Budget 2017 : c'est voté !

Ce mercredi 25 janvier, après trois jours de débat, les élus régionaux ont adopté le budget 2017. Malgré un contexte budgétaire de plus en plus contraint, la forte hausse des investissements se poursuit tandis que la baisse des dépenses de fonctionnement entamée en 2016 continue.

Alors que les dépenses de fonctionnement progressaient chaque année sous la précédente mandature, la nouvelle majorité régionale a engagé un ambitieux plan d’économie dès 2016 et a ainsi stoppé nette cette dérive. Après avoir baissé de 5% en 2016, les dépenses de fonctionnement baisseront encore de 3,9% cette année.

En deux ans, 253 M€ d’économies auront été réalisées soit 64% du programme d’économies annoncé par la majorité pour l’ensemble de la mandature, ce qui fait de l’Île-de-France la Région la plus économe de France.

Cette maîtrise des dépenses permet de poursuivre en parallèle la forte hausse des investissements : +17,7 %, en particulier en matière de :

  • Transports (+23%)
  • Lycées (+25,8%)
  • Développement économique (+34,8%)
  • Environnement-énergie (+35,6%)
  • Culture (+24%)

Cet effort est engagé alors même que depuis deux ans la perte de ressources consécutive à la baisse des dotation de l’État (150 M€) et à l’augmentation de la péréquation en faveur des autres régions (+69 M€) s’élève à 227 M€. Une somme non compensée par les nouvelles ressources (CVAE ; taxes sur les bureaux) qui s’élèveront à 79 M€ cette année.

 

Transports

La révolution des transports est bel et bien en marche. Lancée en 2016, elle se traduit dans le budget 2017 par une hausse des investissements de 23%, soit un montant total de 738 M€. Sur le plan des transports en commun, plusieurs opérations vont se concrétiser ou s’accélérer au cours des douze prochains mois. Il s’agit notamment du prolongement du RER E à l’ouest, du tramway T9 entre Paris et Orly (94), du prolongement de la ligne 11 du métro vers Rosny-Bois-Perrier (93), du tram-train Massy-Évry (91) et de l’électrification de la ligne P Paris-Troyes. La Région prévoit également de soutenir fortement l’amélioration des RER et du réseau Transilien, qui transportent la plus grande partie des usagers des transports collectifs. En parallèle, il est prévu le financement d’un plan « anti bouchon », qui vise à améliorer la circulation sur les routes franciliennes, l’adoption d’un plan vélo et le soutien au secteur du fret et de la logistique en matière de transports de marchandises.

 

Europe

Comme en 2016, la Région entend en 2017 maximiser le recours aux financements européens. En 2017, ce sont 184,5 M€ de crédits européens qui seront mobilisés au bénéfice des Franciliens. C’est 8 fois plus qu’en 2015 (23 M€). Pour ce faire, les moyens humains affectés à la direction des affaires européennes ont été considérablement renforcés l’an dernier avec un effectif porté à 51 agents, contre 21 auparavant. Les fonds européens servent par exemple à soutenir la création et la reprise d'activité, à lutter contre le décrochage scolaire et à promouvoir l'égalité en matière d'éducation, ou encore à financer des actions en faveur de la préservation de la biodiversité et des sols. Par ailleurs, la Région souhaite renforcer son influence dans la sphère européenne par le biais notamment de son organisme associé basé à Bruxelles, Île-de-France Europe (IDFE).

 

Ruralité

Trop longtemps délaissés, les territoires ruraux bénéficient depuis 2016 d’un fort soutien de la Région qui a doublé ses aides et voté un Pacte rural. Cette politique a pour but de sauvegarder les commerces de proximité, d’améliorer les équipements publics et de créer des espaces de travail collaboratifs afin de limiter les déplacements et renforcer l’emploi local. En complément de ce Pacte rural, un nouveau Pacte agricole sera défini avec pour objectif de renforcer le poids de l’agriculture dans l’économie francilienne. Cette stratégie ambitieuse profitera également aux acteurs de la filière forêt-bois, un secteur représentant un vaste gisement de valeur et d’emplois mais resté trop longtemps sous-estimé.

Photo : © Rafaël Trapet/Picturetank

 

Lycées

Les 470 lycées publics et 205 lycées privés franciliens bénéficient en 2017 d’un budget d'investissement de 505 M€, en hausse de 25,8% par rapport à 2016. Treize chantiers seront lancés en 2017 : construction d'un lycée à Serris (77), extension du lycée Alexandre-Denis à Cerny (91), rénovation globale des lycées Voillaume à Aulnay-sous-Bois (93), Gabriel-Péri à Champigny-sur-Marne (94) et Darius-Milhaud au Kremlin-Bicêtre (94), rénovation simple des lycées Antoine-de-Saint-Exupéry à Créteil (94) et Arago à Paris, restructuration de la restauration scolaire des lycées Joliot-Curie à Dammarie-les-Lys (77), Jean-Monnet à La Queue-les-Yvelines (78) et Vincent-Van-Gogh à Aubergenville (78), création d’un internat de 100 places au lycée Geoffroy-Saint-Hilaire à Étampes (91)...

Par ailleurs, des nouveautés sont prévues pour la rentrée 2017 : l'ouverture de nouveaux lycées à Saint-Denis (93) et à Magny-le-Hongre (77), et, en matière de restauration scolaire, l'entrée en application de la tarification unique au quotient familial ÉquiTables dans les lycées de Paris.

Enfin, la Région poursuit en 2017 les actions commencées en 2016, comme l’accueil des élèves en situation de handicap, et la modernisation des infrastructures et équipements, avec notamment l’objectif de raccorder au très haut débit tous les lycées franciliens d’ici 2020 et d'y généraliser le Wifi. L’expérimentation du budget d’autonomie, l’ouverture au monde de l’entreprise, et les efforts pour l’éducation artistique et culturelle seront également soutenus.

 

International

En 2017, la Région concentrera son action internationale sur les zones présentant un intérêt économique majeur, à savoir l’Asie (Chine, Japon, Inde et Singapour), l’Amérique du Nord (États-Unis, Canada) et du Sud, le Proche-Orient (Israël) ainsi que la Russie et la CEI. L’aide au développement restera également l’un des volets de la politique internationale de la Région et ciblera en priorité les territoires dont sont issus nombre de Franciliens, en particulier le Maghreb et l’Afrique subsaharienne. Enfin, elle maintiendra une capacité d’action en situation d’urgence humanitaire comme ce fut le cas en 2016 en Haïti.

Photo : signature d'un accord de coopération entre l'Île-de-France et Casablanca-Settat, en septembre 2016 © Région Île-de-France

 

Tourisme

La filière du tourisme est l’un des secteurs économiques majeurs de l’Île-de-France et représente 550.000 emplois directs et indirects. Elle traverse néanmoins une crise sans précédent avec une baisse de la fréquentation de 1,3 million de touristes sur les sept premiers mois de 2016 par rapport à la même période en 2015. Une situation qui découle bien sûr de la vague d’attentats ayant frappé Paris et la France, mais aussi des mouvements sociaux et des fortes intempéries du printemps dernier. Afin de soutenir les professionnels franciliens du tourisme, 4 axes prioritaires ont été définis pour 2017 : le soutien à la modernisation et à la transition numérique du secteur, le développement d’actions de promotion ciblées pour la reconquête des touristes qui ont délaissé la région-capitale, la mise en place des « volontaires du tourisme » et le financement de formations en langues étrangères pour les professionnels afin d'améliorer l'accueil du public, et le renforcement de la sécurité des sites touristiques avec le déploiement de commissariats mobiles.

Photo : volontaires du tourisme au Louvre, en décembre 2016 © PWP

 

Jeunesse, sports et loisirs

La Région confirme son engagement en faveur de la jeunesse, du sport et des loisirs avec un budget dédié aux investissements en très forte hausse : +54,7%

Les priorités de l’exécutif régional en 2017 :

  • Encourager la pratique sportive du plus grand nombre: 3,7 M€ y sont consacrés par le biais de conventions passées par la Région avec les ligues et comités sportifs. Une attention particulière sera portée aux publics les plus éloignés de la pratique sportive : femmes, personnes en situation de handicap…
  • Combler les carences en équipements sportifs : 8 M€ pour financer la construction et la rénovation d’équipements de proximité, sans oublier l’équilibre des territoires, ni l’accès à la pratique hors des stades avec la mise en place du Plan sport oxygène. Un effort sera également porté sur l’amélioration des équipement sportifs des lycées.
  • Participer à la promotion de l’égalité femme/homme à travers le sport, notamment en encourageant la pratique féminine.

Enfin, la mobilisation autour de la candidature de Paris aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024 se poursuivra tout au long de l’année à travers l’organisation d’événements sportifs.  La ville hôte sera désignée le 13 septembre 2017 à Lima (Pérou).

Côté loisirs, la Région développera en 2017 une offre plus beaucoup large d’activités culturelles, sportives et éducatives dans les 12 îles de loisirs franciliennes, qui accueillent chaque année près de 4 millions de visiteurs.

 

Environnement

Faire de l’Île-de-France une région exemplaire, décarbonée, propre et verte, telle est l’ambition de l’exécutif francilien. Ce qui se traduit en 2017 par une augmentation de 35,5% du budget d’investissement consacré à l’environnement, soit 86,080 M€. L’une des priorités sera donnée à l’amélioration de la qualité de l’air avec un budget « air » multiplié par 13 par rapport à 2015 et qui atteindra 8 M€. En la matière, outre le triplement du fonds pour le renouvellement des chaudières à bois anciennes, la Région consacrera 4 M€ au remplacement des véhicules anciens des artisans et des commerçants. À cela s’ajoutent entre autres l’élaboration d’un Plan vert en faveur de la végétalisation des villes, ainsi qu’un renforcement des efforts en ce qui concerne la rénovation énergétique des bâtiments et le développement des énergies renouvelables.

 

Aménagement

En 2017, la Région continuera de promouvoir un aménagement durable par le biais notamment de son dispositif « 100 quartiers innovants et écologiques ». Deux nouveaux appels à projets seront lancés au cours de l’année qui disposeront d’une enveloppe totale de 40 M€. La Région investira également en faveur de l’innovation urbaine en soutenant des expérimentations d’urbanisme transitoire. L’objectif est de redonner de la valeur à des lieux délaissés et d’optimiser l’utilisation temporaire des terrains en friche ou en attente d’un chantier.

 

Sécurité

L’effort de la Région en matière de sécurité, à travers le « bouclier de sécurité », se poursuit, avec un budget total de 21,8 M€ dont 21 M€ consacrés à l’investissement (en hausse de 11,7%). En 2016, l’effort pour assurer la sécurité des Franciliens avait déjà été multiplié par 3.  

Les priorités du budget sécurité concernent la sécurisation des lycées et la mise en œuvre globale du « bouclier de sécurité » : aide à l’implantation locale des forces de sécurité, soutien à l’équipement des polices et de la gendarmerie, soutien à l’équipement en vidéoprotection, aide à l’équipement en portiques de sécurité, aide à la sécurisation des transports, des îles de loisirs, des sites touristiques…

Le partenariat avec le ministère de l’Intérieur et plus particulièrement la préfecture de police de Paris a été profondément renouvelé, grâce à la convention État-Région relative à l’équipement de la police nationale et de la gendarmerie nationale et au renforcement de la sécurité en Île-de-France. La Région peut désormais financer l’équipement de la police régionale des transports et contribuer à la sécurité des touristes par le cofinancement de commissariats mobiles.

Des études nécessaires à l’installation d’un centre de déradicalisation en Île-de-France seront également lancées en 2017, dans le cadre d'un partenariat avec le ministère de la Justice restant à construire.*

 

Enseignement supérieur et recherche

Alors que 2016 a vu l’accélération des grands chantiers immobiliers du Contrat de plan État-Région 2015-2020 (bibliothèque du campus Condorcet, construction du campus à Picpus Nation pour l’université Sorbonne Nouvelle, etc.), 2017 poursuivra cet effort en mobilisant une enveloppe d’un montant de 50 M€ pour différentes opérations : l’extension du bâtiment du Cnam situé rue du Landy à Saint-Denis (93), la réhabilitation de la caserne Lourcine (Paris 13e) destinée à regrouper sur un même site les formations juridiques de l’université Paris-1, les travaux de réhabilitation des locaux de l’École nationale vétérinaire d’Alfort (94), etc. En parallèle, le projet de portail régional de l’orientation sera lancé avec pour objectif à terme de diffuser l’information la plus exhaustive concernant l’offre de formation, les métiers et l’emploi en Île-de-France.

Concernant la recherche, le soutien de la Région sera recentré en 2017 sur le financement des projets de recherche des nouveaux réseaux Domaines d’intérêt majeur, les dispositifs visant à renforcer l’attractivité internationale de la recherche francilienne et les actions de diffusion de la culture scientifique à destination du grand public.  

 

Action sociale, santé et famille

Le projet de budget traduit la volonté de la Région de soutenir les territoires les plus défavorisés et isolés et de renforcer l’action régionale en faveur des publics les plus fragiles : jeunes, femmes en difficultés et familles notamment.

Le secteur des formations sanitaires et sociales, particulièrement pourvoyeur d’emplois sur tout le territoire, bénéficiera en 2017 d’un budget de 195,6 M€, avec un financement en hausse par rapport à 2016.

Objectifs :

  • faire connaître ces formations,
  • adapter la carte des formations,
  • améliorer l’entretien et la gestion des centres de formation.

Autre enjeu : développer la qualité de la formation, l’innovation et la recherche à travers l’achat d’équipement pour ce secteur. Ainsi, la Région va consacrer près de 1 M€ à l’équipement du nouveau site Picpus (Paris 12e) de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris qui ouvrira en septembre 2017 et proposera un campus tournée vers l’innovation et le numérique. 

Le volet santé du budget 2017 est largement tourné vers l’enjeu crucial de la résorption des déserts médicaux, mais aussi vers celui de la santé des jeunes, grâce au Fonds de prévention santé jeunes. Dans ce cadre, les missions du Crips en direction des jeunes seront élargies. Après la création de l’iPass contraception en 2016, 2017 devrait voir le développement de l’e-santé.

La politique de solidarité et de soutien à la famille bénéficie d’un budget 2017 de 3,8 M€. Le handicap, dans une approche transversale à toutes les politiques régionales, reçoit un financement de 6,5 M€.

 

Développement économique et innovation

Pour faire de l’Île-de-France la région leader et attractive, pour développer la compétitivité des entreprises franciliennes et stimuler l’esprit d’entreprendre et d’innover, la Région s’est dotée d’une nouvelle stratégie pour la croissance, l’emploi et l’innovation.

Le budget 2017 traduit cette volonté avec une augmentation de 33% de l’effort régional en faveur du développement économique, de l’innovation et de l’emploi. La Région y consacre 185,9 M€ d’investissements, un montant qui permettra notamment de :

  • soutenir les entreprises : hausse de 34% des aides régionales (TP’up, PM’up, Innov’up, Back’up, prêts croissance…) aux TPE/PME pour un montant total de 62 M€. La Région a notamment pour objectif d’accompagner 3.000 entreprises dans leur développement et leurs innovations ;
  • renforcer le soutien à l’innovation : 21,5 M€ consacrés aux pôles de compétitivité franciliens et aux projets collaboratifs de R&D ; 40 M€ en faveur des start-up ; 6 M€ pour soutenir le développement de grands lieux d’innovation et d’incubateurs ;
  • développer les projets en grande couronne et dans les territoires ruraux : 15 M€ pour le déploiement du très haut débit, soit une hausse de 50% par rapport à 2016 ; 3,5 M€ en faveur du développement des tiers-lieux.

 

Formation professionnelle apprentissage et emploi

L’emploi est l’une des priorités de la mandature, tout comme la valorisation de l’apprentissage, qui doit devenir une véritable filière d’excellence. En 2016, cette volonté s’est concrétisée notamment par la création du dispositif « 100.000 expériences professionnelles pour les jeunes Franciliens », la rénégociation de la convention avec Pôle emploi et la participation active au plan national « 500.000 formations » par la mise en place de 64.000 formations supplémentaires soit 130.000 au total.

En 2017, l’exécutif souhaite poursuivre et accélérer son action dans ce sens. Ainsi 102 M€ seront consacrés à des actions de formation à la qualification et aux métiers, visant un retour à l’emploi. Les CFA seront dotés d’un budget de fonctionnement de 208,1M€ et 28 M€ seront consacrés aux travaux de rénovation. 130 contrats de performance seront par ailleurs signés avec les CFA. Et parce qu’il n’y a pas d’apprentissage sans contrat de travail avec un employeur, 44 M€ seront destinés aux primes pour les employeurs et à l’aide au recrutement d’apprentis.

 

Logement

Aide à la construction de logements sociaux, rééquilibrage territorial, lutte contre les ghettos urbains, accès au logement des classes moyennes... Logement et renouvellement urbain sont au cœur de l’action régionale, avec une enveloppe globale de 92 M€, dont 78,1 M€ en autorisations de programmes pour le logement. Objectif : construire plus et mieux.

Les 3 priorités de la Région en la matière :

  • aider les maires à construire : une partie du foncier régional constructible sera cédée aux communes pour qu’elles créent de nouveaux logements. Les terrains de l’Établissement public foncier d’Île-de-France (EPFIF) seront cédés à prix coûtant. Les normes ont par ailleurs été simplifiées pour alléger les contraintes des élus bâtisseurs ;
  • lutter contre les ghettos urbains et améliorer la mixité sociale : tandis que le logement des jeunes et des étudiants bénéficie d’un budget de 25 M€, la Région poursuit son financement pour la construction de logements sociaux intermédiaires (PLS) afin de  sortir de la spirale des ghettos urbains ;
  • favoriser le renouvellement urbain : la Région prend toute sa part dans le nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) pour les 102 sites identifiés par l’Agence nationale de renouvellement urbain (Anru) en Île-de-France.

En 2017, la Région poursuit également son aide aux copropriétés en danger, comme à Mantes-la-Jolie (78), Courcouronnes (91), Bobigny (93), Sarcelles, Villiers-le-Bel (95)…  

 

Culture

Le projet de budget 2017 confirme les engagements pris par le nouvel exécutif en 2016. Doté de 93 M€, le budget consacré à la culture est en hausse de 12% par rapport au budget exécuté en 2015. Objectif : rendre la culture accessible à tous les Franciliens, sur tous les territoires, afin que l’Île-de-France devienne la première région créatrice de l’Hexagone. Cette augmentation est une première étape vers l’engagement pris d’une augmentation de 20% du budget culture d’ici à la fin de la mandature.

L’une des priorités est de faire entrer la culture dans les lycées. Architecture, arts plastiques, musique, photographie… : toutes les disciplines artistiques peuvent faire l’objet d’actions pédagogiques auprès des élèves. Dans ce sens, l’Orchestre national d’Île-de-France (Ondif) ou le Fonds régional d’art contemporain (Frac), ainsi que de nombreux acteurs et institutions culturels régionaux seront mobilisés en 2017 pour participer à l’éducation artistique et culturelle des lycéens.

D’autre part, la Région réafirme son engagement en faveur du cinéma et de l’audiovisuel : le Fonds de soutien à la création cinématographique et audiovisuelle est en hausse de 15,7%, pour un budget total de 15,5 M€. Les producteurs de séries digitales pourront désormais bénéficier des aides régionales. Le soutien au cinéma et à l’audiovisuel, l’aide à l’écriture de scénarios et les aides aux festivals s’élèvent à 20 M€.  

Le budget du spectacle vivant est lui aussi en augmentation. Le dispositif de la permanence artistique et culturelle est amplifié (13 M€). Au total, les arts de la rue, les musiques actuelles, la danse, le théâtre représentent 35 M€ du budget régional.

2017 ouvre également la voie au soutien à la jeune création et à l’émergence des talents de demain. C’est l’objectif de FoRTE, le fonds régional des talents émergents, doté de 1 M€.

La Région poursuit également son soutien aux événements culturels, aux médiathèques, au livre et à la lecture, aux arts plastiques et aux lieux de diffusion et de création culturelle. Parmi les nouveaux projets de lieux culturels : la reconstruction du théâtre des Amandiers à Nanterre (92) ou encore la construction d’un nouvel équipement pour le Centre national des arts de la rue (Cnar) qui s’installera à Garges-lès-Gonesse (95).  

Le patrimoine n’est pas oublié avec un budget de 4,2 M€. Valorisation, acquisition d’œuvres pour les musées, mais aussi restauration et rénovation de monuments, comme la Collégiale de Mantes-la-Jolie (78), le site de Chamarande (91) ou encore le château de La Roche-Guyon (95).

Tags

Infographie

Les priorités des Franciliens sont au cœur du projet de budget 2017 de l'Île-de-France. Quelles sont-elles ? Quelles sommes y sont consacrées ? Naviguez dans les 15 grands domaines d'investissement de la Région pour le découvrir.