Pegah Hosseini

Let’s rock avec Zebrock !

Ils étaient 300 élèves d’Île-de-France, réunis à La Maison de la Radio, le 9 mars, pour assister au concert de deux groupes de rock. Un événement organisé par l’association Zebrock, en partenariat avec la Région.

« C’était juste génial », s’exclame une jeune fille, l’œil plus que pétillant. Elle faisait partie de la troupe des 300 chanceux qui ont vécu une après-midi assez rock’n’roll. Car, lundi 9 mars 2015, au célèbre studio 105 de la Maison de la Radio, les groupes Outernational et Demi Mondaine ont joué rien que pour eux. Un moment « hors du commun » d’après certains, qui découvraient une salle de studio ou un concert pour la première fois. Un « bon moyen de sortir du lycée » selon d’autres. Et l’occasion de se défouler allègrement, à la vue de quelques adolescents bien agités.

Programme éducatif

L’après-midi s'inscrivait dans un programme conçu par l'association Zebrock, intitulé « La musique en commun » : un parcours de sept mois au cours duquel la culture de l’écoute, l’apport de connaissances, la construction d’une approche critique des œuvres ont été mixés afin de rendre accessible les musiques que les élèves écoutent, mais aussi et surtout celles qu’ils n’écoutent pas. Remy Sow, professeur d’anglais au lycée professionnel Maria-Deraismes (Paris 17e), était ravi de l’initiative : « Nos élèves écoutent habituellement du rap. Là, avec ce premier groupe, qui fait penser à Mano Negra, on est content de travailler l’anglais grâce à des textes engagés, cela change de la prose portée sur le sexe et la drogue… » S’il n’a autour de lui que cinq élèves, il ne retient qu’une chose : « Ceux qui se sont portés volontaires pour venir ont des niveaux très différents, j’aime bien cette diversité. » « Notre démarche consiste à s’appuyer sur l’engouement des jeunes pour la musique, qui est une formidable entrée en culture », commente Béatrice Balvay, la secrétaire générale de Zebrock. Une démarche en milieu scolaire donc, combinée à une sortie : la formule semble fonctionner, vu l’atmosphère électrique de cette demi-journée…

Ambiance survoltée au studio 105

Dans la salle, l’ambiance était en effet survoltée : les élèves de 25 lycées d’Île-de-France, en apprenant que le concert était retransmis lors d’une émission en direct sur France Bleu, ont tout donné en applaudissements et en hurlements. Quelques rares réticents paraissaient s’ennuyer, écrivaient des textos, naviguaient sur Facebook ou envoyaient des Snapchat. Un garçon tout chétif semblait se demander ce que chantait le personnage déjanté en face de lui. Un autre, affalé sur son siège, avait l’air de bientôt trépasser sous les sons de la guitare électrique. Mais ils n’étaient qu’une poignée à être peu réceptifs. Des têtes se regroupaient, tantôt pour se moquer, tantôt pour partager le plaisir de retrouver un morceau dont ils se souvenaient des paroles. « Ils ont beau n’être pas forcément convaincus en arrivant, ils repartent toujours ravis », s’amuse Fatiha Ouarb, du lycée Ferdinand Buisson. Après les concerts, Élodie Suigo donnait la parole tantôt aux lycéens, tantôt aux artistes. Précisant que « le hip-hop vient du blues, tout comme le rock », l’animatrice essayait de garder une connexion entre les jeunes et ses invités.

Et après ?

Les lycéens, après avoir interviewé les artistes, devront réaliser des chroniques qui seront diffusées sur le site du projet : http://lycee.zebrock.org. Chiraz, du lycée André-Boulloche, à Livry-Gargan (93), a pris son courage et le micro à deux mains pour demander quels artistes avaient inspiré les membres d’Outernational. Adama a raconté comment il est venu à une session, « pas passionné par ce qui se passait », pour se retrouver stagiaire à la Maison de la Radio. Faire adopter la posture du journaliste critique est une manière d’amener l’élève à réfléchir sur des courants musicaux auxquels il n’a pas forcément été initié. « Le livre Une histoire de rock pour les ados, publié avec le soutien de la Région, a été donné à chaque lycéen et on espère qu’ils en retiendront quelques bribes d’informations », précise Béatrice Balvay. Les deux groupes prévoient, quant à eux, de continuer à sillonner les routes et les salles de concert. Miles Soley, le chanteur d’Outernational, espère tout de même « avoir touché les lycéens » avec ses messages. « Le public était jeune, mais, à 15 ou 16 ans, on se soucie quand même de ce qui nous entoure, non ? Ce qui se passe entre les nations, les frontières, qu’il faut faire tomber, l’avenir des peuples, de l’être humain ? » Reste aux élèves de répondre à ces questions.

Tags


Photos : © Pegah Hosseini / Région Île-de-France