Maximilien, portail pour les marchés publics franciliens

La rédaction
En attendant son lancement le 22 avril, ce nouveau service sera présenté au salon de la Nouvelle Ville du 9 au 11 avril au parc floral de Paris.

Dématérialiser les épais dossiers papier que constituent pour les entreprises les marchés publics ouverts par les collectivités locales et les rendre accessible facilement aux entrepreneurs : c’est la raison d’être de Maximilien.fr . Ce portail commun des marchés publics franciliens propose de centraliser l’offre et la demande faites en Île-de-France et de les simplifier via un site Internet. Il sera officiellement lancé le 22 avril dans les locaux de la Région. Une partie du site est déjà accessible depuis la mi-janvier. Son accès est gratuit et ouvert à toutes les entreprises.

Alertes quotidiennes

La plateforme Maximilien propose les services suivants :

  •     Recherche des avis de marchés en Île-de-France (information, consultations en cours, attribution)
  •     Service d'alertes quotidiennes ou hebdomadaires pour être informé de tout nouveau marché selon des critères prédéfinis
  •     Suivi des annonces
  •     Abonnement aux flux RSS de la plateforme
  •     Accès aux cahiers des charges (en partenariat avec la plateforme de l'État)

 

Association de collectivités territoriales

Ce site est le fruit du travail de l’association Maximilien, qui regroupe depuis 2011 la Région, le département du Val-de-Marne, la Communauté d’agglomération de Plaine Commune, la Ville d’Aubervilliers et les départements de Seine-et-Marne, de l’Essonne, des Hauts-de-Seine, du Val-d'Oise et de Seine-Saint-Denis. Trois collectivités les ont rejoints depuis : Carrières-sous-Poissy, Épinay-sur-Seine, le Kremlin-Bicêtre.

 Elle est née d’un constat, formulé par Michelle Sabban, sa présidente, également vice-présidente du conseil régional : celui de «  deux difficultés : celle des entreprises, notamment les TPE-PME, à accéder aux marchés publics ; et celle des acheteurs publics à concilier respect de la réglementation et efficacité des achats. Et ce, alors que les marchés publics représentent 10% du PIB et que l'e-administration devait se développer. »

Tags

Infos pratiques