27 août 2019

La lutte contre le décrochage scolaire, Grande Cause régionale 2018

grande cause régionale 2018
Crédit photo : Getty Images

La Région entend mettre fin à la sortie du système scolaire sans diplôme des jeunes, qui concerne environ 20.000 Franciliens chaque année. La lutte contre le décrochage scolaire a été déclarée Grande Cause régionale 2018. Bilan et perspectives

Le décrochage scolaire touche plus de 20.000 jeunes Franciliens chaque année, des jeunes sortis précocement du système scolaire sans diplôme ou après une rupture de contrat d’apprentissage.Une mobilisation pleine et entière de la société est nécessaire pour lutter contre ce phénomène auquel la Région a consacré en 2018 un budget de plus de 2 millions d'euros.

Identifier et contacter les décrocheurs : une priorité régionale 

Jusqu'en 2018, seuls 7 % des jeunes décrocheurs étaient contactés par les plateformes de suivi et d’appui aux décrocheurs(PSAD) de l’Éducation nationale. La Région a enfin obtenu le fichier des 20.000 décrocheurs franciliens et mis en place une plateforme téléphonique pour raccrocher les jeunes qui ont quitté le système éducatif.

Pour améliorer cette prise de contact et la mise en relation avec les acteurs de la plateforme de suivi et d’appui aux décrocheurs (PSAD), la Région a confié à un prestataire la responsabilité de la première prise de contact téléphonique avec les jeunes en situation de décrochage (16-25 ans), identifiés dans la plateforme de l’Education nationale RIO. Elle réalise des appels "diagnostics" et propose aux jeunes d’être mis en relation avec les missions locales ou les CIO, qui peuvent ainsi mieux se concentrer sur leur mission d’accompagnement.

Permettre aux jeunes de construire et de confirmer un projet professionnel 

Retour en formation 

La Région finance des structures dynamiques de retour en formation comme par exemple le pôle innovant lycéen qui emménage a la rentrée dans le lycée Francois-Villon (Paris 14), dans le cadre d’un projet global de réussite qui s’ouvre sur la recherche.

La Région poursuit sa lutte contre le décrochage scolaire en soutenant des actions destinées aux jeunes déjà déscolarisés. Elles sont conduites par des structures de retour à l’école telles que les Écoles de la 2e chance, les micro-lycées ou d’autres structures de remobilisation, et d’insertion professionnelle et sociale.

La Région finance ainsi le dispositif Avenir Jeunes. Objectif : permettre aux jeunes de construire et de confirmer un projet professionnel en vue d’entrer dans un processus concret d’insertion sociale et professionnelle durable. Depuis 7 ans, 64.000 jeunes ont utilisé cet outil.

La Région soutient par ailleurs, à travers le dispositif Phénix, des actions pédagogiques a l’initiative d’acteurs locaux qui accompagnent les jeunes déscolarisés vers l’insertion professionnelle et le retour en formation, grâce a des solutions individualisées et souples.

La lutte contre le décrochage scolaire s’intensifie en 2019-2020

Décrochage scolaire : 3 axes prioritaires votés en 2019

  • renforcer le repérage des décrocheurs en grande difficulté et qui restent encore sans solution,
  • développer des partenariats pour offrir davantage de solutions d’insertion durable aux décrocheurs,
  • renforcer la lutte contre le décrochage dans le cadre de la nouvelle compétence de l’information a l’orientation donnée aux Régions.

Tous les jeunes en situation de décrochage devront être identifiés, y compris les élèves des lycées privés et des centre de formation d’apprentis (CFA). 

La Région portera une attention particulière sur les facteurs-clés dans le risque de décrochage, extérieurs à l’école, comme l’environnement familial ou l’exposition aux addictions. Un volet prévention santé sera inclus dans cette mobilisation. Un appel à projets spécifique en lien avec les problématiques de santé sera lancé. Ils s’inscriront tous deux dans les premières Assises de la parentalité, qui se tiendront dès la rentrée 2020. 

Enfin, la lutte contre le décrochage scolaire sera l’un des axes forts de la nouvelle compétence régionale sur l’information à l’orientation en s’appuyant sur le portail oriane.info et le développement des "digital académies".

  • 2,5 millions d’euros  : c’est le budget régional consacré à la lutte contre le décrochage scolaire  en 2019.
  • Plus de 50% des décrocheurs ont été contactés dès 2019 :
    6.772 sont déjà en formation ou scolarisés, 1.506 ont accepté la mise en relation avec une mission locale ou un CIO, 1.024 ont refusé le suivi et 4.044 sont injoignables.

La Région s’est d’ores et déjà engagée à amplifier son action en direction des 5.000 décrocheurs identifiés qui échappent encore à l’action publique.

Les associations en première ligne pour accompagner les jeunes décrocheurs

En aidant les associations qui accompagnent les jeunes sortis du système éducatif ou ceux qui, au lycée ou parfois dès le collège, montrent des signes de difficultés d'apprentissage, la Région mobilise tous les leviers d'action pour lutter contre le décrochage. 

La Région porte une attention particulière aux initiatives de lutte contre le décrochage scolaire dans les quartiers Politique de la ville. En 2017, 357.000 euros ont permis de soutenir 23 projets, visant à soutenir la réussite éducative, à lutter contre le décrochage et à prendre en charge des jeunes en exclusion temporaire ou définitive d’établissements et le soutien à la fonction parentale.

C'est le cas par exemple du projet de l’association E.N.S.E.M.B.L.E, financé à hauteur de 50.000€, qui propose un coaching scolaire hebdomadaire (pour les collégiens) et des stages réguliers (pour les lycéens), afin de lutter contre l'échec scolaire et civique en développant les compétences méthodologiques et en aidant les jeunes à identifier un projet professionnel. Il contribue aussi à renforcer et outiller les parents dans leur lien avec l'école et le suivi éducatif des enfants.