Publié le 27 janvier 2022

Mémorial de la Shoah : le devoir de mémoire dans les lycées franciliens

Auschwitz

Crédit photo : iStock

Le 27 janvier est la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. Elle commémore la date de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau, en 1945. Chaque année, la Région œuvre aux côtés du Mémorial de la Shoah pour sensibiliser les lycéens franciliens au devoir de mémoire de ce pan de l’Histoire.

« Comment en arrive-t-on là ? »

La Région et le Mémorial de la Shoah publient chaque année un document de 8 pages sur l'histoire de la Shoah, à destination des équipes enseignantes et pédagogiques des lycées franciliens.

Cliquez sur le visuel ci-dessous pour découvrir le numéro publié en 2021, dont le dossier était consacré à l'année 1941 :

Le 27 janvier est la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste. Cette date marque l’anniversaire de la libération du complexe de camps concentration et d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau par les troupes soviétiques, le 27 janvier 1945.

La Région œuvre aux côtés d’associations pour stimuler, valoriser et structurer l’engagement et la citoyenneté chez les jeunes, notamment le devoir de mémoire. Pour cela, elle propose des actions dans ou hors les murs des lycées franciliens.

Mémorial de la Shoah : se souvenir des victimes de l’Holocauste

Depuis plus de 20 ans, le Mémorial de la Shoah et la Région Île-de-France travaillent côte à côte pour transmettre et expliquer l’histoire aux élèves franciliens.

Grâce à ce partenariat, chaque année, des jeunes des lycées et des centres de formation professionnelle d'Île-de-France se rendent en Pologne pour visiter les camps de concentration et d’extermination nazis d’Auschwitz-Birkenau.

Les objectifs de ce partenariat sont multiples :

  • Donner corps à l’histoire, en offrant des témoignages vécus d’un passé menacé par l’oubli,
  • Maintenir chez les jeunes un esprit de tolérance et de compréhension mutuelle au-delà des clivages, notamment communautaires,
  • Fortifier l’apprentissage de la citoyenneté chez les jeunes lycéens et les sensibiliser aux valeurs de la République.

Les visites d'Auschwitz, auxquelles les jeunes participent sur la base du volontariat, sont précédées d'ateliers de préparation en amont. Et elles sont suivies par la création, en groupes, de panneaux graphiques dans lesquels les participants expriment ce que l'expérience leur a inspiré. Plus d'infos.

De nombreuses actions à destination des lycéens et de leurs enseignants

Les voyages des lycéens franciliens à Auschwitz depuis 2000

  • 68 journées de visite,
  • 9.260 jeunes Franciliens concernés,
  • 511 établissements concernés (463 lycées et 48 CFA).

Plusieurs actions sont mises en œuvre pour les lycéens, dans leur établissement ou hors les murs, pour atteindre ces objectifs :

  • Un voyage d’études de 4 jours pour visiter le complexe d’Auschwitz-Birkenau et l’ancien quartier juif de Cracovie,
  • Des visites du Mémorial de la Shoah à Paris, accompagnées de débats et de travaux sur des documents,
  • Des parcours de mémoire en Île-de-France : Mémorial de la Shoah, Drancy, le Mont Valérien.
  • La mise à disposition d’expositions itinérantes, dont celles réunissant les créations graphiques inspirées aux jeunes ayant visité le camp d'Auschwitz-Birkenau,
  • Un cycle de projections de films sur la Seconde Guerre mondiale, accompagné de débats avec des témoins, cinéastes ou historiens,
  • Des parcours de mémoire en dehors de l'Île-de-France : visite de l’ancien camp de Pithiviers (45) sur les enjeux des lieux de mémoire au XXIe siècle, ateliers pédagogiques au Musée-Mémorial des enfants du Vel' d’Hiv' à Orléans (45)...
  • Sensibilisation des professeurs et chefs d’établissement à l’enseignement de la laïcité et des valeurs de la République, de l’histoire de la Shoah et des génocides, aux ressorts du racisme, de l’antisémitisme et l’histoire du complotisme,
  • Des ateliers de citoyenneté : afin de développer le sens critiques des lycéens sur la prévention de la radicalisation.

Au cinéma : « Une jeune fille qui va bien », film soutenu par la Région

Une jeune fille qui va bien

En salles depuis le 26 janvier 2022, Une jeune fille qui va bien est le premier film de la comédienne Sandrine Kiberlain, produit avec le soutien de la Région.

Le synopsis : Irène, jeune Juive qui vit pleinement l’élan de ses 19 ans à Paris au cours de l’été 1942. Voulant devenir actrice, elle vit dans l'insouciance, entourée de ses amis, de son nouvel amour et de sa famille, qui se déchire autour des récentes lois anti-juifs alors que la rafle du Vel' d'Hiv' se profile.

Plus d'infos.