Faire de l’Île-de-France la première « Smart Region » d’Europe

Les nouveaux usages numériques au service de la transparence des politiques publiques, des lycéens, des entreprises ou encore des transports, c’est le principe de la « Smart Region ». Valérie Pécresse en a présenté les principales orientations, qu’elle souhaite mettre en œuvre pour la Région, avant la séance du Conseil régional de la semaine prochaine.

Valérie Pécresse, présidente de la Région, a profité de l’ouverture du festival de l’innovation numérique Futur en Seine pour présenter à la presse ses mesures pour faire de l’Île-de-France la première « Smart Region » d’Europe. Au programme : open data, mobilité connectée, soutien aux start-up et lycées 100% numériques. Avec un volontarisme martelé : « mener une transformation digitale de nos modes de fonctionnement au niveau régional, afin de donner plus de transparence à l’action politique et s’assurer de la participation des citoyens. »


Open data systématique

L’un des plus importants volets de ces mesures, qui seront présentées la semaine prochaine au Conseil régional, concerne l’ouverture des données, l’open data. Avec quelque 640 jeux de données déjà libérées, la Région devrait aller beaucoup plus loin. « Par exemple, aujourd’hui, on ne sait pas combien de places il y a dans les CFA », explique Valérie Pécresse, plaidant pour l’open data systématique des données régionales, mais aussi celles des organismes associés. Objectifs : plus de transparence pour les Franciliens, davantage d’efficacité grâce à la simplification des démarches, susciter l’innovation et le développement des start-up qui « en feront bon usage ». Valérie Pécresse s’est également engagée à ce que la plateforme open data de la Région référence également les données d’intérêt régional des différents acteurs franciliens (départements, Stif, SNCF, RATP, Insee…). 


Smart Navigo 

Autre volet essentiel : la mobilité, et comment faciliter grâce au digital et à de nouvelles pratiques, la vie quotidienne du voyageur. La présidente de la Région, qui avait déjà annoncé la fin du ticket de métro, a confirmé la création du Smart Navigo, un passe mobilité numérique, universel et dématérialisé. D'ici fin 2016, chaque utilisateur pourra créer son compte client Navigo, qui lui permettra de renouveler son forfait, de télécharger son attestation pour le remboursement employeur… Bref, fini les files d’attentes au guichet pour recharger son passe Navigo en début de chaque mois ! La mise en ligne sur opendata.stif.info des horaires des transports en temps réel permettra à chacun de voyager plus efficacement.  

Entre 2018 et 2020, plusieurs expérimentations sont prévues : le calculateur d’itinéraire Vianavigo prenant en compte tous les moyens de transport franciliens, mais aussi par exemple les places dans les parkings près des gares, le passe Navigo sur smartphone, le paiement par carte bleue sans contact, ou encore la mise en place du post-paiement, c'est-à-dire la possibilité de payer en fin de mois la consommation précise de transports au forfait le plus avantageux.  Enfin, la connexion des gares et des transports est en cours : le WiFi gratuit devrait être disponible dans 150 gares sur les 380 d’Île-de-France d’ici à fin 2016, et la 3G/4G déployée dans le métro fin 2017. De quoi faciliter les trajets des Franciliens, et inciter à de nouvelles habitudes : « Si 10% des Franciliens changent leurs habitudes de transports, d’horaires… fini les bouchons sur les routes d’Île-de-France »,  souligne Valérie Pécresse.


 1.000 tiers lieux à l’horizon 2021

Les tiers lieux, ces espaces de coworking qui permettent aux salariés de travailler à distance dans de bonnes conditions, permettent un gain de temps considérable et davantage de productivité. « Dès 2017, nous multiplierons par deux le nombre de tiers lieux en zone rural, notamment grâce à un partenariat avec La Poste, qui dispose de locaux partout mais qui ne sont pas utilisés toute la journée. » La Région va également sensibiliser les chefs d’entreprises au télétravail, en organisant une conférence avec les DRH des grands groupes fin septembre.


Vers des lycées 100% numériques

Puisque la révolution numérique constitue un important levier d’innovation pédagogique, il faut que les lycées franciliens relèvent le défi, que ce soit en termes d’infrastructures (raccordements au Très Haut Débit, WiFi…) mais aussi équipements informatiques et espaces numériques de travail nécessaires aux échanges entre les équipes pédagogiques. La Région a également désormais la responsabilité de la maintenance technique des 170.000 ordinateurs des établissements franciliens. « Tous les lycées franciliens seront raccordés au Très Haut Débit d’ici 2020 », a affirmé Valérie Pécresse. Une expérience pilote sera menée dans au moins 8 lycées pilotes dès 2017, en s’appuyant sur ces nouveaux outils.


INNOV’up, l’aide aux entreprises innovantes

Une aide unique aux entreprises innovantes, remplaçant des aides existantes pour davantage de clarté, sera créée : INNOV’up, pour soutenir les projets innovants des entreprises. Le budget consacré cette année à cette aide est de 8,5 millions d’euros pour 230 projets soutenus. L’appel à projet 2016-2017 sera orienté vers les objets connectés et l’impression 3D.

L’ensemble de cette stratégie tournée vers l’innovation et le digital sera au cœur des débats du prochain Conseil régional, qui se tient les 16 et 17 juin prochains.

Photo 1 : © William Dupuy/Picturetank
Photo 2  : © Jean-Lionel Dias/Picturetank

Tags