Xavier Frison

Portes ouvertes pour le logiciel libre

Du 3 au 5 octobre, l’Open World Forum réunira les principaux acteurs européens du logiciel libre à Montrouge. L’occasion de faire le point sur la place désormais prépondérante du « libre » dans le monde du logiciel et du numérique.

Pourquoi diable plus de 3.000 personnes devraient se presser au centre culturel du Beffroi de Montrouge (92), à 700 mètres de la porte d’Orléans, début octobre ? Pour causer du « libre », évidemment ! Le logiciel libre et l’open source, deux notions qui ont révolutionné le rapport de l’industrie et du grand public à l’informatique, seront au cœur de l’Open World Forum francilien.

Un logiciel libre, c’est un programme, souvent gratuit, que tout un chacun peut utiliser mais aussi personnaliser, améliorer, partager et diffuser à sa guise. Ainsi, le logiciel vit et évolue au gré des modifications apportées tout au long de sa vie par ses propres utilisateurs. L’open source, ou code source ouvert en français, découle du logiciel libre : le terme décrit la mise à disposition de tous du code informatique du logiciel libre, son ADN.

Parmi les logiciels libres les plus célèbres au monde, on peut citer le navigateur Internet Mozilla Firefox, la suite bureautique Open Office ou encore le lecteur multimédia VLC Media Player, créé par des étudiants franciliens. Sans oublier Android, qui donne vie à tous les téléphones mobiles équipés par le logiciel du géant Google.

Le libre cartonne

Aujourd’hui, l’industrie du logiciel libre est devenue un poids lourd, insensible à la crise. Des éditeurs génèrent, souvent grâce à des services associés vendus autour du logiciel, des revenus conséquents ; des millions d’usagers participent à l’amélioration de logiciels devenus des références dans leur domaine. Même les politiques publiques font les yeux doux au libre : les gouvernements anglais, québécois et français, par exemple, encouragent l’utilisation de logiciels libres dans leurs administrations. Tout comme la Région Île-de-France, membre de l'Association de promotion et de défense du logiciel libre (April).

Ouvert à tous... et toutes

L’enjeu, désormais, consiste à attirer plus d’universités et de futurs ingénieurs vers le libre, dans un contexte de forte concurrence des filières plus classiques. Autre défi : favoriser la diversification des profils, en recrutant notamment plus de femmes, là où le geek typique est encore largement représenté derrière les écrans.

L’édition 2013 de l’Open World Forum répondra à ces deux problématiques avec, pour la première fois, la participation active d’écoles d’ingénieurs et d’universités à l’événement et la publication d’un livre blanc pour mieux faire connaître le libre auprès des étudiants.

Pour la promotion du logiciel libre auprès des talents féminins, la catégorie « Étudiantes du numérique » sera créée dans le cadre de la Student Demo Cup, qui récompensera les meilleures équipes d’étudiants à l’origine d’un projet open source. Aux tribunes et à la présidence de l’édition 2013, les intervenantes féminines de haut niveau seront aussi largement représentées. Dans les travées, les jeunes et les enfants bénéficieront, eux, d’ateliers de découverte de logiciels et de mini-conférences autour de l’art libre ou de la démocratie. Le libre est grand ouvert.

Tags

Photos : Johan Larsson / Flickr

À propos de l’Open world forum

Soutenu par la Région Île-de-France, l’Open world forum est le premier sommet mondial rassemblant les décideurs, développeurs et communautés impliqués dans des initiatives technologiques, économiques et sociétales ouvertes. L’événement fondé en 2008 se tient chaque année dans la Région, avec, en 2012, plus de 180 orateurs venus de 40 pays et une audience internationale de 2 100 participants.

Le forum est gouverné par une structure rassemblant les principales communautés technologiques internationales ainsi que les grandes associations francophones du logiciel libre. L’organisation de l’Open world forum 2013 est pilotée par le pôle de compétitivité Systematic Paris-Region, assisté d’un comité d’organisation qui regroupe les principaux partenaires et contributeurs de l’Open world forum, dont Cap Digital, le pôle de compétitivité numérique de la Région.

Participation gratuite, inscription obligatoire : www.openworldforum.org/registration