12 juin 2018

Lycées : regards croisés de deux proviseurs sur le budget d'autonomie

Lycée Massy
Crédit photo : Conseil régional Ile-de-France

Nouvelles activités pédagogiques, nouveaux matériels... Le budget d'autonomie permet aux lycées de lancer des projets spécifiques à leurs établissements et au bénéfice des élèves. Trois questions à deux proviseurs de Fontainebleau et Massy qui l’expérimentent.

Quand votre établissement a été nommé comme lycée pilote pour le budget d'autonomie, saviez-vous d'emblée comment utiliser celui-ci ?

Patrick Berthelot, lycée François-Ier à Fontainebleau (77), lycée pilote depuis la rentrée 2017 :
Dans la démarche, les fonds relevant du budget d’autonomie doivent être utilisés comme des fonds exceptionnels : il faut s’en servir pour des activités exceptionnelles, mais qui puissent amorcer des pratiques durables, notamment pour nous rendre plus performants en matière de pédagogie et d’éducation. 

Mariane Girou, lycée Parc-de-Vilgénis à Massy (91), lycée pilote depuis la rentrée 2016 : 
Dans sa forme actuelle, le budget d’autonomie me semble être une initiative des plus louables. Il y a tout d’abord eu la simplicité de la demande initiale, sans formalisme particulier, sans lourdeur administrative. La compréhension des services régionaux qui accompagnent notre action sans a priori sont un atout indéniable. La souplesse avec laquelle nous pouvons procéder pour monter des projets tout au long de l’année facilite grandement la tâche.

 

Qu’avez-vous pu mettre en œuvre dans votre lycée avec ce budget, que ce soit au niveau des investissements, des dispositifs pédagogiques innovants et dans quelle dynamique par rapport aux élèves et à l’équipe éducative ?

Patrick Berthelot, lycée François-Ier à Fontainebleau (77) :

Pour assurer aux élèves les meilleures conditions pour leur réussite, nous avons misé sur des investissements d’ordre matériel et technique. Par exemple, pour nos nombreux élèves qui viennent de province et passent du temps dans les transports, nous avons aménagé des lieux vides ou inutilisés pour qu’ils puissent travailler seuls ou en groupe, quand ils n’ont pas cours. Nous avons acheté du nouveau matériel pour meubler une salle de détente et une autre pour le travail dans le foyer. Le CDI est en cours de réaménagement pour améliorer l’espace de recherche documentaire en ligne, avec du nouveau mobilier. 

Nous sommes également en train de mettre en place un nouveau système d’accès à l’internat, afin que les élèves des classes prépas puissent avoir accès à leur chambre et à des salles de travail à n’importe quel moment. Nous aménageons aussi dans l’internat un espace « cuisine » pour les jours ou les week-ends où la cantine est fermée.

Nous développons tous les projets qui peuvent donner un environnement de travail sain aux élèves : ouverture vers l’extérieur, avec des rencontres avec les entreprises et des activités culturelles et sportives, exploitation des techniques théâtrales pour l’enseignement des langues, implication des parents bilingues pour des ateliers de conversation, mais aussi formation des professeurs sur la gestion des émotions, les fake news. 

Nous faisons appel depuis cette année à des sophrologues pour tous les élèves de première, les secondes dès la prochaine rentrée, et les terminales qui le souhaitent avant les épreuves du bac.

Mariane Girou, lycée Parc-de-Vilgénis à Massy (91) :

Globalement, les projets mis en place ont pour but l’ouverture culturelle des élèves ou leur éducation à la citoyenneté, ou des acquisitions matérielles à visée pédagogique ou récréative, par exemple un ordinateur pour l'atelier « Créer par l'image » ou encore une imprimante 3D pour l'atelier scientifique. Mais la réalisation la plus concrète l'an dernier réside dans l’aménagement de la cafétéria des élèves.

En ce qui concerne les projets innovants, nous avons essayé cette année une formation en direction des enseignants : les ateliers Gordon pour mieux communiquer en classe. Elle est réalisée par un professeur de l’établissement et j’attends son bilan pour en communiquer les effets.

Les autres projets sont nombreux et très intéressants aussi :

  • travail sur la mémoire avec des expositions réalisées par les élèves sur la guerre d'Algérie et d'Indochine,
  • animations culturelles : organisation d'un festival de courts métrages en espagnol, acquisition de costumes pour le club théâtre, création d'un spectacle par l'atelier flamenco/art arabo-andalou, production d'un concert d'élèves au CDI...
  • moments de sensibilisation au harcèlement scolaire, à la lutte contre le sida,
  • organisation de la semaine des langues.

 

Quels effets constatez-vous sur l’équipe et les élèves, et quel bilan tirez-vous de cette expérimentation ?

Patrick Berthelot, lycée François-Ier à Fontainebleau (77) :

C'était important pour nous de favoriser également le bien-être des élèves, et une bonne hygiène de vie au sein de l’établissement, car nous savons qu’ainsi on encourage la confiance en soi et donc l’apprentissage. Nous souhaitons développer l’idée que le fait d’acquérir plus de sérénité ne concerne pas que le moment de l’examen, mais toutes les situations de tension. La sophrologie aide les élèves à réagir au stress, et les amène à développer leurs compétences en général et pas seulement leurs connaissances, à réussir leurs études mais aussi leur vie !

Le budget d'autonomie permet d'amorcer des projets qui bénéficient à tous afin que ni les élèves ni les enseignants ne soient frustrés. Tous ces projets servent de leviers d’animation pédagogique, et se révèlent très efficaces pour toute l’équipe ! Ils permettent de sortir de la routine, développent la fierté des élèves et leur confiance dans l’établissement et en eux ! Une véritable spirale vertueuse.

Mariane Girou, lycée Parc-de-Vilgénis à Massy (91) : 

Le budget d’autonomie libère les enseignants de la contrainte financière et développe leur envie de partager avec les élèves des aventures extra-scolaires.

Les effets sur les élèves sont multiples et dépendent principalement de la nature du projet dont ils bénéficient.

En ce qui concerne la cafétéria, on peut constater l’apport de son ouverture plus fréquente et l’offre d’un cadre plus convivial sur le bien-être des élèves qui stagnent moins dans les couloirs et préaux.

Le bilan de cette expérimentation n’est que positif : autonomie, facilité, apport de bien-être dans la vie des élèves au lycée...Que dire de plus ?
 

 

Le budget d’autonomie peut être utilisé par les établissements bénéficiaires pour plusieurs objectifs :
► des dispositifs éducatifs et pédagogiques innovants en faveur de la réussite des élèves : ateliers pour élèves décrocheurs, activités artistiques et culturelles, initiation à la programmation informatique, etc.
► des améliorations du cadre de vie au sein de l’établissement et le développement des activités autour de la citoyenneté, la santé, le sport, l’environnement, la sécurité routière, le handicap, etc.
► des dépenses d’investissement qui relèvent des petits travaux du quotidien : maintenance, réparations, travaux de peinture, modernisation, équipements des lieux de vie, décoration, etc.
► des recrutements d’agents régionaux en fonction des besoins de l’établissement, à l’occasion des départs d’agents en retraite ou en mobilité.
La Région mobilise 1,6 million d'euros en faveur de ce dispositif pour l’année 2017-2018. 

 

Les 24 lycées pilotes pour le budget d’autonomie

Depuis la rentrée 2016-2017

Lycée Maurice-Ravel (Paris 20e)
Lycée Armand-Carrel (Paris 19e)
Lycée Couperin (Fontainebleau - 77)
Lycée Gaston-Bachelard (Chelles - 77)
Lycée Jacques-Brel (La Courneuve - 93)
Lycée Gourdou-Leseurre (Saint-Maur-des-Fossés - 94)
Lycée Galilée (Cergy - 95)
Lycée des métiers Adrienne-Bolland (Poissy - 78)
Lycée Parc de Vilgénis (Massy - 91)
Lycée Théodore-Monod (Antony - 92)
Lycée Louis-Bascan (Rambouillet - 78)
Lycée Antonin-Carême (Savigny-le-Temple - 77)

Depuis la rentrée 2017-2018
Lycée Hélène-Boucher (Paris 20e)
Lycée Lamartine (Paris 9e)
Lycée international (Fontainebleau - 77)
Lycée Sonia-Delaunay (Cesson - 77)
Lycée Évariste-Galois (Sartrouville - 78)
Lycée Viollet-le-Duc (Villiers-Saint-Frédéric - 78)
Lycée Léonard-de-Vinci (Saint-Michel-sur-Orge - 91)
Lycée Robert-Doisneau (Corbeil-Essonnes - 91)
Lycée Daniel-Balavoine (Bois-Colombes - 92)
Lycée Germaine-Tillion (Le Bourget - 93)
Lycée Armand-Guillaumin (Orly - 94)
Lycée Fernand-et-Nadia-Léger (Argenteuil - 95)