François-Xavier Chauvet

Le RER A passe au pilotage automatique

La ligne la plus fréquentée d'Europe fait sa révolution. Depuis le 27 avril, les rames sont progressivement équipées d'un système de pilotage automatique sur le tronçon central de la ligne. Explications.

Première mondiale pour la RATP. Le 27 avril dernier, le premier train voyageurs équipé du système de pilotage automatique a circulé sur le tronçon central du RER A entre les gares de Nanterre-Préfecture (92), Val-de-Fontenay et Fontenay-sous-Bois (94).

Il s'agit d'une première pour une ligne ferroviaire qui transporte plus de 1 million de voyageurs par jour. Ligne la plus fréquentée d'Europe, le RER A compte en effet 1,2 million de passagers par jour, son trafic ayant augmenté de 20% en 12 ans.

Comment ça marche ?
Si le RER fonctionne en mode automatique, le conducteur reste bien évidemment à bord de la rame. Il veille notamment à la bonne ouverture et fermeture des portes et supervise la conduite. Il continue d'assurer l'information des voyageurs en cas de problème sur la ligne.

Quels bénéfices pour les voyageurs ?
Cette innovation qui se déploie au fur et à mesure de l'équipement des rames, va permettre d'améliorer significativement la qualité du service sur l'ensemble du RER A:

  1. Plus de régularité grâce à une optimisation de la vitesse des trains. En clair, un intervalle constant sera maintenu entre les trains. Un gain de temps qui permettra de réduire l'impact des micro-incidents notamment aux heures de pointe.
  2. Un temps de trajet réduit. Entre Vincennes (94) et La Défense (92), le gain de temps sera de 2 minutes grâce à l'augmentation de la vitesse de 5km/h.
  3. Un renforcement de la disponibilité des conducteurs. Ces derniers qui continuent de superviser la conduite, seront plus disponibles pour l'information des voyageurs.

Le déploiement du pilotage automatique sera effectif sur l'ensemble des trains du RER A au second semestre 2018.

Pour Valérie Pécresse, présidente du Stif (Autorité organisatrice des transports franciliens) et de la Région Île-de-France, « la révolution des transports se poursuit jour après jour. Grâce au renouvellement du matériel roulant avec des trains à deux étages sur l’ensemble de la ligne, le pilotage automatique est désormais possible. Le déploiement complet dans le tronçon central de cette formidable innovation de la RATP nous permettra d’avoir des trains plus rapides, plus réguliers, qui arriveront à l'heure, ainsi qu'une information voyageur plus fiable. Avec des nouveaux horaires plus efficaces qui seront mis en œuvre dès la fin de l'année, avec un nouveau centre de commandement unique qui sera mis en service en 2019, avec des investissements importants sur les infrastructures d'ici 2020 et avec des trains neufs, la ligne A pourra enfin fournir un service à la hauteur des attentes des Franciliens. »

Un plan de modernisation pour le RER A déjà engagé
Outre la mise en place du pilotage automatique sur le tronçon central, la RATP et le Stif ont lancé un vaste plan de modernisation de la ligne et investissent massivement pour en améliorer la régularité, la capacité et la fiabilité des infrastructures avec :
- Longue de 109 km, la ligne A du RER dessert 46 gares (35 RATP et 11 SNCF) ;
- 100% du RER A équipé de rames à 2 niveaux pour plus de capacité et de confort pour les voyageurs, depuis février 2017 ;
- Le renouvellement des voies et du ballast (RVB) : au total 24 km de voies et ballast vont être remplacés d’ici à 2021 entre Nanterre-Université et Vincennes. Ce chantier permettra de garantir une fiabilité et une disponibilité optimale des infrastructures de la ligne et participera donc à l’amélioration de la qualité de service sur la ligne ;
- une meilleure information des voyageurs avec l’installation de nouveaux écrans donnant la « météo du trafic » pour l’ensemble du réseau RATP.

Photo : © Pierre-Yves Brunaud/Picturetank

Tags