@iledefrance

.@beaudetstephane rappelle à #Hidalgo que @vpecresse a engagé la révolution des transports en Île-de-France >>… t.co/iBnOLL2UIH
Les métiers du #numérique accessibles à tous ! 46 formations à découvrir le 29/09 t.co/8Ha0VSSBf3… t.co/cE80BRjfkU
Il y a 2x ➕ de formations dans les secteurs qui recrutent en @iledefrance. Formez-vous gratuitement !… t.co/FHtgJaaxkx

Envoyer un tweet

La rédaction

« Il faut changer de modèle pour sauver le passe Navigo unique »

Alors que le conseil régional examine ce 22 janvier le plan de sauvetage du passe Navigo à tarif unique, Stéphane Beaudet, vice-président de la Région chargé des transports, fait le point sur la situation.

Quelle est la situation financière du passe Navigo à tarif unique aujourd'hui ?
Stéphane Beaudet : Le passe Navigo à tarif unique, instauré trois mois avant les élections par l'ancienne majorité, n'est pas financé. Il manque 300 millions d'euros par an. Nous avions pourtant tiré plusieurs fois la sonnette d'alarme. Aujourd'hui, nous devons faire face à cette urgence financière. Il est inenvisageable que la Région puisse prendre en charge à elle-seule un tel montant. Le budget annuel qu'elle consacre aux transports s'élève déjà à 2,6 milliards d'euros, dont 80% correspondent à des dépenses obligatoires. Nous ne pouvons rester prisonniers de la logique selon laquelle la Région compense auprès du Stif (l'autorité organisatrice des transports en Île-de-France) les pertes de recettes liées à la mise en œuvre du passe unique, car nous allons tout droit vers une impasse financière. Si on veut sauver durablement le passe Navigo à tarif unique, il est important de changer de modèle en s'inscrivant dans un cadre beaucoup plus large et en tenant compte de l’économie d’ensemble des transports collectifs en Île-de-France.

.@beaudetstephane a présenté les enjeux du financement du passe navigo unique #DirectIDF https://t.co/WRnrXFxreH

— Région Île-de-France (@iledefrance) 22 Janvier 2016

Quel est plan d'action envisagé par la Région ?
S. B. : Nous souhaitons donner au Stif des marges de manœuvre financière. La fraude dans les transports coûte par exemple chaque année entre 200 et 400 millions d'euros aux opérateurs de transports franciliens. Une action résolue pourrait permettre de récupérer une somme importante, ce que nous demanderons aux opérateurs dans le cadre de la renégociation des contrats. Par ailleurs, la suppression de la réduction de 75% dans les transports pour les étrangers en situation irrégulière doit conduire à un accroissement des recettes du Stif d'environ 40 à 50 millions d'euros par an. Il s'agit en outre de se tourner vers le gouvernement, qui a soutenu la mise en place du passe Navigo unique sans être totalement financé, pour obtenir des recettes nouvelles.

Quelle est la position du gouvernement sur ce sujet ?
S. B. : Le Premier ministre Manuel Valls s'est engagé, lors de sa rencontre avec Valérie Pécresse le 7 janvier, à trouver une solution pour que le gouvernement complète le financement de la mesure. Rien n'est encore réglé à ce stade. Nous attendons un accord ferme sur le financement, à défaut duquel la Région, étranglée financièrement, ne pourra relancer ni l'investissement, ni la formation.

C'est notre majorité qui va sauver le #passeunique #passenavigo #DirectIDF @iledefrance pic.twitter.com/KHQNA2mz2H

— Stéphane Beaudet (@beaudetstephane) 22 Janvier 2016

Tags