Génération 2024 : ce que les Jeux laisseront en héritage

Des lignes de transports publics créées ou prolongées, un village olympique appelé à se transformer en quartier exemplaire... : Paris 2024 léguera du concret qui améliorera la vie des Franciliens par une transformation et un décloisonnement des territoires. Mais, au-delà, les Jeux sont aussi pour la Région une formidable occasion d’accélérer des mesures tournées vers la formation professionnelle, le développement durable et la transmission de belles valeurs.

Que laisseront les Jeux olympiques Paris 2024 ? Du concret et de l'immatériel. Un héritage dans les domaines, notamment, des transports et du développement durable, de la formation professionnelle (dans le secteur du tourisme en particulier) et de l'emploi, mais aussi de la transmission des valeurs de l'olympisme. Un héritage qu'annoncent des mesures d'ores et déjà prises par la Région...

L'héritage concret le plus important des JO en Île-de-France, c'est un réseau de transports qui sera le plus performant et le plus durable au monde.

  • La « révolution des transports » sera achevée : 708 nouvelles rames de trains et RER, neuves ou rénovées (représentant 9,5 Mds€) seront en circulation ; le projet de Grand Paris Express sera sécurisé et accéléré : les lignes 12 et 14 du métro seront prolongées, de même que le RER E (Éole) à l’ouest ; de nouvelles lignes verront  le jour, comme la 16 et la 17, pour le métro, qui desserviront le site du Bourget (93) ; côté tramways, il y aura 5 nouvelles lignes, et 4 existantes seront prolongées ; et le « Grand Paris des bus » aura vu le jour, ce qui signifie 100% de bus propres, 1.000 bus supplémentaires en circulation et plusieurs dizaines de nouvelles lignes. En plus d'être performante et durable, la mobilité sera connectée avec l’ensemble des lignes couvertes par le Wifi et la 4G et le lancement du Smart Navigo, un titre de transport permettant de régler divers autres services hôteliers, culturels et de billetterie.

Un autre héritage concret de Paris 2024 est un urbanisme innovant et durable.

  • « 100 quartiers innovants et écologiques en Île-de-France ». 95% des sites nécessaires aux épreuves étant existants ou devant être temporaires (tir à l’arc aux Invalides, beach-volley au Champs de Mars, équitation au château de Versailles par exemple), les Jeux laisseront très peu d'équipements en héritage. En fait, seuls le village olympique, le centre des médias et la piscine olympique seront créés spécialement. Et, tous situés en Seine-Saint-Denis, ils ont été conçus dès le départ comme un héritage au service des Franciliens : le village des athlètes sera reconverti en un quartier exemplaire totalisant 3.500 logements, ce qui permettra d'en faire un laboratoire d’innovations durables et d’aménagements intelligents. Cette dynamique urbanistique dans la perspective de 2024 est d’ores et déjà enclenchée avec le lancement par la Région du projet de « 100 quartiers innovants et écologiques en Île-de-France », qui rencontre déjà un vif succès, et la création d’une biennale d’architecture qui débutera en 2018.

L’objectif de Paris 2024 est de réaliser les Jeux les plus responsables et durables de l’histoire. Dans cette perspective, la Région a d’ores et déjà engagé une politique ambitieuse pour la création de nouveaux espaces verts et favoriser l’innovation environnementale.

  • Le Plan vert. Adopté en mars, le Plan vert porte un sous-titre qui dit tout : « La nature pour tous et partout. » Il vise notamment à créer 500 hectares d’espaces verts supplémentaires d’ici à 2021, c’est-à-dire l’équivalent du bois de Boulogne en termes de superficie. Et cela afin d'offrir aux 2 millions de Franciliens qui en sont privés un espace vert de proximité à moins de 15 minutes à pied de chez eux. 53 communes et 4 arrondissements parisiens bénéficieront en priorité de cette mesure. Au-delà, de l’excellence et de l’innovation environnementales sont au programme avec la constitution d'un « Lab Air », avec l’appui d’Airparif, pour structurer les entreprises innovantes dans le domaine de la qualité de l'air.

Paris 2024 sera un moteur de création d’emplois, en particulier dans le tourisme. Accueillir le plus grand événement au monde, c’est pour la Région un moyen d’améliorer la formation dans le secteur du tourisme, en particulier pour l’accueil des touristes. Dès aujourd’hui, la Région s’engage pour former la génération 2024.

  • Les « volontaires du tourisme » et la formation aux langues étrangère des professionnels du tourisme. Reconnaissables à leur gilet violet, les « volontaires du tourisme » ont informé et orienté, en fin d’année, les touristes français et étrangers sur les sites les plus fréquentés d’Île-de-France (Montmartre, la tour Eiffel, le Louvre, les aéroports parisiens, Vincennes, Versailles, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Denis, Auvers-sur-Oise, Fontainebleau, Provins…). L’objectif est de pouvoir déployer 1.000 jeunes volontaires du tourisme en 2017 et de monter en puissance dans la perspective de Paris 2024. En plus de valoriser le volontariat et des compétences, cette action, qui sera reconduite dès cet été, permet d’augmenter la qualité de l’accueil des touristes sur le territoire francilien. Une autre mesure de la Région va dans le même sens : le financement de formations en langues étrangères pour les professionnels du tourisme.

Former la génération 2024 à l’esprit des Jeux, une génération sportive et imprégnée des valeurs de l’olympisme que sont l’esprit d’équipe, l’excellence, l’amitié, le respect, la persévérance, le partage – qui sont d’ailleurs autant des valeurs sociales que sportives – est au cœur du projet Paris 2024.

  • Les 76 « Ambassadeurs du sport de la Région Île-de-France » et « Île-de-France, terre d’excellence à l’international ». Athlètes franciliens ayant concouru à des Jeux olympiques ou paralympiques, les Ambassadeurs vont à la rencontre des lycéens et apprentis avec plusieurs missions : créer des liens entre sport de haut niveau et sport amateur, susciter des vocations en racontant leur parcours, et promouvoir les valeurs du sport et de l’olympisme. Un autre dispositif promeut les mêmes valeurs d’ouverture, en organisant l’accueil de délégations étrangères lors de l’olympiade : « Île-de-France, terre d’excellence à l’international ».