Publié le 11 octobre 2022

Lancement de l’Agence Régionale des Travaux d’Intérêt Général « Île-de-France JusTIGe »: la Région Île-de-France s’engage pour la sécurité et contre la récidive

La Région Île-de-France a voté ce vendredi 23 septembre 2022 en Commission permanente le lancement de l’Agence Régionale des Travaux d’Intérêt Général (TIG). Valérie Pécresse, Présidente de la Région Île-de-France avait demandé à Eric Schahl, Chargé de la mission de préfiguration de l'Agence Régionale des TIG, de réfléchir aux pistes permettant d’augmenter et de diversifier les postes de TIG afin de lutter efficacement contre la récidive sur le territoire francilien.

 

Bien que l’Île-de-France concentre 21% des crimes et délits commis en France, elle ne compte cependant que 1 750 postes de TIG ouverts. Cela conduit à des délais d’exécution des TIG préjudiciables (450 jours en moyenne) alors que cette peine est particulièrement efficace pour lutter contre la récidive lorsqu’elle est effectuée rapidement, puisqu’elle associe, à la sanction, la réparation et l’insertion.

 

Cette agence, « Île-de-France JusTIGe », a trois objectifs :

-         développer le nombre de postes de TIG pour réduire les délais d’exécution ;

-         créer de nouveaux parcours de TIG pour favoriser la réinsertion par l’acquisition de savoirs professionnels ;

-         poursuivre l’action de la Région Île-de-France en faveur d’un continuum de sécurité en luttant contre la récidive.

 

En lien avec l’Agence nationale (ATIGIP) et l’administration pénitentiaire (les SPIP), la Région Île-de-France est ainsi pionnière puisqu’il s’agit du premier partenariat de cette nature.

 

D’ores et déjà, la Région Ile-de-France :

-         accompagne toutes les collectivités bénéficiant d’une subvention sécurité afin qu’elles forment au moins un tuteur pour accueillir des tigistes ;

-         finance les projets d’associations permettant d’ouvrir de nouveaux postes de TIG (par exemple, pour acquérir du matériel de sécurité) et de diversifier leur contenu (afin d’améliorer l’insertion et la formation).

 

Dès novembre prochain, la Région Île-de-France financera trois premiers projets qui permettront d’accueillir 300 tigistes en forêt, dans le traitement des déchets, en restauration collective ou chez des bailleurs sociaux qui leur permettront, d’acquérir une formation dans des filières professionnelles en tension.

 

La Région Île-de-France s’engage ainsi pour la sécurité des Franciliens et contre la récidive. Les mesures TIG ont beaucoup avantages : il s’agit d’une peine adaptée aux primo-délinquants (plus efficace qu’un rappel à la loi et moins désocialisant qu’une peine de prison). Elle permet d’associer la dimension réparatrice à la peine. Sorti de son environnement et condamné à une peine de travail (alors que 71% des détenus sont inactifs), le tigiste est conduit sur un chemin qui l’emmène de la sanction vers une formation qualifiante.