26 juin 2019

Grand Paris Sud et la Région Île-de-France s'engagent pour une mobilité durable

 

Grand Paris Sud et la Région Île-de-France s'engagent pour une mobilité durable

-

Signature d'une charte d'engagements réciproques sur l'expérimentation du lissage des heures de pointe sur la route et des nouveaux modes de travail à Grand Paris Sud

Stéphane Beaudet, Vice-Président de la Région Île-de-France chargé des Transports et des Mobilités durables et Vice-Président d'Île-de-France Mobilités, Sandrine Gelot, Vice-Présidente du Conseil départemental de l'Essonne, Michel Bisson, Président de Grand Paris Sud, ainsi que 16 entreprises et administrations de Grand Paris Sud ont signé ce jour, en partenariat avec l'État qui rejoindra ultérieurement la démarche, une charte d'engagements réciproques pour le lissage des heures de pointe. Celle-ci vise à faire évoluer les modes de déplacement quotidiens à l'arrivée et au départ du territoire de Grand Paris Sud par le développement de solutions de mobilité alternatives et en encourageant l'adhésion à de nouveaux modes de travail.

 

Les entreprises et les administrations concluent un engagement collectif, à l'initiative de la région et du territoire et associant les gestionnaires routiers, qui poursuit un objectif commun : réduire de 5 à 10 % le nombre de voyageurs se rendant en voiture à Grand Paris Sud aux heures de pointe. Cet engagement vise à améliorer la qualité de vie des habitants et employés grâce à des conditions de transport améliorées, à réduire la congestion du trafic et la pollution qu'elle provoque et à accroître le bien-être au travail et, en conséquence, l'attractivité et la performance des entreprises.

Différentes solutions seront expérimentées par les entreprises et les acteurs locaux. Pour certaines, elles ont déjà été adoptées par quelques entreprises qui pourront ainsi les promouvoir auprès de tous :

  • l'incitation au décalage des horaires de travail à l'échelle individuelle ;
  • la sensibilisation des managers et des salariés pour ne pas imposer de rendez-vous avant 10h et après 17h, par exemple ;
  • la création d'espaces de coworking pour faciliter la mobilité des salariés, de plus en plus nomades, et réduire leurs temps de trajet ;
  • l'incitation à la pratique du vélo et autres modes de déplacements actifs ;
  • des mesures en faveur du covoiturage ;
  • le recours au télétravail, etc.

 

« Permettre à nos concitoyens de se déplacer dans de bonnes conditions est en enjeu absolument majeur pour Grand Paris Sud », précise Michel Bisson, Président de l'agglomération. « Mais c'est également un puissant levier pour activer la transition écologique et sociale, car moins de voitures sur les routes ou mieux réparties dans le temps, c'est moins de pollution de l'air et un environnement préservé. Nous sommes fiers que la Région nous ait choisis pour mener à bien cette expérimentation. »

« Je me réjouis de poursuivre à Grand Paris Sud l'expérimentation lancée fin 2018 à Paris-La Défense », précise Stéphane Beaudet, Vice-Président de la Région Île-de-France. « Lutter contre la saturation sur la route passe par un programme de renforcement et de développement de l'offre mais aussi par des actions sur la demande. En complément du Plan "anti-bouchons" et pour changer la route, que nous avons lancé il y a trois ans et qui vise en particulier à supprimer les points noirs de congestion, nous voulons lancer cette expérimentation en partenariat avec Grand Paris Sud, plusieurs entreprises et administrations, qui doit permettre à la fois de lisser la pointe du matin et d'encourager des nouveaux modes de travail bénéfiques pour la qualité de vie des Franciliens. »

  LES OBJECTIFS

 

- Réduire de 5 à 10 % le nombre de voyageurs se rendant en voiture à Grand Paris Sud aux heures de pointe

 

- S'engager dans l'expérimentation avec l'appui des entreprises et administrations motivées : Accor Invest, Arianespace, l'association VIE, Bergams, Carrefour France et Evry2, la communauté d'agglomération Grand Paris Sud, le Conseil départemental de l'Essonne, la DIRIF, Enedis, la Faculté des Métiers, Genopole, la mairie d'Evry-Courcouronnes, Martin Brower, Safran Aircraft Engines et Reosc, la TICE, l'Université Evry-Val d'Essonne et UPS

 

- Cibler 38 600 usagers, dont 11 500 étudiants, pour la phase d'expérimentation

 

 

Cet engagement collectif s'inscrit dans la continuité des importants investissements de la Région dans les infrastructures (3,5 milliards d'euros entre 2015 et 2020) pour accroître l'offre de transports avec notamment le T12 Express, le TZen 4 ou encore la voie réservée aux bus sur la RN104. Sur le territoire de Grand Paris Sud, par exemple, l'aménagement du Carrefour RN7 / RD91, à Evry-Courcouronnes, et l'aménagement du carrefour Johnstone & Reckitt, à Ris-Orangis, seront réalisés à l'horizon 2020.