La rédaction

La Région s’engage pour la formation des demandeurs d’emploi en Île-de-France

Une feuille de route a été signée en ce sens ce 14 avril entre la présidente de la Région, Valérie Pécresse, et la ministre du Travail, Myriam El Khomri.

Pour lutter contre le chômage, l’État et la Région parient sur la formation professionnelle. Cela s’est traduit ce 14 avril par la signature, entre la présidente du Conseil régional, Valérie Pécresse, et la ministre du Travail, Myriam El Khomri, d’une feuille de route visant à réaliser 64.000 formations en plus cette année à destination des personnes en recherche d’emploi. Cet objectif s’inscrit dans le cadre du Plan « 500.000 formations supplémentaires » piloté par l’État. 34.000 places seront prises en charge par la Région, tandis que les 30.000 autres seront gérées par Pôle Emploi. « J’avais évoqué dès mon élection la nécessité absolue de faire des efforts supplémentaires en matière de formation des demandeurs d’emploi. Il est donc très cohérent que je me saisisse de l’initiative lancée par le président de la République d’un plan d’ensemble visant à accroître les efforts dans ce domaine », a souligné la cheffe de l’exécutif francilien.

Miser sur des filières stratégiques

Parmi les buts poursuivis, il s’agit de favoriser le développement des filières stratégiques, comme le numérique ou les éco-activités, et de développer l’emploi des jeunes ainsi que des seniors sur les chantiers du Grand Paris. L’enjeu consiste également à renforcer l’orientation des jeunes sortis de l’école sans qualification vers les métiers émergents ou en tension. « Il y a urgence à agir, a tenu à rappeler Valérie Pécresse. L’Île-de-France n’est pas épargnée par la hausse continue du chômage qui touche aujourd’hui près de 700.000 Franciliens. Le chômage de longue durée, en particulier, explose. Et notre Région compte aussi une forte proportion de jeunes qu’on appelle en langage technocratique des “décrocheurs” : des jeunes qui arrivent sur le marché de l’emploi sans formation, et donc avec une chance très mince de trouver du travail. »

Après s’être stabilisé et avoir même diminué début 2015, le taux de chômage francilien est reparti à la hausse à l’été 2015 : + 0,2 point, soit 9,1% en moyenne sur l’ensemble du troisième trimestre 2015. Une évolution comparable à celle observée au niveau national où le taux de chômage a crû de 0,2 point également entre le deuxième et le troisième trimestre 2015 pour atteindre 10,2%. Si la hausse du taux de chômage depuis le début de la crise reste moins marquée en Île-de-France (+ 2,9 points) qu’au niveau national (+ 3,4 points), il existe toutefois de fortes disparités au sein de la région. Le Val-d’Oise (10,4%) et surtout la Seine-Saint-Denis (13,5%) connaissent ainsi des taux de chômage supérieurs à la moyenne nationale.

Remise à plat de la carte des formations professionnelles initiales

Outre l’annonce de formations supplémentaires pour les demandeurs d’emplois, la présidente du Conseil régional a indiqué que la carte des formations professionnelles initiales allait être retravaillée. « Elle est aujourd’hui inadaptée, a-t-elle pointé. Nous allons donc la revoir pour qu’elle colle mieux aux besoins du marché de l’emploi. » Ainsi, il est prévu que, dès le mois de juin 2016, un zonage emploi-formation sur le territoire de la région soit définit en fonction des bassins d’emploi identifiés. Les conventions entre l’État, la Région et les maîtres d’ouvrage pour favoriser l’insertion par l’emploi et faciliter la mise en place de parcours débouchant sur des emplois pérennes devraient être signées d’ici l’été 2016. Enfin, le calendrier de mise en œuvre de la feuille de route prévoit la mise en place d’une carte des formations partagée à la rentrée 2017 afin de répondre au mieux aux besoins des entreprises, des jeunes et des familles.

Cependant, Valérie Pécresse a souhaité partager « une conviction profonde ». « Même si tout ce que nous allons faire ensemble sur la formation, l’orientation et l’action économique est important – indispensable même, cela ne suffira pas. On ne pourra véritablement résoudre le problème du chômage dans notre pays sans réformes profondes pour libérer la création d’emplois. Nous allons donc nous attacher à réussir ces engagements que nous prenons solennellement aujourd‘hui. En attendant de pouvoir aller plus loin, de libérer le marché du travail de ces carcans qui l’étouffent

Photo : © Région Île-de-France

Tags