22 juin 2016

Information sur la contraception : la Région lance l'iPass contraception

conférence presse ipass
Crédit photo : Conseil régional Ile-de-France

Le Conseil régional a voté la mise en ligne de l'iPass contraception, un site et une application mobile d'information sur la contraception. 

Après l’échec du Pass contraception créé en 2011 mais abandonné depuis deux ans, le nouvel exécutif régional va mettre en place un nouveau dispositif d'information sur la contraception. En effet, les chiffres en matière de grossesses précoces et de recours à l’IVG en Île-de-France sont inquiétants : 56 % des jeunes Franciliennes ont par exemple déjà eu recours à la contraception d’urgence, contre 42 % au niveau national. 

Une information sur la contraception sous forme d'adresses, de cartographies et de réponses aux questions pratiques 

L’iPass contraception, un site Internet et une application mobile, recensera toutes les informations pratiques, toutes les adresses et une cartographie précise de toutes les ressources à la disposition des jeunes : les 354 centres de planification et d’éducation familiale, les consultations hospitalières, les pharmacies, les médecins généralistes, les gynécologues, les sages-femmes, les infirmières libérales, les centres d’accueil mère-enfant, des centres d’IVG… Il permettra également de localiser les distributeurs de préservatifs en Île-de-France.

Un dispositif collaboratif, destiné à un public très large 

Totalement anonymes, le site Internet et l’application mobile s’adresseront à un public très large : collégiens, lycéens, apprentis, mais aussi jeunes adultes, décrocheurs… Il sera également collaboratif, et permettra aux utilisateurs de partager, comme sur un réseau social, les « bons plans » ou encore leur propre expérience des différentes ressources en ligne.

La création de l’iPass contraception, dès septembre 2016, servira également à faire connaître les mesures prises au niveau national : en effet, à partir du 1er juillet, le parcours de contraception (consultation, examens et contraceptifs) devient gratuit et confidentiel pour les mineures.