La rédaction

Le maraîcher aux 200 sortes de fruits et légumes

Installé à Bouafle, dans les Yvelines, Fabrice Robert aime plus que tout surprendre ses clients avec des variétés nouvelles et anciennes. Il sera présent sur le stand de l’Île-de-France au Salon de l’agriculture qui débute ce 25 février, à la porte de Versailles à Paris 15e.

Tout commence au fond d’un jardin dans les Yvelines. Celui de Fabrice Robert, un boucher devenu maraîcher en 2006 afin de travailler au grand air. À l’époque, il cultive des tomates qu’il écoule sur les marchés en plus des légumes qu’il achète à Rungis (94). Un peu plus de dix ans après, il est à la tête d’une exploitation d’une cinquantaine d’hectares, la ferme des Alluets à Bouafle (78), où il fait pousser 200 variétés de fruits et légumes, anciennes et nouvelles. Tant et si bien que, sur les marchés, il a gagné un surnom : « Les gens m’appellent les légumes improbables. »

Du potimarron gris au rutabaga, en passant par le chou de Pontoise et la betterave crapaudine, les étals de Fabrice regorgent de trésors gustatifs mais qui laissent parfois les clients dubitatifs. « Il faut expliquer les produits, comment ça s’épluche, comment ça se prépare. Grâce aux émissions de télé sur la cuisine, les mentalités ont beaucoup changé. Les gens ont davantage envie de goûter de nouvelles choses », note Fabrice, dont les équipes se déploient sur une trentaine de marchés franciliens chaque semaine.


 

Fournisseur de chef trois étoiles

Les cuisiniers amateurs ne sont pas les seuls à s’arracher la production de l’agriculteur yvelinois. « Je travaille avec six restaurateurs parisiens dont le triple étoilé Pierre Gagnaire. J’aime le contact avec les chefs. Je les invite régulièrement à venir tester mes produits dans les champs. C’est la meilleure manière d’établir une relation de confiance. »  La confiance, il l’a acquise également des grainetiers, qui n’hésitent plus à lui faire tester leurs nouvelles semences. La récompense de beaucoup de travail. « En été, nous sommes sur le pont de 6 heures jusqu’à 23 heures. »

En plus des fruits et légumes, Fabrice plante également du blé ancien qu’il vend à la toute nouvelle boulangerie de la Tour d’Argent à Paris. Malgré cet emploi du temps surchargé, il sera présent au Salon de l’agriculture sur le stand de l’Île-de-France où il présentera ses légumes. À ne surtout pas rater.

Fabrice Robert a rejoint la démarche Mangeons local en Île-de-France lancée par le Cervia, l’organisme de la Région chargé de la valorisation de l’agriculture francilienne.  

Photos : Fabrice Robert sur son exploitation © Stéphanie Lacombe/Picturetank

Tags

Infographie

Alors que le Salon de l’agriculture se tient jusqu’au 5 mars à Paris, c’est l’occasion de s’intéresser à l’agriculture francilienne, secteur souvent méconnu et auquel la Région apporte son soutien.

Organisme associé

Créé en 2007, le Centre régional de valorisation et d’innovation agricole et alimentaire œuvre pour le maintien de l’agriculture francilienne et soutien la pérennisation des entreprises alimentaires sur le territoire.

Article

Porteuse d’un projet de Cité de l’agriculture urbaine, la ville de Seine-Saint-Denis figure parmi les 16 premiers lauréats de l’appel à projets « 100 nouveaux quartiers innovants et écologiques » lancé par la Région.

Salon
Du 25 fév. 2017 au 05 mar. 2017
Parc des Expositions de Paris - Porte-de-Versailles
1 place de la Porte-de-Versailles
75015 Paris
Décision du conseil régional

Un Francilien sur six habite en zone rurale. Soucieux de traiter chacun de manière équitable, le nouvel exécutif souhaite intensifier l’action régionale en faveur des territoires ruraux. Pour cela, un nouveau pacte rural simplifié a été mis en place.

Article

Une ancienne base aérienne militaire située entre Brétigny, le Plessis-Pâté et Leudeville va être reconvertie en espace agricole bio avec à terme une douzaine de maraîchers.