Publié le 20 janvier 2020

« Mon entreprise a été soutenue par le Fonds social européen »

Crédit photo : Cécile Muzard

Leslie Marel est la fondatrice de Biomarel, une entreprise commercialisant des dispositifs apportant de l’autonomie aux personnes en situation de handicap. Grâce au Fonds social européen, elle a pu développer son activité. Témoignage.

Tout sur les 3 fonds européens gérés par la Région 

Téléchargez  notre brochure « Fonds européens : mobiliser l'Europe en Île-de-France ».

Plus d'infos aussi sur europeidf.fr.

Depuis 2014, la Région gère aussi des fonds européens. Elle s'est vu confier à cette date et pour 6 ans 541 millions d'euros à investir au profit de la recherche et du développement économique, pour promouvoir l'éducation, encourager la transition énergétique...

L'enveloppe gérée par la Région regroupe 3 fonds européens :

Le Fonds social européen (FSE) finance principalement des dispositifs de création d'entreprise, d'aide à l'emploi et à la réinsertion. Leslie Marel en a bénéficié pour créer Biomarel, entreprise développant des dispositifs d’aide à la communication et de retour à l’autonomie pour les personnes en situation de handicap. Rencontre et explications.

Comment est née votre entreprise Biomarel ?

Leslie Marel : Je suis ingénieure biologiste de formation. Il y a 4 ans, j’ai fait la connaissance d’une personne que la maladie de Charcot privait de la possibilité de communiquer. Avec mon conjoint, informaticien, nous avons développé un dispositif  permettant d’utiliser un ordinateur grâce aux mouvements des yeux et de la tête. Le premier mot qu’a écrit cette personne était « Merci ». C’est à la suite de ce premier prototype que nous avons décidé de créer Biomarel, en 2018.

Fonds européens 2021-2027: donnez votre avis. 

Une concertation en ligne est organisée jusqu'au 14 février 2020 pour connaître les attentes des Franciliens en matière d'aides européennes.

Quelles ont été les étapes clés de votre développement ?

L. M. : Le démarrage d’une entreprise de ce type est complexe : Biomarel doit à la fois industrialiser son invention, le BMconnect, la commercialiser et imaginer de nouveaux produits. Tout cela demande des ressources importantes, en personnel comme en investissements, alors que nous sommes engagés dans une démarche de prise en charge du dispositif par la Sécurité sociale et par les mutuelles.

De quels soutiens financiers avez-vous bénéficié ?

L. M. : Après une première subvention d'un laboratoire, nous avons été récompensés par le trophée Innovation du concours Créatrices d’avenir 2018, soutenu par le Fonds social européen. Ce trophée s’est accompagné d’un prêt d’honneur. Ça a été un pas décisif, qui nous a permis de poursuivre notre effort. Pour pérenniser notre jeune entreprise, nous avons également lancé une campagne de financement participatif. Aujourd’hui, Biomarel emploie 3 personnes et 1 alternante.

Vidéo de présentation du dispositif BMconnect