Production ciné-TV soutenue : « Et puis nous danserons » en salles

du mercredi 06 novembre au vendredi 06 décembre 2019

Un jeune homme danseur de l’Ensemble national géorgien tombe amoureux d'un nouveau venu dans le corps de ballet. Un film aidé par la Région présenté à Cannes, à voir dès ce 6 novembre.

Et puis nous danserons

À découvrir au cinéma à partir de ce 6 novembre, Et puis nous danserons, de Levan Akin, est l'un des 3 films bénéficiaires d'un soutien de la Région présentés à Cannes en 2019 qui sortent ce 6 novembre.

Les 2 autres sont :

Réalisé par un Suédois d'origine géorgienne, Et puis nous danserons a pour personnage principal Merab (Levan Gelbakhiani). Le jeune homme est danseur depuis son plus jeune âge dans l’Ensemble national géorgien. Son monde est brusquement bouleversé lorsque le charismatique Irakli (Bachi Valishvili) arrive et devient à la fois son plus fort rival et son plus grand désir.

Le fossé générationnel entre les Géorgiens

Le cinéaste a voulu témoigner du fossé générationnel entre les Géorgiens qui ont vécu pendant l'URSS (représentés par la danse) et les plus jeunes (représentés par l'amour naissant entre les 2 danseurs). La Géorgie traditionnelle rejette l'homosexualité au point qu'il n'a pu bénéficier, pour son tournage, du concours de corps de ballet officiels et qu'il a même dû travailler en secret et sous protection.

Et puis nous danserons a été sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes 2019. La Région a apporté à ce film tourné en Géorgie et coproduit par la France une aide après réalisation.

Informations pratiques

Adresse

dans les salles

France

Aide régionale (après réalisation) : 45.000 euros (à Ama productions)

Durée : 1h50

Tarification

Payant