22 juillet 2016

Graves difficultés des moissons en Île-de-France : Valérie Pécresse intervient en faveur des agriculteurs

La présidente du Conseil régional demande au gouvernement de sursoir à tout prélèvement supplémentaire sur le secteur des grandes cultures au titre de la réforme de la PAC.

 

Le déplacement des élus et des services du Conseil régional sur le terrain a permis de prendre la pleine mesure des difficultés exceptionnelles que révèle le début de la moisson en Île-de-France.

Les récoltes de blé, de blé dur, d'orge d'hiver et de pois en particulier, ont gravement souffert des intempéries du printemps : inondations, excès d'eau et manque de luminosité ont porté un coup très dur aux récoltes.

Les premiers rendements constatés sont historiquement bas et laissent présager d'importantes difficultés pour l'ensemble des producteurs, déjà fragilisés par plusieurs années de faibles cours et en particulier pour les jeunes installés.

Comme elle s'y était engagée au lendemain des inondations de juin dernier, Valérie Pécresse a donné rendez-vous aux représentants agricoles franciliens à la rentrée pour faire le bilan de la moisson et examiner avec eux la stratégie de la filière céréalière francilienne dans cette campagne atypique.

Valérie Pécresse demande au gouvernement de prendre en compte ce contexte dans les choix que doit faire la France d'ici fin juillet, dans l'application des modalités de la réforme de la Politique agricole commune (PAC). La gravité de la situation impose aujourd'hui de sursoir à tout prélèvement supplémentaire sur le secteur des grandes cultures, tel qu'il est prévu par la réforme de la PAC.

Photo : © Région Île-de-France