L’égalité femmes-hommes au cœur des priorités régionales

Égalité, liberté et protection sont les 3 piliers de la stratégie régionale pour l’égalité femmes-hommes, tandis la lutte contre les violences faites aux femmes a été déclarée Grande Cause régionale 2017. Tour d’horizon des mesures à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

En matière d’égalité femmes-hommes, la Région Île-de-France ne se contente pas d’un bilan positif de ses actions menées en 2016, et annonce de nouvelles mesures pour 2017. En articulant son action autour de 3 axes – égalité, liberté et protection –, elle souhaite agir à tous les niveaux pour les 6,3 millions de Franciliennes (52% de la population d'Île-de-France).

Pour assurer aux femmes plus d’égalité, la Région se doit d’être exemplaire. En 2016, elle a ainsi créé une cellule anti-harcèlement pour ses agents. « Cellule qui a été saisie 6 fois en quelques mois », précise Marie-Pierre Badré, déléguée spéciale à l’égalité femmes-hommes, qui ajoute : « Il y avait vraiment urgence à mettre en place cette structure. » Des formations aux élus ont également été proposées sur ce thème. Pour lutter contre les discriminations, la Région soutient également les associations qui mettent en place le testing, pour mieux identifier les discriminations subies par les Franciliens. Dans les lycées, le dispositif Alycce a permis de soutenir les initiatives pédagogiques de promotion de l’égalité femmes-hommes.

 

« Women’s Forum » 2017 en Île-de-France

Les Franciliennes sur le marché du travail
À retrouver sur le site de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme (IAU), une infographie très complète sur les femmes et l'emploi en Île-de-France.
Cliquer sur le visuel ci-dessous pour y accéder.

En 2017, de nombreux chantiers ont été ouverts, notamment la création d’une mission sur la place des femmes dans l’espace public, et un rapport important sur le soutien des femmes dans le sport. Par ailleurs, Valérie Pécresse a annoncé que l’Île-de-France accueillerait cette année le « Women’s Forum », le Davos des femmes, offrant une visibilité à l’action de la Région en faveur des femmes. La présidente de la Région a également annoncé la création d’un prix annuel, les « Victoires des femmes franciliennes », qui permettra de valoriser l’action de femmes remarquables.

Le bilan 2016 en matière de liberté a été marqué par le lancement de l'iPass Contraception qui assure une meilleure information aux jeunes femmes et hommes sur les différents modes de contraception. Par ailleurs, le soutien régional à la campagne annuelle d’information du planning familial a été augmenté de 7%. Par ailleurs, le dispositif Olympe a été lancé pour favoriser la réussite scolaire des filles, afin qu’elles soient sensibilisées aux carrières scientifiques et techniques. La Région a poursuivi également son aide à l’entrepreneuriat féminin en soutenant l’incubateur Paris Pionnières.

En 2017, la Région veut mettre en place des mesures permettant aux Franciliennes de mieux disposer de leur temps, comme le soutien aux crèches à horaires décalés ou amplifiés, ou encore la création de tiers-lieux pour travailler autrement. Un partenariat sera noué avec l’association Force Femmes qui aide au retour à l’emploi des femmes de plus de 45 ans.

 

Système d’alerte anti-harcèlement dans les transports

Quant à la protection des Franciliennes, Valérie Pécresse a rappelé que la lutte contre les violences faites aux femmes était la Grande Cause régionale 2017, et que cette volonté se traduisait dans les faits. En 2016, la Région a doublé le contingent de logements sociaux mis à disposition des femmes victimes, de 50 à 100 par an. Elle a poursuivi sa prise en charge des soins notamment psychologiques et de l’appui juridique pour les victimes. En 2017, la Région va augmenter son soutien au dispositif « Téléphone Grand Danger », en lui permettant de couvrir les deux derniers départements franciliens qui ne recevaient pas de financement jusqu’ici, les Hauts-de-Seine et la Seine-et-Marne. La présidente Valérie Pécresse a annoncé la mise en place d’un système d’alerte anti-harcèlement géolocalisé dans les transports franciliens via le numéro unique 3117 relié aux équipes de sécurité de la SNCF et de la RATP. Enfin, la Région va ouvrir ses îles de loisirs aux femmes victimes de violence, en leur proposant des séjours spécifique de répit.

Tags