A6, l'autoroute la plus large d’Europe avec 14 voies. Depuis longtemps mobilisé contre les nuisances sonores causées par l’autoroute, ce retraité a donc accueilli à bras ouverts les travaux de rénovation des chaussées de l’A6a et de l’A6b dans les 2 sens près de chez lui et la pose d’un revêtement acoustique innovant. 

Dans son salon, sa véranda ou son jardin aujourd’hui, le changement est clair. « Grâce à cette opération, le niveau sonore a baissé de manière non négligeable », affirme-t-il.

Ces travaux d’importance, menés en septembre et octobre 2018 par la direction des routes Île-de-France (Dirif), ont pu voir le jour grâce aux engagements pris par la Région. Ils s’élèvent à 3,5 millions d’euros, cofinancés par la Région et l’État. Selon les premières mesures, on constate entre -6 et -8 décibels, soit une division par 3 à 4 du niveau de bruit ressenti par les riverains.

enrobé phonique

La situation s’améliore

La situation s’est donc améliorée pour une partie des 2.750 habitants de l’Haÿ-les-Roses qui, selon Bruitparif, l’observatoire du bruit en Île-de-France, subissaient un niveau de bruit au-delà des seuils réglementaires.

« La pose de ce revêtement faisait partie de nos préconisations depuis 2003… Il y avait eu sur ce tronçon quelques essais ponctuels par le passé, mais cela s’encrassait très vite, explique Bernard Signarbieux, un autre habitant du quartier, membre d’une association pour la protection de la santé des riverains de l'A6. Le bitume posé récemment est meilleur, il sera sans doute plus durable dans le temps. »

Des enrobés toujours plus performants

Apparus dans les années 1990, les enrobés phoniques ont été développés pour répondre à la croissance des nuisances liées au trafic urbain. Leur principe : du vide à l'intérieur permet d'absorber les bruits de roulement entre le véhicule et la chaussée. Ils se sont améliorés de telle sorte que les enrobés offrent une réduction phonique accrue. 

Mesurer avec précision l’impact du revêtement

Aujourd'hui, les résidents ne manquent pas d’idées pour améliorer leur confort, comme végétaliser les abords de l’axe autoroutier, rehausser la butte de terre, dévier les poids lourds ou limiter la vitesse. Mais pour l’heure, l’action est à l’évaluation.

Afin de mesurer précisément l’impact du revêtement acoustique sur les niveaux de bruit, Bruitparif a installé, début septembre 2018, 2 stations de mesure permanente sur l’autoroute, une dans chaque sens, complétées par des mesures en façade des bâtiments les plus exposés au bruit. La mobilisation de la Région se poursuit.