Lycée Georges Brassens à Villeneuve-le-Roi (94) : contre-expertise présentée au CHSCT

A l’occasion du CHSCT du 4 janvier 2018 du lycée Georges Brassens à Villeneuve-le-Roi, les représentants des services de la Région Ile-de-France ont présenté, en toute transparence, les résultats de la contre-expertise qu’ils ont diligentée pendant les vacances scolaires pour établir une évaluation complète de la situation (dalles, faux-plafonds, prélèvements et analyses des flocages, pose de 15 pompes pour des mesures atmosphériques quant à la présence d’amiante dans l’établissement).

Les investigations de la société Expertam ont montré que :

-        Il n’y a pas d’amiante dans l’air.

-       Il y a de l’amiante dans les flocages dans les salles de classe uniquement (pas dans les couloirs et zones communes de circulations, ni dans le bâtiment de la demi-pension), recouvert par un flocage non amianté.

-      Cet amiante a été évalué en bon état de conservation. La réglementation n’impose pas la fermeture mais un contrôle périodique dans 3 ans.

L’assainissement de la salle de classe dans laquelle les dégradations de faux-plafond avaient eu lieu a également été fait pendant les vacances.

Au vu de ces nouvelles investigations précises, toutes les conditions sont à présent réunies pour la reprise des cours le lundi 8 janvier.

Les services de la Région ont également demandé que les salles de classe soient fermées à clé lorsqu’elles ne sont pas utilisées ou surveillées par des adultes pour éviter toute dégradation volontaire de faux plafonds.

Par ailleurs, la Région Île-de-France a répondu favorablement à la demande de pose de pompes pour des mesures atmosphériques pour analyser la qualité de l’air lors des prochaines vacances scolaires, soit bien avant l'échéance réglementaire des trois ans. Des contrôles réguliers de l'état des faux plafonds seront par ailleurs opérés par les services de la Région.

La Région Île-de-France travaille également à un phasage des travaux de reconstruction du lycée, qui sera présenté dans quelques semaines afin d’accélérer le chantier.

Enfin, la Région Île-de-France exercera toutes les voies de recours possibles, y compris pénales, à l’encontre de la société Innax qui, en 2015, avait levé le doute sur la présence d'amiante dans le flocage de ce lycée, contrairement aux résultats de la contre-expertise diligentée en fin d’année 2017.

La Région Île-de-France reste pleinement mobilisée pour assurer une reprise des cours dans des conditions de travail et de sécurité optimales.