13 septembre 2016

Ligne P : les travaux vont enfin pouvoir commencer

Valérie Pécresse a signé, ce 13 septembre 2016, la convention de financement des travaux d'électrification entre Gretz et Troyes, ce qui inclut la portion Longueville-Provins sur la ligne P. Elle a ainsi mis fin à près de 15 ans de blocages.

Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France et du Stif, signe ce 13 septembre 2016 la convention de financement pour les travaux d'électrification de la ligne Gretz-Troyes, ce qui implique la portion Longueville-Provins de la ligne P : les travaux vont enfin pouvoir commencer. Elle met ainsi fin à près de 15 ans de blocages. À terme, les conditions de transports des voyageurs seront considérablement améliorées puisque la ligne sera équipée de trains « Franciliens » neufs et en plus grand nombre.

La ligne P est la dernière ligne de chemin de fer à ne pas être électrifiée en Île-de-France. Pourtant, sur l'axe Paris-Provins, la fréquentation ne cesse d'augmenter depuis plusieurs années et ce phénomène devrait se poursuivre (+28´% entre 2010 et 2015). Il en découle une situation apocalyptique : retards, trains supprimés ou bondés, matériel vieillissant difficilement réparable.

Cette situation d'injustice perdure depuis plus de 15 ans, l'État n'ayant jamais trouvé les financements pour réaliser les travaux. Pour cette raison, la Région a choisi de rééquilibrer ses investissements vers la Seine-et-Marne, zone rurale délaissée, symbole du désintérêt de l'exécutif précédent. Sur cette ligne très défectueuse, les usagers sont au bord de la crise de nerfs.

« Ma première décision au Stif, l'autorité organisatrice des transports en Île-de-France, a déclaré Valérie Pécresse, a été d'envoyer un signal fort à la Seine-et-Marne en débloquant la convention de financement de ce projet à 320 millions d'euros restée sous le coude de la majorité précédente pendant des années. Nous permettons ainsi à SNCF Réseau de tenir ses engagements de finir les travaux en 2020. De cette manière, les Seine-et-Marnais pourront profiter d'une partie des 700 trains neufs ou rénovés que nous achèterons d'ici 2021, afin d'avoir des trains plus sûrs, plus confortables, plus réguliers dans toute l'Île-de-France. Avec la 4G et tout l'équipement moderne, le temps de voyage pourra devenir “utile” et non plus subi. »

La Région a donc augmenté sa participation à hauteur de 70 millions d'euros et a été accompagnée de manière remarquable par le département de Seine-et-Marne à hauteur de 5 millions d'euros, pour un investissement total en Île-de-France s'élevant à 160 millions d'euros (75 millions d'euros de l'État et 10 millions d'euros pour SNCF Réseau).

Chiffres clés :
104.000 voyageurs par jour sur la ligne P.
320 millions d'euros de travaux sur Paris-Troyes, dont 160 millions d'euros pour la partie Île-de-France (financés par la Région Île-de-France à hauteur de 70 millions d'euros).
200 millions d'euros d'achat de matériel neuf (24 rames neuves « Francilien » et 16 Z2N rénovées) par le Stif, rendu possible par cette électrification.

Ainsi l'électrification des sections Gretz-Troyes et Longueville-Provins permettra une plus grande fiabilité des matériels roulants, une diminution de la pollution de l'air et une réduction significative des émissions de gaz à effet de serre. Pour les usagers de la ligne P, l'électrification bénéficiera à l'ensemble des usagers de la ligne, y compris la branche Meaux-La Ferté Milon, grâce au déploiement du matériel (des AGC remplaceront ainsi le matériel vieillissant pour un plus grand confort des voyageurs).

Ces investissements de la Région seront complétés par ceux du Stif à l'horizon 2021, puisque 24 rames Francilien neuves sur la branche Provins de la ligne P seront déployées (+ 200 places assises par rapport aux trains actuels, sièges plus larges et confortables, vidéoprotection, climatisation...) et 16 rames Z2N seront renovées pour un montant total de 280 millions d'euros.

L'arrivée de ce matériel, répandu sur les autres lignes Transilien, permettra une maintenance plus efficace d'autant que le technicentre de Paris-Est à Noisy-le-Sec (93) sera optimisé et un nouveau site de maintenance sera mis en service à Vaires (77). Enfin, cette électrification permettra d'avoir des trains de secours en cas de panne, ce qui était impossible avec le matériel diesel, dont la fabrication a été arrêtée.

Les signataires de la convention de financement : l'État, la Région Île-de-France, le Conseil régional Grand Est, le Conseil départemental de Seine-et-Marne, le Conseil départemental de l'Aube, la Ville de Troyes, le Grand Troyes, la Communauté de communes du Nogentais, la Communauté de communes des portes de Romilly, la Ville de Nogent-sur-Seine, la Ville de Romilly-sur-Seine et SNCF Réseau.