1 juillet 2019

Fonds Air-Bois : pour une meilleure qualité de l’air et une baisse des factures de chauffage

qualité_air_1280
Crédit photo : Alfonso Cerezo pour Pixabay

La Région encourage financièrement les Franciliens à remplacer leurs anciens équipements de chauffage individuel au bois par des équipements modernes moins polluants, pour une meilleure qualité de l'air.

Les équipements individuels peu performants de chauffage au bois ainsi que certaines pratiques contribuent à une mauvaise qualité de l’air notamment aux niveaux élevés de particules.

Un des moyens de limiter les émissions polluantes liées à la combustion du bois est de remplacer les anciens équipements de chauffage individuel par des équipements modernes plus performants et d’adopter de bonnes pratiques. 

C’est l’objectif du fonds Air-Bois en Île-de-France qui est un dispositif du plan régional « Changeons d’air en Île-de-France »,  déployé en partenariat avec l’ADEME.

Le Fonds Air-Bois : meilleures qualité de l'air et performance énergétique

Diminuer les émissions polluantes  

Le remplacement d’un matériel ancien polluant par un équipement plus performant permet d’améliorer la qualité de l’air. La démarche Fonds Air-Bois vise également à diffuser des bonnes pratiques afin d’utiliser ces équipements dans les meilleures conditions pour limiter les émissions de polluants atmosphériques : utilisation de bois adaptés au matériel, entretien des équipements, respect des interdictions comme le brûlage des déchets verts à l’air libre.

À savoir 

En une journée, les quantités de particules émises par un foyer fermé ancien peuvent être aussi importantes (données AIRPARIF) que celles d’un véhicule diesel qui parcourt 4000 km.

Réaliser des économies de combustible 

Les bénéficiaires du fonds Air-Bois verront baisser leur facture de chauffage. Le fonds Air-Bois répond également à des problématiques de performances énergétiques et de consommation de ressources renouvelables locales. 

Les impacts sur l’environnement et la santé

Des émissions de polluants atmosphériques nocifs

La combustion du bois dans les équipements de chauffage individuels émet des polluants atmosphériques problématiques qui sont des composés particulièrement nocifs : 

  • monoxyde de carbone (CO), 
  • imbrûlés solides (suies, goudrons, charbon...), 
  • composés organiques volatils (COV), 
  • hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), 
  • dioxines et furannes... 

Les particules fines

Les quantités de particules fines sont considérées comme un bon indicateur des risques en matière sanitaire liés aux combustions.
En 2015, 28% des particules de PM10 et plus de 42 % des PM2.5 émises en Île-de-France sont dues au chauffage au bois individuel.

Le remplacement des appareils anciens par des équipements plus performants, avec un dimensionnement adapté au besoin, permet de réduire les émissions de polluants et les consommations de bois. A noter que pour obtenir ces meilleures performances, de bonnes pratiques d’utilisation (qualité du combustible, gestion du feu, entretien) sont nécessaires.

Le réchauffement climatique

Le bois de chauffage, en ressource locale gérée et utilisée de manière raisonnée, est une source d’énergie renouvelable. Dans ces conditions, il contribue à l’indépendance énergétique et au développement d’emplois locaux. 

En matière de lutte contre le changement climatique, les points importants à bien gérer sont de limiter :

  • les émissions de gaz carbonique (CO2) liées au cycle du bois (transport, mode d’exploitation …),
  • les émissions de particules lors de la combustion. Ces particules qui ont un impact sur la santé participent également au réchauffement climatique. 

La qualité de l’air à l’intérieur des habitations

La pollution en air intérieur provient de multiples sources et son niveau dépend énormément des pratiques d’aération des habitants. Les appareils de chauffage au bois sont susceptibles d’émettre des particules et des gaz de combustion à l’intérieur des habitations. Adopter de  bonnes pratiques est indispensables pour éviter d’altérer fortement la qualité de l’air intérieur.