La rédaction

Les Franciliens comptent sur la Région pour améliorer l’accès à la santé

Lutte contre les déserts médicaux, formation des personnels de santé, encadrement de l’accès aux urgences… Une étude sur les Franciliens et la santé indique ce qu'ils attendent, notamment de la Région, pour améliorer l’accès aux soins.

Les résultats d'une étude Ipsos sur les Franciliens et la santé ont été diffusés ce 21 juin. Ils mettent tout d’abord en lumière les difficultés que rencontrent les habitants d'Île-de-France pour accéder aux soins de santé : plus du tiers d'entre eux (38%) a déjà dû renoncer à se rendre chez un professionnel de santé au cours des dernières années, que ce soit pour des raisons financières (43%) ou à cause des délais d’attente (41%). Les Franciliens sont également 51% à déclarer avoir dû se rendre dans un autre département pour se faire soigner.

Dans ce contexte, la quasi-totalité des Franciliens (95%) réclame un engagement plus fort de la Région en matière de santé. Aux yeux des habitants, les priorités de l’exécutif régional doivent avant tout porter sur la réduction des inégalités territoriales et sociales, le soutien aux professionnels de santé et la prise en compte des besoins spécifiques de certaines populations, notamment les personnes âgées. Les Franciliens sont par ailleurs pleinement conscients des opportunités économiques et sociales générées par un développement du secteur.

 

Des Franciliens qui plaident pour le développement des maisons de santé

Plusieurs pistes d’action visant à améliorer la situation en matière de santé en Île-de-France émergent de cette étude : les Franciliens estiment prioritaires notamment le développement de maisons de santé, la coordination entre professionnels avec la généralisation du dossier médical/pharmaceutique partagé, et l’encadrement de l’accès aux urgences Ils approuvent aussi toutes les pistes visant à créer des synergies entre les professionnels, et sont demandeurs d’une évolution de leur rôle et de leurs responsabilités. De même, les mesures permettant d’aider et soutenir les métiers de santé dans leur quotidien rencontrent l’assentiment de la population.

Étude réalisée par Ipsos auprès de 1.000 personnes, constituant un échantillon représentatif de la population francilienne âgée de 18 ans et plus, du 8 au 13 juin 2018.

Photo : © Éric Garault/Picturetank