6 février 2018

Pollution liée aux inondations en Île-de-France : la Région se mobilise

Comme en 2016, la Région met en place un fonds d'urgence de 1 million d'euros pour aider les communes touchées par les inondations en Île-de-France. Il pourra être abondé en fonction des besoins. La Région demande aussi à l'État d'améliorer la collecte des déchets sur les cours d'eau.

La Région Île-de-France réactive son fonds d'urgence en y injectant 1 million d'euros. Lors des inondations en Île-de-France de juin 2016, 5 millions d'euros de crédits avaient ainsi été débloqués pour venir en aide aux sinistrés (communes, agriculteurs et professionnels du tourisme notamment). 

Inondations en Île-de-France : des conséquences sur la gestion des déchets

Au-delà des conséquences importantes pour les Franciliens, ces inondations en Île-de-France, entraînent également un phénomène préoccupant d'accumulation de déchets le long des berges et au niveau de certains ouvrages. C'est en particulier le cas à Méricourt (78), où s'était installée ces derniers jours une nappe de 200 tonnes de déchets sur plus de 8.000 m². Les déchets ne sont aujourd'hui plus visibles, sans que personne, à ce stade, ne puisse apporter une quelconque explication sur cette disparition.

Jean-Philippe Dugoin-Clément, vice-président chargé de l'écologie et du développement durable, était ce 6 février 2018 sur le terrain, aux côtés du maire de Méricourt, Philippe Geslan. Lors de cette visite, il a rappelé les inquiétudes de la Région Île-de-France concernant ce qu'il est advenu de cette pollution qui demeure, les déchets n'ayant pas été collectés et traités. Il a rappelé que l'État, via son établissement public Voies navigables de France (VNF), est responsable de l'entretien et de la gestion du fleuve sur le domaine public fluvial. Il demande à l'État des éléments d'explication et souhaite connaître le détail des mesures mises en place par VNF pour circonscrire la pollution, les quantités et la nature des déchets, qui auront pu être ramassées par les entreprises missionnées.

Coordonner l'action régionale et l'action étatique

Par ailleurs, la Région Île-de-France va saisir Nicolas Hulot, ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, afin de lui demander :

  • Que VNF mette en place des installations expérimentales sur la Seine et sur les principaux cours d'eau franciliens pour circonscrire les pollutions liées aux déchets tout au long de l'année, mais plus encore en période de crue.
  • De réunir, une fois les inondations passées, une conférence coprésidée par le préfet de région et par la présidente de la Région Île-de-France, afin de réunir les acteurs compétents au titre de la loi GEMAPI, et de coordonner leur action à l'échelle de la Région métropole francilienne.