Anais Denet

Le « serious game » s’invite en salle d’opération

Un jeu de simulation en ligne permettra d'ici 2015 aux personnels médicaux de se former à la pratique des risques au bloc opératoire. Explications.

L’idée est née d’un groupe de chercheurs, à Toulouse et en Midi-Pyrénées : un bloc opératoire virtuel où chirurgiens, anesthésistes et infirmiers pourraient s’entraîner à réagir en situation de crise au bloc opératoire.

En 2011, les initiateurs du projet font appel à deux sociétés : l’entreprise francilienne KTM Advance, leader du « serious game » (jeu à visée pédagogique) en France, et Novamotion en Rhône-Alpes, spécialiste du personnage virtuel. Le consortium réussit à financer le projet grâce, notamment, au pôle de compétitivité Cap digital, organisme numérique de la Région Île-de-France.

Apprendre, gérer, anticiper

Le projet se présente sous la forme d’un jeu collaboratif en ligne. Confronté à différents scénarios, l’utilisateur connecté sur la plateforme est immergé dans le bloc opératoire au sein d'une équipe de professionnels. Là, il doit gérer des situations sensibles, comme la maîtrise d’un arrêt cardiaque. Et prendre les bonnes décisions, dans des situations qui n'auront pas forcément été vécues à l'université ou sur le terrain.

3D Virtual operating room va donc aider les professionnels et étudiants à appréhender les opérations à risque et à réagir en conséquence, sans risque pour le patient « réel ».

3D Virtual operating room permet aussi de « jouer » à plusieurs. La plateforme digitale est multilingue et collaborative : l’infirmière, l’anesthésiste, le chirurgien communiquent entre eux et prennent collectivement les décisions.

Un outil intelligent au service du patient

Un partenariat entre industriels et chercheurs sur les serious game en ergonomie, sociologie et informatique a permis la mise au point d’un outil de formation innovant. Alors que d’autres « serious games » mettent en scène le bloc opératoire dans sa dimension technique, 3D Virtual operating room insiste sur la prévention et la gestion des risques. La trentaine de personnes impliquée dans le projet espère apporter, d’ici 2015, un outil original de formation interprofessionnelle, susceptible d’améliorer la qualité et la sécurité des pratiques professionnelles au bloc opératoire. Au bénéfice du patient.

 

En savoir plus

Le conseil régional d’Île-de-France, par l’intermédiaire de Cap digital, son pôle des industries des services et contenus numériques, finance le projet 3D Virtual operating room à hauteur de 852.080 euros. Les autres principaux partenaires du projet sont le CHU de Toulouse et le groupement d’intérêt scientifique Serious game research network, porté par l'Université Champollion (Midi-Pyrénées).
 

Tags