Méthanisation : une fabrique d'énergie verte encouragée

L'agriculture est source d'innovations permanentes, notamment en matière d'énergies renouvelables. La Région soutient les agriculteurs franciliens dans leur recherche de solutions alternatives et durables. La méthanisation, qui monte en puissance, en fait partie. Explications.
La méthanisation, comment ça marche ?

© Ademe
Les sous-produits issus de l’agriculture, les biodéchets (ex. poussière de chanvre, pulpes de betteraves, seigle, résidus de silos à céréales), appelés intrants, sont collectés, triés et chauffés. Les bactéries digèrent cette matière organique et la transforment en engrais naturel et en biogaz. L’énergie 100% verte, nenouvelable et locale ainsi produite est valorisée en électricité et chaleur (par cogénération) ou en biocarburant (biométhane), et le résidu naturel (le digestat), sous forme d’épandage agricole.
Pour en savoir plus sur la méthanisation, cliquez ici.

La Région et l’Ademe ont lancé, en octobre dernier, un appel à projets commun pour développer une méthanisation durable, au service de l’indépendance énergétique, l’emploi et la protection de l’environnement en Île-de-France. 

 

Circulaire et vertueuse

La méthanisation représente des enjeux importants pour le secteur agricole, l’assainissement, les transports, le développement économique, etc. Elle permet de mieux utiliser les ressources et de diminuer la pollution grâce à une économie circulaire et vertueuse.

La Stratégie énergie-climat, qui sera soumise au vote du Conseil régional le 3 juillet prochain, prévoit une montée en puissance de la méthanisation en Île-de-France, dont les gisements de biomasse sont riches et nombreux.

La Région y consacre 4 M€ par an et accompagne actuellement 17 projets d’unités de méthanisation en Île-de-France. Le site « Létang Biométhane », inauguré le 23 juin à Sourdun (77), est exemplaire en la matière. Il produit 13 GWh de gaz naturel par an, l’équivalent de la consommation de 1.124 foyers.

 

« Nous avons réduit de moitié nos achats d’engrais et gagné en autonomie »

Témoignages de François-Xavier et Thibault Létang, agriculteurs pionniers de la méthanisation francilienne, à Sourdun (77)

Notre volonté de départ était d’augmenter la valeur ajoutée de notre production végétale (betteraves, pommes de terre, céréales) et de réinjecter de la matière organique au sol. Notre première unité de méthanisation “Letang Biogaz” est ainsi sortie de terre en 2014. Plutôt que de l’agrandir, nous avons choisi d’en ouvrir une deuxième, “Létang biométhane”, qui puisse traiter de plus gros volumes d’intrants (30 tonnes/jour). Nous avons reçu, pour ce projet, 1 M€ de la Région et 200.000€ de l’Ademe.

Ces fonds ont été injectés dans la construction d’un bâtiment qui prépare la matière (déchets agro-industriels et cultures intermédiaires comme l’avoine), des cases de stockage, le raccordement au réseau de gaz (4 km de tuyaux) et de nombreux aménagements.


La méthanisation est vraiment positive pour nous. Elle nous permet, en plus de la valorisation en gaz distribué par GRDF, de récupérer le jus des intrants et de l’utiliser comme engrais pour nos cultures. Nous avons réduit de moitié nos achats d’engrais et gagner en autonomie. Sans compter les emplois créés.


Notre vision de l’agriculture durable nous amènera peut-être, à long terme, à récupérer l’électricité de nos panneaux photovoltaïques pour fabriquer de l’hydrogène et vice versa. L’avenir de l'agriculture est aux Smart Grids (réseaux malins) !

 
Le Pacte agricole régional, adopté par le Conseil régional le 31 mai dernier, va permettre d’accélérer l’émergence de ces nouveaux projets innovants et de créer les conditions d’un développement économique équilibré pour les agriculteurs.

Photo : vue aérienne de l'unité de méthanisation « Létang Biométhane » à Sourdun (77) © DR