Le Conseil régional des jeunes, c'est quoi ?

L’instance citoyenne consultative des jeunes Franciliens se réforme, notamment pour améliorer le fonctionnement, le mode de recrutement et la représentativité de ses membres.

Le Conseil régional des jeunes (CRJ) se réforme. Les membres ont fait des propositions concrètes d’évolution de l’institution, dont la qualité du travail est reconnue de tous.
 

Les objectifs 

  • une meilleure représentativité de la jeunesse francilienne et de la diversité des territoires en particulier ruraux,
  • améliorer l’implication des jeunes,
  • renouveler l’organisation et l’activité,
  • établir une méthode de travail avec les élus régionaux.

Ce qui change

  • 128 membres au lieu de 140 : 64 filles et 64 garçons,
  • âge de candidature maximum porté de 23 à 26 ans (âge minimum toujours à 16 ans),
  • nouveau mode de sélection : les candidatures se font sur une plateforme en ligne (jusqu'au 30 septembre 2017). Elles doivent être motivées et prendre la forme, en plus du dossier incluant des questions, d’un document écrit, vidéo ou audio dans lequel le candidat doit démontrer sa motivation. Les candidatures seront ensuite examinées par un jury d’élus régionaux et d’anciens membres du CRJ.
Le Conseil régional des jeunes a pour but de :
1) mieux connaître et mieux prendre en compte les besoins et les attentes des jeunes de notre Région,
2) contribuer à l’apprentissage actif et à l’exercice de la citoyenneté et de la vie publique,
3) favoriser l’accès des jeunes à la vie sociale et culturelle de la Région et développer le sentiment d’appartenance régionale dans un esprit d’ouverture et de solidarité.

 

D'anciens membres du CRJ témoignent

Tiphanie Ammi Ali, 20 ans
« Je me suis inscrite par simple curiosité quand j’avais tout juste 18 ans. J’avoue que j'ai eu un peu peur quand j’ai su que j’avais été tirée au sort… L’expérience au CRJ m’a beaucoup plu : nous avons travaillé sur la prévention de la radicalisation – nous avons  commencé notre « mandature » juste après les attentats de Charlie Hebdo – et plusieurs de nos projets pour la candidature de Paris 2024 aux Jeux olympiques ont été retenus, comme le principe d'un pack transports pour simplifier la visite des touristes. J’ai aussi fait partie du pôle orientation-études-emploi. Nous avons été régulièrement sollicités directement par la Région sur certains sujets. Parmi les pistes d’évolution du CRJ, je pense qu’il faudrait resserrer les liens avec les élus régionaux, et trouver des solutions concrètes pour régler le problème de l’absentéisme avec un système d’avantages et de pénalités. Pour résumer : le CRJ, c’est une expérience très enrichissante, on apprend beaucoup de choses et si je pouvais être de nouveau candidate, je n’hésiterais pas ! »
Aurélien Charrier, 23 ans
« Le CRJ, c’est important car il faut que les jeunes d’Île-de-France soient représentés. Les enjeux de santé sont particulièrement importants pour eux. On le voit quand on participe à Solidays et qu’on répond à leurs questions sur ce sujet. Lors du dernier festival, nous avons fait découvrir aux jeunes Franciliens l’iPass contraception : c’était très intéressant car ils ne connaissaient pas encore cette plateforme numérique d'information et d'orientation, et ils étaient très réceptifs à nos explications. Participer au Conseil régional des jeunes, c’est très motivant, on se sent plein d’espoir pour la politique de demain et la jeunesse francilienne. »

Photos : © Hugues-Marie Duclos ; DR

Tags