Production ciné-TV soutenue : « Le Bazar de la charité » sur Netflix

du mercredi 01 janvier au jeudi 31 décembre 2020

Un incendie dramatique à Paris en 1897 est le point de départ d'une fresque haletante, au casting prestigieux, produite avec le soutien de la Région.

Le Bazar de la charité

Diffusée à partir du 18 novembre 2019 sur TF1 avant d'être proposée par Netflix, Le Bazar de la charité est une série-événement que la Région a aidée à travers son Fonds de soutien Audiovisuel.

Créée par Iris Bucher, auteur notamment de Victor Hugo, ennemi d'État pour France 2, cette série de 8x52 min a été réalisée par Alexandre Laurent, à qui l'on doit une autre mini-série de TF1 soutenue par la Région : La Mante.

Tout en étant une fiction, la série Le Bazar de la charité  a pour point de départ un événement authentique : l'incendie du Bazar de la charité, lieu de bienfaisance très fréquenté, en 1897 à Paris. Le drame, survenu lors d'une projection publique, a fait près de 130 morts, pour l'essentiel des femmes de la haute société et leur personnel. À partir de cet événement, la série tisse le destin de 3 héroïnes fictives : Adrienne de Lenverpré (Audrey Fleurot), une femme fortunée sous le joug d'un mari violent, Alice de Jeansin (Camille Lou) et sa bonne, Rose Rivière (Julie de Bona). Un destin qui mêle usurpation d'identité, amours interdites et émancipation.

Tournage en Île-de-France

La série a été tournée en 70 jours entièrement en Île-de-France, à la fois en studio, à Bry-sur-Marne (94), et en extérieur, notamment dans des lieux prestigieux comme le château de Saussay, à Ballancourt-sur-Essonne (91), un site déjà utilisé pour Les Liaisons dangereuses de Stephen Frears en 1988. 

Si l'extérieur du Bazar et la plupart des rues parisiennes ont été filmés en décors naturels à peu près sans retouche numérique, comme le quartier de Notre-Dame, certaines rues de Paris ont été reconstituées en studio.

L’incendie du Bazar a nécessité à lui seul 18 jours de tournage, dont 6 en extérieur et 13 en intérieur. Pour l’extérieur, réalisé au cœur de Paris, seul des îlots de fumée ont été autorisés pour des raisons de sécurité, le reste ayant été reproduit en images 3D.

La Région a versé pour cette série de 11,5 millions d'euros, une aide de 438.000 euros, incluant un bonus pour dépenses exceptionnelles de fabrication. Cela, à travers son Fonds de soutien Audiovisuel, une aide remboursable dès que la production qui en a bénéficié s'avère rentable. 

Diffusion mondiale sur Netflix

Netflix ayant acquis les droits du Bazar de la charité dans le monde pour 4 ans, la mini-série est assurée d'une large diffusion internationale. Elle sera accessible aux 160 millions d'abonnés de la plateforme de visionnage à la demande, y compris ceux situés en France. TF1 conservera cependant les droits d'exploitation de la série sur ses antennes linéaires.

La Région, fan de séries

Série Series

Parmi les séries récentes que la Région a soutenues, on peut citer : Osmosis pour Netflix, Vernon Subutex, Hippocrate, Le Bureau des légendes pour Canal+, HP, Missions sur OCS, Dix pour cent pour France 2 et Ad Vitam pour Arte. 

La Région soutient aussi les séries en finançant largement le festival Série Series, organisé au début de l'été à Fontainebleau (77).

Informations pratiques

Adresse

sur TF1 puis Netflix

Aide régionale (Fonds de soutien) : 438.000 euros (pour Quad Television)

Tarification

Gratuit