11 février 2019

Ils ont ouvert une librairie à Bois-Colombes avec l'aide de la Région

Librairie Nouvelle et Cie
Crédit photo : Olivier Jobard / MYOP

Gérants de la librairie Nouvelle à Asnières-sur-Seine, Hélène Bourdin et Laurent Bojgienman sont allés plus loin. En décembre 2018, ils en ont ouvert une seconde, Nouvelle et Cie, également au nord des Hauts-de-Seine. Rencontre.

Librairie Nouvelle & Cie
69, rue des Bourguignons, 92270 Bois-Colombes
Tél. : 01 56 05 46 17
Ouverte du mardi au vendredi de 10h à 13h et de 14h30 à 19h30, et le samedi de 10h à 19h30
Visitez la page Facebook. Contact : nouvelleetcie@orange.fr

Une nouvelle librairie à Bois-Colombes

La librairie Nouvelle & Cie de Bois-Colombes (92) est le fruit de l’association de deux autres librairies indépendantes : la librairie Nouvelle d’Asnières-sur-Seine et Mémoire 7 à Clamart (92). Elle a ouvert ses portes le 1er décembre 2018, à proximité de la gare et du marché de Bois-Colombes, dans une artère commerçante. Ses 80 m² abritent  8.000 livres et des jeux de société. La Région a contribué à ce projet avec une aide financière de 35.000 euros. Hélène Bourdin et Laurent Bojgienman, de la librairie Nouvelle, associés à François Grandomme, de Mémoire 7, sont à l'origine de ce nouveau commerce, véritable vitrine culturelle de proximité. Leur vision, leur démarche en 3 questions.

Rencontre avec les libraires

À quoi ressemblent les premiers mois de vie de votre librairie indépendante?
H.B & L.B : Nous menons déjà cette activité avec notre librairie Nouvelle à Asnières (92). Nous avons pris nos quartiers dans les anciens locaux d'une grande enseigne de livres, nous ne partions donc pas de zéro. Cette ouverture ressemblait davantage à une reprise. Nous avons tout de même fait d'importants travaux d'aménagement au niveau de la lumière et des rayonnages, grâce à l'aide accordée par la Région.
Il y a beaucoup de familles à Bois-Colombes. Nous sommes ravis que 9 clients sur 10 qui entrent chez nous, disent que nous répondons bien à un besoin local. Notre clientèle est composée d’habitués qui fréquentent déjà la librairie Nouvelle. Les deux boutiques se complètent sans se faire concurrence. Nos habitués sont attachés à la librairie indépendante. Ils nous ont déjà communiqué leur besoin de livres en anglais et de livres audio par exemple. Les séances de lecture de contes ont rencontré un beau succès à Noël. Les rayons jeunesse et jeux sont aussi de bons leviers pour attirer du public. Il n’y a pas de boutique de jeux à proximité. On peut voir se dessiner les premiers traits de personnalité de la librairie.

9 clients sur 10 qui entrent chez nous disent que nous répondons bien à un besoin local.

Comment décrivez-vous votre métier de libraire ?
H.B & L.B : Ce qui nous a aidés à monter ce business, ce sont nos profils d’entrepreneurs, nos expériences dans la communication et dans la gestion. Nous avons appris notre métier de libraire sur le terrain, avec nos équipes de la librairie Nouvelle. Aujourd’hui, nous sommes trois associés avec trois visions qui se complètent. Avant d’être des lecteurs, nous faisons beaucoup de manutention. Il ne faut pas oublier que, derrière l’imaginaire du métier de libraire, il y a la réalité. Ici, nous découvrons la restriction des stocks car l'espace est plus restreint. Il faut être encore plus sélectif. On dit souvent que le rôle de libraire, c’est de choisir. Ce qui nous porte, c’est de faire émerger des livres inattendus. Mais nous devons trouver un équilibre avec les best-sellers. Notre valeur ajoutée réside dans l’échange, les conseils, le partage de coups de cœur et la commande en 48h. Nous voulons que notre librairie soit un lieu de culture où il fait bon flâner. Quand nous le pouvons, nous proposons des produits de niche comme des couvre-livres « made in France ».

Notre valeur ajoutée réside dans l’échange, les conseils, le partage de coups de cœur et la commande en 48h.

Quels sont vos temps forts de l’année ? Qui sont vos partenaires ?
H.B & L.B : Les beaux livres, les BD, les livres primés se vendent très bien à l’occasion des fêtes de fin d’année. En tant que libraires, nous sommes invités par les éditeurs et les distributeurs lors de rendez-vous annuels. La rentrée littéraire de janvier prend de plus en plus d’importance. 400 livres paraissent en début d’année, contre 550 lors de la rentrée littéraire de septembre. En juin, chaque éditeur fait une présentation de ses livres, avec les auteurs. Ils connaissent bien nos goûts, notre marché, les titres qui plairont à nos clients. Ce sont des rencontres et des échanges précieux. On a toujours plaisir à découvrir des nouveautés au bout de 10 ans. Les auteurs sont, eux aussi, sensibles aux besoins et aux envies des lecteurs. Ce sont de très bons porte-paroles pour faire apprécier la lecture plaisir aux plus jeunes. Nous accompagnons aussi des initiatives d’enseignants de la ville pour faire découvrir l’écosystème de la librairie, ses métiers. À travers des partenariats avec les écoles, les médiathèques ou les festivals de BD, nous voulons nous inscrire pleinement dans la vie quotidienne de la commune.

La Région et ses partenaires au service des librairies indépendantes
En 2018, 31 aides ont été attribuées à 21 librairies via les deux dispositifs régionaux d’aides aux fonds (284.000 euros) et aux travaux (237.000 euros).
En plus de ses aides, la Région s’appuie sur deux partenaires : 
► L’ADELC, regroupement d’éditeurs prenant la défense des librairies à travers des fonds d’aide et du conseil (subvention régionale de 300.000 euros par an). 
► Le Syndicat de la librairie française pour accompagner les libraires sur les questions des marchés publics.