Service Presse

Présentation du budget 2018 de la Région Île-de-France : un budget exigeant avec un haut niveau d’investissement

 

Le budget 2018 sera voté dans un contexte financier très contraint. La Région Île-de-France est confrontée à une baisse de ses recettes de 102,4 M€, soit -2,4 %. Cette baisse est principalement due à la disparition, contrairement aux engagements de l’Etat, du fonds de transition pour le développement économique et l’innovation doté de 55,1 M€ pour l’Île-de-France.

 

En 2018, la région continuera à augmenter ses investissements au bénéfice de tous les Franciliens. Fin 2018, les investissements auront augmenté de 25% par rapport à 2015. Quant aux dépenses de fonctionnement, elles diminueront de 12% fin 2018 par rapport à 2015.

 

Au terme de ces trois ans d’efforts, 718 M€ d'économies cumulées auront été réalisées au cours de cette période, soit près de 120 € par ménage Francilien. En parallèle, l’emprunt d’équilibre reste stable et la capacité de désendettement de la Région reste inférieure à 8 années, conformément aux orientations du gouvernement.

 

Le budget 2018 sera au service de trois objectifs :

  1. Faire de l’Île-de-France la première Région écologique d’Europe ;
  2. Rendre la Région plus attractive au service de l’emploi ;
  3. Réduire les fractures territoriales et sociales.

 

 

1. Faire de l’Île-de-France la première région écologique d’Europe.

 

La région Île-de-France consacrera en 2018 un budget de 1,9 Md d’Euros au service de sa politique écologique et de développement durable. Ce sont 873 M€ d’investissement en 2017 qui seront dépensés pour créer une région-métropole écologique modèle en Europe, c’est 28% de plus qu’en 2015.

 

-        Pour atteindre cet objectif, les transports recevront cette année 1,5 Mds € pour accélérer des chantiers en cours (comme le prolongement de la ligne 11 du métro vers Rosny-Bois Perrier, du Tram express 12 (tram-train Massy Évry), de la ligne 4 vers Bagneux, du tramway T1 entre Gennevilliers et Colombes), poursuivre la résorption des bouchons et mettre en œuvre le plan vélo.

-     L’environnement et le financement des énergies de demain disposeront de 86,6 M€ d’investissements, soit une progression de 22,5 % des investissements par rapport à 2015. Des investissements qui permettront notamment de financer des projets énergétiques propres, de rendre la région plus verte grâce à la création d’espaces verts prévu dans le plan de végétalisation et à la limitation de la production de déchets.

-     La construction ou rénovation des logements et la création des 100 quartiers écologiques bénéficieront de 129 M€. La moitié de ces quartiers a déjà été lancée en deux ans

 

2. Rendre la région plus attractive au service de l’emploi.

 

806 M€ d’investissements en faveur de l’attractivité, de la formation et de l’emploi, soit une hausse de 32% par rapport à 2015.

 

-       Les efforts budgétaires très importants dédiés aux lycées en 2017 seront maintenus en 2018 avec 778 M€. Ces efforts s’inscrivent dans le cadre du plan d’urgence de 5 Milliards d’euros prévu en faveur des lycées pour remédier à la vétusté et aux classes surchargées. Plus de 14 opérations entreront en phase de travaux en 2018, dont 5 lycées neufs qui seront lancés.

-     Les dépenses en faveur de la formation professionnelle et de l’apprentissage resteront également à un niveau élevé pour atteindre l’objectif de 100 000 apprentis et 20 000 demandeurs d’emploi en formation d’ici 2021. Le nombre d’apprentis a augmenté de 8 % en 2016.

-     L’innovation, la recherche et l’enseignement supérieur seront fortement soutenus pour dynamiser l’attractivité. Près de 134 M€ sont dédiés à la dynamisation du tissu économique et à l’innovation : 203 entreprises ont bénéficié d’un soutien de la région depuis deux ans et ce sont près de 200 nouvelles autres PME qui seront accompagnées en 2018. La région financera 4 équipements universitaires majeurs comme le campus de Condorcet ou la bibliothèque de Nanterre pour faire des campus franciliens des lieux attractifs pour les étudiants et les chercheurs. Elle soutiendra aussi des projets d’avenir des équipes de chercheurs dans les domaines d’intérêt majeur de recherche qu’elle a défini.

-     Le renforcement des exploitations agricoles, la promotion du bio et la diffusion des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement bénéficieront de 16 M€.

-     Enfin, la région fera des 135 M€ de fonds européens un levier pour stimuler l’attractivité, l’emploi et la réduction des fractures

 

3. Garantir la cohésion sociale et territoriale.

 

156 M€ d’investissements pour réduire les fractures sociales et territoriales franciliennes, soit une augmentation de 39% par rapport à 2015.

 

-     La culture pour tous en en Île-de-France reste l’axe majeur de la politique culturelle régionale. Son budget sera de près de 94 M€ dont 66,1 M€ permettront de financer des aides à la création.

-     Les sports et les loisirs bénéficieront d’un budget de 74,4 M€ dont 55,4 M€ d’investissement soit une hausse de 90% par rapport à 2015. L’objectif est d’encourager la pratique sportive et de combler les carences en équipements sportifs de proximité.

-     La Région Île-de-France continuera à déployer le « bouclier de sécurité » pour mieux sécuriser les lycées, les communes avec la vidéo protection et l’équipement des polices municipales. 112 communes ont bénéficié d’une aide à l’équipement en vidéo protection depuis 2016 et 84 polices municipales ont été soutenues pour le renouvellement d’équipement. Les investissements connaîtront une hausse de 217% par rapport à 2015.

-     Le rééquilibrage des investissements vers les zones rurales sera poursuivi avec 23,7 M€ dédiés à la ruralité en 2018.

-     Enfin, la Région restera un acteur de la solidarité en 2017 grâce à un budget de 23,3 M€ finançant ses actions sociales pour réduire les fractures territoriales en soutenant les personnes en situation de précarité et en incitant les jeunes médecins à s’installer dans les déserts médicaux.

 

Depuis deux ans, les efforts d’assainissement des finances régionales ont été reconnus par les agences de notation et par la Cour des comptes, qui ont souligné la baisse des dépenses de fonctionnement et la stratégie budgétaire mise en place. En l’espace de trois ans, la Région sera redevenue une collectivité d'investissement : la part de l'investissement dans les autorisations budgétaires sera passée à 48 % en 2018 alors qu’elle n’était que de 40% en 2015.

 

 

Nous vous prions de bien vouloir trouver, en pièce jointe (clic sur le lien en haut à gauche), le dossier de presse.

 

 

Contact presse : Laureen Favier – laureen [dot] favieratiledefrance [dot] fr - 01 53 85 66 78 15