L'ouverture des transports toute la nuit pas nécessaire selon une étude

La rédaction
Une étude dévoilée par le Stif ce 30 septembre démontre que les déplacements des Franciliens ne font pas apparaître un besoin en transports ferroviaires la nuit.

Le besoin de transports en commun de type métro ou train la nuit n’est pas avéré. C’est ce qui ressort d’une étude du cabinet de conseil Alenium Consultants  dévoilée ce 30 septembre par le Stif (Autorité organisatrice des transports en Île-de-France). Le constat s’appuie en partie sur les données récoltées en 2010 dans le cadre de l’Enquête globale transport menée par l’Observatoire de la mobilité en Île-de-France (Omnil).  18.000 personnes ont été interrogées sur leurs déplacements. Leurs témoignages laissent apparaître que les Franciliens se déplacent peu la nuit, que ce soit en semaine ou le week-end. Les déplacements nocturnes ne représentent que 5% à 9% des déplacements sur un jour entier, soit 2 à 3 millions de déplacements tous modes confondus (voiture, transports en commun, marche, vélo, etc.). Du lundi au jeudi, les trois quarts de ces déplacements nocturnes se font de 21h à minuit alors que le vendredi et le samedi ils s’étendent jusqu’au milieu de la nuit.


Plus de la moitié des déplacements nocturnes se font dans Paris

Ces trajets de fin de soirée (21h-minuit) et la nuit (minuit-4h) sont pour l’essentiel liés aux loisirs et aux activités personnelles, alors que ceux effectués tôt le matin (4h-6h) ont pour motif principal le travail. Enfin, si environ 40 % des déplacements nocturnes sont effectués par des résidents de grande couronne, ce sont les Parisiens qui sont les plus mobiles la nuit. En effet, plus de la moitié des déplacements de nuit se font exclusivement au sein de Paris et dans le cœur de la métropole.

 

Renforcer l’offre Noctilien

Plutôt que de faire circuler des trains et des métros la nuit, l’étude du cabinet Alenium Consultants suggère de développer l’offre Noctilien en renforçant les fréquences et en créant de nouvelles lignes. Elle recommande également d’améliorer les fréquences de passage des trains, des RER et des tramways en soirée et en « extrême soirée » tout en rappelant que les offres alternatives aux transports en commun la nuit se multiplient (Vélib’, Autolib’, VTC, auto-partage, etc.).

Enfin, concernant l’offre de métro la nuit, elle propose de ne se focaliser que sur certaines nuits spécifiques. Elle note en outre que toute augmentation d’offre la nuit « serait fortement contrainte en raison du plan de modernisation sans précédent engagé sur le réseau ». Déjà en août, Stéphane Beaudet, vice-président de la Région chargé des transports, affirmait que « pour l’heure, notre priorité, c’est la remise à niveau des infrastructures très dégradées en Ile-de-France ».

Les lignes de trains, de RER et les 16 lignes de métro fonctionnent toute l’année de 5h à 1h du matin en semaine. Le vendredi, le samedi ainsi que les veilles de jours fériés, le métro circule jusqu’à 2h. Quant au réseau de bus de nuit Noctilien, il compte aujourd’hui 48 lignes accessibles de 0h30 à 5h30. 

Tags