Production ciné-TV soutenue : « Paris police 1900 » sur Canal+

du lundi 08 février au lundi 31 mai 2021

En 1899, dans un Paris miné par les violences nationalistes et anarchistes, le cadavre d’une inconnue retrouvée dans la Seine propulse un inspecteur au cœur d’une enquête qui révélera un lourd secret d’État.

100 productions ciné-TV aidées chaque année

La Région soutient 100 productions par an, dans tous les genres : 

  • Fiction,
  • Documentaire,
  • Animation.

Pour le cinéma, au stade de la production ou de la post-production

Pour l'audiovisuel, sur des productions unitaires et des séries, destinées à la télévision ou aux plateformes de streaming.

Dans tous les cas, cette aide est remboursable dès que la production est rentabilisée.

Paris police 1900

Série bénéficiaire du Fonds de soutien Audiovisuel de la Région, La Garçonne, diffusée en septembre 2020 sur France 2, semble avoir annoncé un nouveau filon dans la série française : le policier historique.

Un mix feuilleton policier-drame historique

À voir à partir du 8 février 2021 sur Canal+, Paris police 1900, série de 8 x 52 min également soutenue par la Région, mixe, elle aussi, feuilleton policier et drame historique.

L'histoire se passe en 1899 dans un Paris ultra-violent où la République est prise en étau entre les ligues nationalistes et antisémites, et la menace anarchiste.

Alors que le président de la République Félix Faure vient de mourir dans les bras de sa maîtresse, le préfet Lépine (Marc Barbé) est rappelé pour maintenir l’ordre dans Paris. Au même moment, un jeune inspecteur ambitieux (Jérémie Laheurte) est chargé d'enquêter sur la découverte du cadavre d’une inconnue dans une valise dans la Seine. La première femme avocate en France, Jeanne Chauvin (Eugénie Derouand), vient l'épauler. L'affaire intéresse aussi un inspecteur corrompu (Thibaut Évrard) qui engage comme espionne la courtisane (Évelyne Brochu) accusée d’avoir tué le président au cœur fragile pendant des ébats. Ces personnages que tout oppose devront s’unir pour tenter de déjouer un coup d'État.

La Belle Époque passionnée par le fait divers sanglant

Créée par le scénariste de BD Fabien Nury, la série Paris police 1900 s'inspire de faits réels, mêlant des personnages ayant réellement existé à d'autres, fictifs. Tous sont volontairement interprétés par des comédiens peu connus du public pour mieux emporter son adhésion, explique Julien Despaux, l'un des réalisateurs.

Parce que « l’imaginaire visuel de la Belle Époque restait à explorer », Fabien Nury l'a voulu sombre. « La Belle Époque, c’est le début du Théâtre de Grand-Guignol, explique-t-il au Parisien. Donc de la violence. C’est aussi l’époque où toute la population se passionne pour le fait divers sanglant. Quand Pierre Souvestre et Marcel Allain (...) racontent Fantômas, on s’est dit que cette époque se rêvait elle-même comme un feuilleton policier. Dès lors, on savait qu’on pouvait raconter cette série comme un feuilleton policier, haletant et d’une grande noirceur plutôt que comme une chronique nostalgique. » 

Décors naturels avec une touche « western » et « gothique »

La série a été largement tournée en décors naturels, des photos d'époque à l'appui. Avec une volonté assumée d'apporter une touche « western » et « gothique » façon « Jack l'éventreur », à travers beaucoup de réverbères, de pavés et de calèches.

Paris police 1900 est la série la plus coûteuse produite à ce jour par Canal+ : le budget de chacun des 8 épisodes se chiffre à 2 millions d'euros. Par ailleurs, contrairement à Versailles, par exemple, dont la Région a également soutenu la production, la série est 100% française, aucun coproducteur étranger n'y ayant participé.

 

Informations pratiques

Adresse

sur Canal+

France

8 x 52 min

Aide régionale (Fonds de soutien) : 480.000 euros (à Tétra Média Fiction)

Tarification

Payant