Publié le 17 octobre 2019

La Région Île-de-France réaffirme son soutien aux populations kurdes

Crédit photo : DR

Suite à l’offensive de la Turquie contre les Kurdes dans le nord-est de la Syrie, la Commission permanente de la Région a adopté, le 17 octobre 2019, à l’unanimité des groupes politiques (abstention du Rassemblement national) une motion portant sur le soutien aux Kurdes et aux populations du nord de la Syrie.

La Région Île-de-France et sa présidente Valérie Pécresse ont, ces dernières années, à plusieurs reprises, déclaré leur soutien au combat mené par les Kurdes en Syrie.

Face à la gravité des événements actuels, la Région Île-de-France réaffirme son soutien aux Kurdes et aux populations du Nord de la Syrie. Elle s’engage à agir concrètement pour amplifier la solidarité et assurer la protection des populations attaquées.

Une aide d'urgence de 50.000 euros pour l’association ACTED

Devant l’urgence de la situation et la détresse des populations, et en raison de la difficulté pour les ONG d’acheminer l’aide humanitaire sur la zone de conflit, la Commission permanente de la Région Île-de-France a voté un amendement qui permet de débloquer une aide en urgence de 50.000 euros pour l’association ACTED, afin de prendre en charge des besoins de première nécessité des populations sévèrement touchées.

Peu après l’annonce du retrait des troupes américaines au nord de la Syrie, l’armée turque a lancé le 9 octobre une importante offensive dans cette zone jusqu’alors sous contrôle kurde. 

« Cette offensive contre les forces démocratiques Kurdes ne doit pas laisser la France et l’Europe indifférentes, car elle s’annonce comme une nouvelle tragédie d’ampleur pour ce territoire et sa population, qui ont déjà enduré de lourdes souffrances par le passé. Des déplacements massifs de population ont déjà eu lieu et de nombreuses victimes civiles sont à déplorer.

Des voix s’élèvent dans le monde entier pour dénoncer l’attitude irresponsable de l’administration Trump et l’offensive intolérable de la Turquie. La Turquie, membre de l’OTAN, agresse nos alliés Kurdes sans qui l’effondrement territorial de Daech n’aurait jamais été possible. C’est notamment grâce aux Kurdes que nous sommes venus à bout de cette monstruosité qu’est l’État islamique, base arrière des djihadistes ayant perpétré les attentats du 13 novembre 2015. 

La reconquête des territoires sur lesquels l’État islamique avait imposé ses lois est à mettre au crédit des Unités de protection du peuple kurde : leur combat a créé un lien indéfectible entre nos 2 peuples. L’oublier serait un reniement inacceptable.

Toutes ces voix sont unanimes pour dire le rôle crucial joué par les forces kurdes et démocratiques syriennes dans la lutte contre Daesh en Syrie. Toutes ces voix reconnaissent la détermination et le courage des combattantes et combattants kurdes dans la reprise pied à pied de villes comme celle de Kobané et dans le démantèlement du territoire de l’État islamique. Notre dette à leur égard est infinie. Chacun connait aussi les risques de voir des centaines de djihadistes s’échapper et de voir ainsi la menace terroriste encore accrue.

Si nous nous taisons, si nous n’usons pas de tous les moyens pour que les Kurdes soient protégés, nous aurons la guerre et le déshonneur. L’indifférence ou l’indignation éphémère ne sont plus acceptables. »

L'aide votée en faveur de l’association ACTED permettra une assistance dans les camps et hors des camps, pour assurer notamment la distribution de nourriture et d’eau, de bien non alimentaires, de kits d’hiver, de kits d’hygiène et d’apporter des services de protection de l’enfance et de soutien psychosocial.