31 mai 2016

Prêt croissance : 6 millions d'euros pour aider les TPE-PME d’Île-de-France

Avec le Prêt croissance, la Région et Bpifrance veulent permettre aux TPE (Très Petites Entreprises) et aux PME (Petites et Moyennes Entreprises) d’accéder plus facilement aux financements bancaires, souvent trop exigeants en termes de caution ou d’usage.

Accompagner le développement des petites et moyennes entreprises, une priorité régionale

« Il est plus facile aujourd’hui pour une entreprise de se faire prêter 1 million d’euros que 10.000 euros », constate Valérie Pécresse, qui rappelle que les dirigeants de petites et moyennes entreprises en Île-de-France sont nombreux à rencontrer des difficultés pour accéder au crédit. En effet, d’après une étude de GE Capital de 2014, plus d’une PME sur quatre considérait les coûts de financement et l’accès aux sources de financement comme des obstacles à sa croissance. Pour aider ces entreprises à grandir et à surmonter ces entraves, Valérie Pécresse estime que « la Région doit prendre sa part de risque pour les soutenir ».

Demandez le Prêt croissance en ligne !

Pour faciliter l'accès des TPE-PME franciliennes au Prêt croissance, une plateforme Web est mise en place.  

Fidèle à sa promesse de faire de l’Île-de-France une région « pro-business » et « tournée vers les entrepreneurs », Valérie Pécresse a mis en place – en présence de Jérôme Chartier, premier vice-président chargé de l’Économie et de l’Emploi au Conseil régional d’Île-de-France, et de Nicolas Dufourcq, le président de Bpifrance – le Prêt croissance.

Le Prêt croissance, produit d'un partenariat entre la Région et Bpifrance

Lancé en partenariat entre la Région et Bpifrance, ce prêt s’adresse aux entreprises de plus de trois ans, de moins de 50 salariés, dont l’essentiel de l’activité se tient en Île-de-France. D’un montant compris entre 10.000 euros et 50.000 euros par an, il est destiné à financer des investissements liés à des projets de développement, qui, trop souvent, se heurtent aux refus des banques du fait de la difficulté à prendre des garanties.

Pour prétendre à ce prêt, les dirigeants de TPE et PME ont le choix : ils peuvent le solliciter via leur banque privée qui pourra alors leur proposer un prêt partagé avec Bpifrance, ou soumettre leur dossier en ligne sur une plateforme dédiée.

La Région et Bpifrance misent sur 1.000 prêts par an, ce qui correspond à un effort régional de 6 millions d’euros chaque année. « L'esprit d'entreprise est très vif dans notre région, mais il faut aider les entreprises à grandir et à prospérer de manière durable », a conclu la présidente de la Région.

Tripler le nombre de PME bénéficiaires du Fonds Régional de Garantie

Parallèlement, la Région Île-de-France renforce le fonds de garantie pour tripler le nombre de PME bénéficiaires.

Créé en 2001, ce fonds facilite l’accès aux prêts bancaires en partageant une part du risque avec le banquier. En accord avec Bpifrance, la Région a décidé d’en doubler le volume d’intervention pour atteindre 1.000 prêts bancaires par an d’ici 2017, soit un effort régional de 600 millions d’euros par an. Ainsi, 3.000 entreprises devraient bénéficier d’une garantie régionale chaque année.

Pour atteindre cet objectif, trois priorités sont mises en avant :

  • Accorder des prêts de plus petite taille, ce qui permet de mieux couvrir et de faciliter l’accès aux crédits bancaires des TPE.
  • Diversifier les secteurs d’activité soutenus et mettre fin aux exclusions sectorielles. En effet, le FRG se concentre actuellement sur quatre grands secteurs – commerce, industrie, activités scientifiques et techniques, information et communication. Il sera élargi aux activités liées à l’énergie, la défense et à publicité aujourd’hui exclues de son champ d’intervention.
  • Élargir la cible des entreprises bénéficiaires du Fonds régional de garantie vers le haut en direction de grosses PME qui comptent plus de 50 salariés, notamment pour des besoins significatifs de financement immatériel.

Ce fonds permet très concrètement de limiter le montant de la caution solidaire du dirigeant demandée par la banque. Un prêt bancaire peut ainsi être co-garanti jusqu’à 70 % maximum, Bpifrance venant apporter un euro pour chaque euro du Fonds régional de garantie (35 % FRG, 35 % Bpifrance, 30 % banque).