17 juillet 2017

L'action régionale pour la culture

Festival Suresnes Cité danse
Crédit photo : Florence Joubert

L'action régionale pour la culture tend à favoriser l’émergence de nouveaux talents, y compris au lycée, et soutient les pratiques artistiques sur l’ensemble du territoire francilien. 

L'action régionale pour la culture : plus de budget, plus de vitalité, plus de nouveautés 

Parce que la culture participe à la vitalité d’un territoire et à la prospérité de son économie, l'action régionale pour la culture commence par une augmentation du budget qui y est consacré. Avec deux objectifs : favoriser l’émergence de nouveaux talents et associer l’ensemble du territoire francilien. 

La création francilienne est riche. L'action régionale pour la culture vise à soutenir les artistes et toutes les formes de pratiques artistiques : le spectacle vivant, les arts plastiques, les arts numériques, le cinéma (aides à la production, après réalisation, à l’écriture ), le secteur du livre (aides aux libraires et éditeurs indépendants ), les musiques actuelles (soutien aux salles de concert, aux événements ). 

Parmi les nouveautés ont été votées en juillet 2017 : le fonds régional des talents émergents (FoRTE), doté de 1 million d'euros, qui permettra d'accorder une bourse de 2.500 euros par mois pendant 10 mois à 40 jeunes créateurs par an dans le domaine de la musique, de la danse ou du spectacle vivant, des arts plastiques ou en cinéma et audiovisuel, l'Île-de-Chances, permettant de soutenir les musiciens émergents par du financement participatif ; le lancement en 2018 des « 24 Heures de la création », une manifestation qui mettra à l'honneur les travaux des jeunes auteurs soutenus par la Région à travers un itinéraire de la création émergente francilienne.

Culture partout et pour tous

La priorité régionale se porte sur l'éducation à l'art et à la culture dans les lycées. Les lycéens doivent avoir accès à la pratique artistique, à la connaissance et au contact avec les œuvres. De nombreux projets sont développés dans les établissements, avec l’aide de structures régionales comme l'Orchestre national d'Île-de-France, le Fonds régional d’art contemporain ou Arcadi, l’organisme qui soutient les arts numériques et de la scène, mais aussi des établissements culturels qui maillent l'Île-de-France (conservatoires, bibliothèques, théâtres ), et des événements à fort rayonnement (Rock en Seine...) capables de proposer des actions pédagogiques à plus grande échelle, en lien avec des structures de proximité. En 2018 par exemple, la Région a lancé les Leçons de littérature : des rencontres avec 30 écrivains dans 30 lycées d’enseignement général, technologique, professionnel ou agricole du territoire francilien, pour parler lecture et littérature.

L'action régionale pour la culture souhaite viser plus haut que Paris et la petite couronne. Pour la diffuser sur tout le territoire, notamment en grande couronne, la Région finance l’installation de nouveaux lieux culturels tels les médiathèques, et encourage de nouveaux modes de diffusion et d’itinérance, comme les « boîtes à livres » installées dans les gares.

Soutenir le patrimoine francilien

Le patrimoine francilien est générateur de ressources économiques et d'emplois. On estime qu’1 euro investi génère 70 euros de retombées économiques, avec des recettes qui s’élèvent à environ 5 milliards d'euros. Au total, on recense 125.741 emplois liés au patrimoine en Île-de-France. Le patrimoine contribue à faire de l'Île-de-France la 1re destination touristique du monde. C'est aussi un facteur d'appropriation du territoire par ses habitants. Afin de contribuer à l'attractivité touristique, la Région a quasiment doublé son budget alloué au patrimoine, qui passe de 5 à 9 millions d'euros, en renforçant son aide à la valorisation à travers plusieurs mesures.

Grande nouveauté en Île-de-France : la Région protège et préserve (entretien et rénovation) désormais le patrimoine francilien ni classé, ni inscrit au titre des Monuments historiques. Des bâtiments comme les maisons d’artistes, les lavoirs, les écoles, les fontaines, d’anciennes usines, qui bénéficient de moins d’aides publiques alors qu’ils participent largement à la qualité du paysage francilien. Trente lieux ont ainsi reçu en 2018 le nouveau label « Patrimoine d’intérêt régional », qui permettra de développer l’attractivité touristique de l’Île-de-France et de révéler un patrimoine méconnu, en mettant en place des parcours axés sur des thématiques fondatrices de l’histoire régionale.