5 décembre 2016

Pollution de l'air en Île-de-France : pour une circulation alternée automatique dès que le niveau de pollution l'exige

Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France, et Chantal Jouanno, Vice-présidente chargée de l'Écologie et du Développement durable, rappellent que le premier objectif de la politique environnementale de la Région est la santé des Franciliens.

Par conséquent, Valérie Pécresse et Chantal Jouanno réitèrent leur demande au Préfet de police de mettre en place la circulation alternée le plus rapidement possible. À l'avenir, la Région souhaite que le déclenchement de cette disposition soit automatique dès lors que les indicateurs de pollution l'exigent. Pour atténuer les désagréments que cette décision cause aux automobilistes franciliens, la Région mettra en place la gratuité totale des transports en commun en Île-de-France pendant cette période. Le coût de cette mesure est d'environ 4 millions d'euros par jour.

La Région rappelle son action vigoureuse dans le cadre du nouveau plan régional pour la qualité de l'air voté en juin dernier pour réduire de façon durable la pollution de l'air. D'après Airparif, cet épisode de pollution est lié aux émissions dues au trafic routier et au chauffage au bois avec des appareils vétustes. Pour lutter contre la pollution due à la combustion du bois, la Région votera la semaine prochaine la mise en place d'un fond Air-bois de 1 million d'euros pour le remplacement des vieilles chaudières au bois, en commençant d'abord par le territoire de l'Essonne.

Pour lutter durablement contre les émissions dues au transport, la Région met en place une politique de transport globale intégrant le plan « anti-bouchons », le plan vélo, et plus spécifiquement une aide au remplacement des véhicules utilitaires anciens des artisans, la réduction du parc de bus diesel avec l'objectif 100 % de bus propres en 2025 et l'encouragement du co-voiturage et de l'autopartage.  À l'heure où le Préfet restreint les conditions de circulation des poids lourds, nous rappelons également que la Région a demandé à l'État la possibilité d'instaurer une écotaxe régionale pour les poids lourds en transit.

L'intensité et la durée de cet épisode de pollution à cette date sont inhabituelles. Les pics d'intensité horaire atteignent des niveaux jamais enregistrés par Airparif. Par conséquent, il convient de s'interroger sur les facteurs explicatifs de cet événement exceptionnel. Nous demandons donc au Préfet de police d'évaluer les conséquences de  la fermeture des voies sur berges sur les embouteillages induits à Paris et en petite couronne et sur la pollution de l'air.

 

   

Contact presse : 01 53 85 66 45 - servicepresse@iledefrance.fr