Production ciné-TV soutenue : « Madame Claude » sur Netflix

du vendredi 02 avril au vendredi 31 décembre 2021

Produit avec le soutien de la Région, un portrait sans complaisance de la célèbre proxénète de luxe des années 1950 à 1970 en France. Le film d'une femme, Sylvie Verheyde, avec Karole Rocher dans le rôle-titre. 

100 productions ciné-TV aidées chaque année

La Région soutient 100 productions par an, dans tous les genres : 

  • Fiction,
  • Documentaire,
  • Animation.

Pour le cinéma, au stade de la production ou de la post-production

Pour l'audiovisuel, sur des productions unitaires et des séries, destinées à la télévision ou aux plateformes de streaming.

Dans tous les cas, cette aide est remboursable dès que la production est rentabilisée.

Madame Claude

Figure trouble de la prostitution de luxe dans la France des années 1950 à 1970, Fernande Grudet (1923-2015) alias Madame Claude avait eu droit à un premier biopic chic et complaisant en 1977, avec Françoise Fabian en tête de distribution.

Un film qui déconstruit le mythe

La revoici à l'écran. Cette fois sans fard, débarrassée de tous les mensonges avantageux qu'elle a tissés (son origine bourgeoise, son passé de résistante pendant la Seconde Guerre mondiale...).

Le tout, dans Madame Claude, de Sylvie Verheyde, un film bénéficiaire du Fonds de soutien de la Région à voir sur Netflix depuis le 2 avril 2021.

Au-delà des mensonges, un bandit

Cette nouvelle Madame Claude, dont le rôle-titre est interprété par Karole Rocher, déconstruit le mythe, même si des secrets demeurent. La proxénète y apparaît fascinante – elle a du pouvoir, fait trembler les hommes –, mais c’est aussi un bandit.

Le regard est désormais féminin. La cruauté de la proxénète, montrée. Et le recul, plus grand, permet d'appréhender sa chute à l'orée des années 1980 : d'abord poursuivie par le fisc, elle le sera finalement par la justice pour proxénétisme aggravé en 1992, puis condamnée à la prison.

Un film également interprété par Garance Marillier, Roschdy Zem, Benjamin Biolay...

« Stella », le précédent film de Sylvie Verheyde soutenu par la Région

La Région avait déjà soutenu un long métrage de Sylvie Verheyde : Stella (2008). La cinéaste décrit, dans ce film autobiographique, les rapports de classe, alors qu'ado d'origine ouvrière elle entre dans un grand lycée parisien. Un film qui aura d'aileurs prochainement une suite : Stella est amoureuse.

 

Informations pratiques

Adresse

sur Netflix

France

Aide régionale (Fonds de soutien) : 340.000 euros (aux Compagnons du cinéma)

Durée : 1h52

Tarification

Payant